Archives pour l'étiquette Richard

Ivanhoé de Walter Scott -2/2-

Rébecca enlevée par le Templier pendant le sac du château de Frondeboeuf (Walter Scott, Ivanhoé) par Delacroix Eugène (1798-1863)

L’Enlèvement de Rébecca par le templier de Bois-Guilbert, épisode du roman de W. Scott Ivanhoé,  peint par Delacroix (Louvre).

Ivanhoé de Walter Scott -  Ill Henri Coninx 1953L’influence de Walter Scott a été grande sur les écrivains du XIX siècle et sur le romantisme français. De nombreux écrivains à  son imitation vont écrire des romans historiques y compris les plus grands Victor Hugo, Stendhal, Balzac, Alexandre Dumas, Prosper Mérimée …

Une Couverture de la Série IvanhoéPour la première fois avec Ivanhoe (1819) un roman historique mettait l’Histoire au premier plan  par rapport à l’histoire personnelle des personnages. En effet, Walter Scott, le premier, utilise l’Histoire non comme un décor ou un arrière-fond exotique. Les personnages sont inscrits dans leur époque et  représente des types sociaux.

Ivanhoé de Walter ScottDans Ivanhoé, l’Histoire devient compréhensible par tout un chacun : l’époque féodale est simplifiée, les mécanismes sont mis à nu, les conflits sont transparents et se cristallisent autour d’un personnage central. On a pu reprocher à Scott des sources peu solides : par exemple, l’hostilité entre Saxons et Normands à la fin du XIIe siècle n’est pas historiquement attestée. ivanhoe 4Mais l’auteur prévient qu’il ne cherche qu’à donner une couleur de l’époque : s’attachant à ce que rien ne nuise à la vraisemblance historique, il se réserve une liberté dans le choix des détails.

L’accueil critique est excellent… Traduit en de nombreuses langues, le livre lance la vogue de Scott dans toute l’Europe et impose le roman historique comme un phénomène international.

 ivanhoe 2  Scene from The Tale of Ivanhoe. Cedric's son had been sent away because he had fallen in love with Rowena
A l’époque de Richard Ier, les Saxons n’ont pas pardonné aux normands de les avoir vaincu … Mais Cédric le Saxon est très accueillant, et même les chevaliers normands sont invités à sa table, à laquelle la belle figure de sa pupille, la Dame Rowena, a toujours une place d’honneur. Cédric, ici, conduit Rowena dans la salle de banquet « . – Arthur Mee et Holland Thompson, 1912 Cédric chasse son fils parce qu’il est tombé amoureux de Rowena, que Cédric a promis à quelqu’un d’autre. Un jour, un pèlerin vient à la table de Cedric …
 ivanhoe Scene from The Tale of Ivanhoe. The pilgrim was Cedric's own son in disguise  Scene from The Tale of Ivanhoe. The Lady Rowena had to award the wreath of victory to the knight of Ivanhoe
Le pèlerin est le propre fils de Cedric, … Incognito, il va ensuite se battre lors d’un tournoi et le chevalier normand sera renversé par Ivanhoé Lady Rowena est chargée de remettre la couronne de la victoire au chevalier vainqueur, qui n’est autre qu’Ivanhoé : le propre fils de Cédric et son amoureux. Le héros aura bien d’autres aventures avant d’épouser Rowena…

Ivanhoe_film

A noter que le siège du château de Châlus en Limousin, où est mort en 1199 Richard Coeur de Lion, a fourni à Walter Scott le canevas du siège du château de Front-de-Boeuf.

Cette trame romanesque fut de très nombreuses fois portée à l’écran dès 1913.

La plus célèbre est un film de 1952 avec Robert Taylor et Elizabeth Taylor.

Royaume Uni – 1958 – 1960 – La quête épique et romanesque d’un jeune chevalier, fidèle à son roi, pour reconquérir son honneur, son rang, le cœur de sa belle, et libérer son pays de l’oppression exercée sur le peuple par un prince félon.

Ivanhoé de Walter Scott -1/2-

Ivanhoé est un héros imaginaire du roman de Walter Scott (1771-1832), qui est publié en 1819.
Avec Ivanhoé l’écrivain fait revivre l’Angleterre au temps de Richard Ier coeur de Lion.  Il s’appuie sur une éventuelle haine qui existerait entre les Saxons et les Normands, inextinguible depuis le bataille d’Hastings (1066) qui donna la victoire à Guillaume d’Orange.

Ivanhoé revient chez lui, déguisé en pèlerin...
Ivanhoé revient chez lui, déguisé en pèlerin…

Wilfred, fils d’un noble saxon Cédric de Rotherwood, est épris de la pupille de son père, Lady Rowena de Hargottstandstede, qui descend du roi Alfred. Mais Cédric, qui est un ferme partisan du retour sur le trône d’Angleterre de la lignée saxonne, pense arriver à ses fins en donnant en mariage Lady Rowena à Athelstane de Coningsburgh, un saxon de sang royal.
Fort irrité par l’amour des deux jeunes gens, il exile son fils. Ivanhoé part alors pour la croisade avec Richard cœur de Lion dont il gagne vite l’estime et l’affection. Le roi lui accorde le manoir d’Ivanhoé en fief, alors que Wilfrid est renié et déshérité par son père, pour s’être mis au service de Richard Cœur de Lion..
Richard est fait prisonnier en Autriche (1192) et l’empereur Henri VI demande une riche rançon pour libérer son illustre prisonnier. Mais le frère de Richard, Jean sans Terre, ne veut pas payer la rançon et cherche à usurper le pouvoir.
L’histoire commence en 1194. Ivanhoe rentré en Angleterre, va tout mettre en oeuvre pour faire revenir Richard et lutter contre les normands qui abusent de leurs pouvoirs. Il demande un soutien financier à Isaac, le juif et fait connaissance de la brune Rebecca, sa fille, qui est aussi guérisseuse et qui tombe amoureuse de lui. Mais Ivanhoe est fiancé à la blonde Rowena, pupille de son père, qui l’aime en retour…

The-Queen-of-the-Tournament    Ivanhoe    by Frank-William-Warwick-Topham
The-Queen-of-the-Tournament Ivanhoe by Frank-William-Warwick-Topham

Parmi quelques brillants épisodes, il faut noter le grand tournoi d’Ashby-de-la-Zouche, Ivanhoé suivi de Richard, qui est revenu de la Croisade en grand secret, écrase tous les chevaliers du prince Jean et, parmi eux le farouche templier Sir Briand de Bois Guilbert et Sir Reginald Front de bœuf (auquel le prince Jean a donné le fief d’Ivanhoé).ivanhoe
Lors de l’assaut du château de Torquilstone où Ivanhoé est blessé, Cédric, Rowena, Athelstane, Isaac de York et sa courageuse fille Rébecca sont emprisonnés par les nobles normands. Mais après une bataille acharnée le château est pris d’assaut par une bande de brigands et de Saxons commandés par le légendaire Robin de Locksley et le roi Richard.
Le château sera du reste incendié par une saxonne, Ulrich, qui est la maîtresse de l’assassin de son père et qui s’est vengée en semant la discorde parmi les Normands. Les prisonniers sont délivrés. Bois-Guilbert qui s’est épris de Rébecca l’emmène avec lui à Templestowe.

IVANHOE - Arrestation de Rebecca
IVANHOE – Arrestation de Rebecca

Comme la jeune fille repousse les avances du templier, ce dernier la fait accuser de sorcellerie. Par chance, elle sera alors délivrée par Ivanhoé, qui affronte en duel Bois-Guilbert. Ivanhoé épouse finalement Lady Rowena.
Faute de mieux, Rébecca quitte l’Angleterre avec son père.

Parmi les personnages secondaires, on remarquera Robin Hood, frère Tuck le moine soldat, le bouffon Wamba et Isaac, père de Rebecca.

Aliénor d’Aquitaine et l’abbaye de Fontevraud -1/3-

Louis VII prend l'oriflamme à Saint-Denis, avec Alienor

Après avoir été éloignée – du temps de son mariage avec Louis VII ( Roi de France) – de toute activité politique; Aliénor d’Aquitaine ne sera pas déçue et va vivre des années fécondes, non seulement parce qu’elle donne naissance à huit enfants, mais parce qu’elle se révèle administratrice infatigable ; le grand nombre de lettres et chartes émanant d’elle montre quelle attention elle porte, à la fois à ses domaines personnels et au Royaume tout entier…

Abbaye Fontevraud 1

L’exemple en est son attachement de plus en plus proche avec l’abbaye de Fontevraud, prouvé par ses nombreuses chartes, qui nous révèlent l’activité d’une reine en cette seconde moitié du XIIe siècle… Aliénor, perpétue ce qui était devenu comme une tradition dans sa lignée en se rendant à Fontevraud.

L’histoire de l’abbaye débute en 1101, année de la première Croisade et de la prise de Jérusalem. L’abbaye est fondée par un ermite breton,

Robert d'Arbrissel fonde l'abbaye de Fontevraud
Robert d’Arbrissel fonde l’abbaye de Fontevraud

Robert d’Arbrissel à qui le pape Urbain demande de prêcher la croisade en Anjou. Il devient prédicateur itinérant et sillonne, à ce titre, tout l’Ouest de la France. Le charisme de cet homme attire des centaines de personnes qui décident de le rejoindre à Fontevraud pour y créer une communauté religieuse.

Grâce à la générosité des comtes d’Anjou, Robert d’Arbrissel va commencer la construction de deux couvents : le Grand Moûtier (ou couvent Sainte-Marie) pour les religieuses, et le couvent Saint-Jean pour les moines. Robert d’Arbrissel dédie sa fondation à le Vierge Marie dont il veut perpétuer la maternité spirituelle. C’est pourquoi ce sont toujours des abbesses qui régiront l’abbaye et religieuses et moines lui devront tous obéissance et respect filial.

Au XIIème siècle, l’ordre compte 300 contemplatives et 5000 religieux nommés les Fontevristes.

Fontevraud - L'abbaye  - 1699
Fontevraud – L’abbaye – 1699

Curieusement voulu, par son fondateur, mixte et gouverné par une abbesse ayant autorité tant sur des moniales que sur des frères assujettis à celles-ci, l’Abbaye de Fontevraud était rapidement devenu célèbre ; relevant du diocèse de Poitiers, il n’avait pas tardé à essaimer largement, spécialement en Poitou et en Aquitaine. La grand-mère paternelle d’Aliénor, Philippa de Toulouse, épouse bafouée du duc troubadour Guillaume IX d’Aquitaine, avait de bonne heure honoré Fontevraud de sa visite avant de fonder en 1114, dans son Toulousain natal, le prieuré fontevriste de Lespinasse où elle était morte peu après sous le voile qu’elle y avait pris avec sa fille Audéarde.

Alienor-charte-affranchit-les-habitants-du-Poitou-des-servitudes-féodales-et-donne-à-Poitiers-son-premier-échevin-par-A.-Steinheil-1869
Alienor-charte-affranchit-les-habitants-du-Poitou-des-servitudes-féodales-et-donne-à-Poitiers-son-premier-échevin-par-A.-Steinheil-1869

La première visite d’Aliénor, connue à l’abbaye, lui permet de promulguer la toute première de ses chartes personnelles en faveur de Fontevraud, intervient en 1152, aux lendemains immédiats de son divorce et de son rapide remariage avec Henri Plantegenêt, comte d’Anjou – Maine – Touraine et duc de Normandie. Elle lui apporte, comme naguère à Louis VII, le duché d’Aquitaine en dot et elle reçoit le 19 décembre 1154, avec Henri la couronne d’Angleterre.

Suivront ensuite : une installation d’un monastère de l’ordre à Westwood en Angleterre ; des conventions passées entre le monastère et les habitants d’Angers au sujet du péage des Ponts de Cé ; et autres droits et concessions …

Alienor d'Aquitaine 3Marquée par une très généreuse donation à l’abbaye, l’année 1170 est une date capitale pour Aliénor et Henri : celle des accords de Montmirail… En présence du roi de France, Henri II se reconnaît son sujet et son vassal pour toutes les possessions sur le continent, et repartit entre ses enfants les divers territoires du royaume Plantagenêt. De ces accords qui ont lieu pour l’Épiphanie de 1170 ( 6 janvier), Aliénor est absente et ne va trader à prendre sa revanche en faisant à son tour acte de politique personnelle : pour Pâques de la même année, elle instaure solennellement, comme duc d’Aquitaine et Comte de Poitou, son second fils Richard, celui que plus-tard on nommera Cœur de Lion.

Dans l’esprit d’Aliénor, la cérémonie n’eût pas été complète si elle n’avait pas été suivie d’une donation solennelle à l’abbaye de Fontevraud. Elle y associe ses fils et aussi son époux ( dont elle est de plus en plus éloignée à l’époque, puisque c’est le temps où il la trompe ouvertement avec la belle Rosemonde). L’acte porte sur plusieurs terres, en particulier l’une sur la cour royale qui va de  »Belle Villa » à Chizé, et sur les bois d’Argathum ( Argy).

Autre charte en faveur de l’abbaye, que celle promulguée conjointement par elle et par son fils Richard, promu duc d’Aquitaine depuis 1169, sa charte que confirme, en même temps, une autre, perdue, d’Henri II, est passée à Chinon où le roi, alors à l’apogée de sa puissance, tient, entouré des siens, sa cour à Noël 1172.

THEATRE GALISSON - Carole Galisson, ici dans le rôle d'Aliénor d'Aquitaine
THEATRE GALISSON – Carole Galisson, ici dans le rôle d’Aliénor d’Aquitaine

Aliénor reprend résolument son titre de duchesse d’Aquitaine, comtesse de Poitiers. C’est aussi l’époque où elle soulève ses États contre le pouvoir devenu despotique d’Henri Plantagenêt. En 1173, la révolte, qui couve partout, animée par la reine et incarnée en ses fils Henri le Jeune et Richard, éclatera ouvertement. Elle ne sera matée par Henri II que l’année suivante, lorsque, surprise en vêtements d’homme au milieu d’une petite escorte de Poitevins, au moment où elle tente de gagner les terres de son premier époux, Louis VII roi de France, la reine Aliénor est faite prisonnière.

L’impitoyable lutte d’influence entre Aliénor d’Aquitaine et son époux, Henry II (Katharine Hepburn et Peter O’Toole)
L’impitoyable lutte d’influence entre Aliénor d’Aquitaine et son époux, Henry II (Katharine Hepburn et Peter O’Toole)

Prisonnière de son mari, d’abord à Chinon de fin novembre 1173 à juillet 1174, puis en Angleterre pendant la douzaine d’années qui suivit l’échec de cette grande révolte, elle ne retrouve sa liberté — et, encore, temporairement — qu’au début de 1185. Au long de ces années, les fontevristes — demeurées dans les meilleurs termes avec le roi qui continue de multiplier les interventions et donations en leur faveur ne semblent nullement s’être préoccupées de son triste sort et il est remarquable qu’en 1204 encore, exaltant sa mémoire dans son éloge nécrologique, elles se soient prudemment abstenues de toute allusion à sa longue captivité. Pour l’heure, elles s’inquiètent de ce qu’il allait advenir des dons qu’elle leur a consentis en forêt de Chizé et, vers 1180, elles prennent la précaution de les faire confirmer par son fils Richard, duc d’Aquitaine. Quant à Aliénor elle-même, elle refuse en 1175 une proposition de son époux de lui rendre la liberté sous condition de sa prise de voile à Fontevraud.

La mort du roi Richard Coeur de Lion, à Châlus en Limousin. -2/2-

Toujours déterminé à exécuter ses projets belliqueux, le roi d’Angleterre met donc, le siège devant le château de Châlus-Chabrol.

Gisant en mémoire de Richard_Coeur_de_Lion à Chalus
Gisant en mémoire de Richard_Coeur_de_Lion à Chalus

Châlus provient du latin castellum ( petit château) et Chabrol, du nom du chevalier qui construisit ce château, très probablement un’ Bernard Chabrol’ qui assista en 1028 à la consécration de l’église d’Arnac.

Le château convoité par Richard est seulement défendu par deux chevaliers dans une tour et abrite trente-huit personnes ( hommes et femmes). Les assiégés proposent à Richard de se rendre à lui, en échange de leurs vies sauves, de bons traitements et de la sauvegarde de leurs armes dont ils promettent de ne pas se servir contre lui.

Richard 1er joué par Sean-Connery
Richard 1er joué par Sean-Connery

Ce genre de proposition est courante lors de sièges de châteaux et met généralement fin aux hostilités. Mais furieux contre ses vassaux et voulant sans doute faire un exemple, Richard refuse, jure de prendre le château d’assaut et de faire pendre ensuite tous ses occupants. Des deux chevaliers de la tour, l’un se nomme Pierre Brun qui est précisément Pierre, seigneur de Montbrun ( château voisin de Châlus), fils de Hugues IX le Brun, Sire de Lusignan. On ne sait rien sur l’autre chevalier sinon qu’il s’agit d’un certain Pierre Basile. Est-il un parent de Pierre de Montbrun, ou le seigneur de la proche localité de Saint-Basile ? Arbalette Richard petitLe fait est que c’est lui qui tire la flèche fatale sur Cœur de Lion. Il ne faut pas manquer de courage ni de détermination pour tirer sur le roi d’Angleterre. Basile l’a t-il fait de son chef ou a t-il obéi aux ordres de Pierre de Montbrun?   Il pouvait envisager à quelles terribles représailles les redoutables mercenaires brabançons allaient se livrer pour venger le roi. Mais Richard, rappelons-le, avait promis de faire pendre tout le monde une fois le château tombé, ce qui ne serait pas long, vu la disposition des forces en présence. Alors, la situation étant désespérée, Basile prend le risque de tuer celui qui est la cause de tant de maux ; il va changer le destin de la France et de l’Europe. Soulignons, qu’à aucun moment les assiégés n’ont fait allusion à un quelconque trésor qui aurait pu servir de monnaie d’échange contre leurs vies ; ceci est un argument de plus contre la thèse du trésor.

Mort de Richard_coeur_de_lion garvure de Felix-Henri-Emmanuel-Philippoteaux
Mort de Richard_coeur_de_lion garvure de Felix-Henri-Emmanuel-Philippoteaux

Comme Richard, insouciant, sans armure, inspecte la forteresse, Basile, depuis sa tour le vise avec son arbalète. Le carreau, grosse flèche de l’arbalète dont le fer a quatre faces, atteint sans coup férir le roi à l’épaule. Certains chroniqueurs dont Bernard Itier du Limousin ont précisé que la blessure a été faite à l’épaule gauche. D’autres, mais moins crédibles parce que plus tardifs ont parlé du bras, du milieu du corps, de l’œil… L’historien Mathieu Paris ( mort en 1259) assure même que le trait a été empoisonné.

Mort de Richard coeur de Lion à Chalus
Mort de Richard coeur de Lion à Chalus

C’est le 26 mars 1199, la blessure que Richard ne prend pas au sérieux au début, s’envenime. Un chirurgien de Mercadier n’arrive pas à enlever le fer à quatre faces, il  »charcute » plus qu’autre chose le roi, la plaie s’infecte et Richard comprend alors la gravité de son état. Mais déterminé à lutter jusqu’au bout contre Adémar, il ordonne tout de même à Mercadier de prendre le château de Châlus puis ceux de Nontron et de Piégut, comme prévu.

Le capitaine des mercenaires lui obéit et tous les assiégés de Châlus sont mis à mort, excepté l’archer qui a touché le roi. Mercadier amène Pierre Basile auprès de Richard qui, mourant, fait grâce de la vie à l’arbalétrier et désire même qu’on lui donne une forte somme d’argent. Mais une fois le roi mort, le cruel Mercadier ne respecte pas ses dernières volontés, et fait écorcher vif puis pendre la malheureux Basile.

La Tombe de Richard 1er à Fontevraud
La Tombe de Richard 1er à Fontevraud

Peu avant de mourir, Richard a demandé qu’on aille prévenir sa mère qui a près de quatre vingt ans et qui vit retirée à l’abbaye de Fontevraud. Après s’être confessé, il aurait désigné son successeur en la personne de son frère Jean par un testament que lui aurait dicté Aliénor. Pour finir il donne ses ordres pour ses funérailles : « Je sais qu’au moment d’expier mes fautes, je ne pourrai que très difficilement échapper aux peines de l’enfer, sauf, la miséricorde de Dieu, et grâce aux prières des servantes-esclaves du Christ, à Fontevraud, que de mon vivant j’ai beaucoup aimées. A présent, en mourant, je m’abandonne à elles.

Boite renfermant le coeur de Richard
Boite renfermant le coeur de Richard

C’est pourquoi pauvre de tout, je vous ordonne de porter là mon corps et malgré mon indignité, de le déposer au pieds de mon père. » Il voulut donc que son corps soit inhumé à Fontevraud, que son cœur soit remis à la Normandie et que ses entrailles restent sur place à Châlus. Ainsi le rappelle cette épitaphe de Richard cœur de Lion, qui après avoir été victorieux de tant de batailles, mourût le 6 avril 1199, à l’âge de quarante et un ans, 11 jours après sa blessure :

« En Poitou la terre de Châlus garde les entrailles de son Duc

Fontevraud hérite de son corps déposé sous le marbre

La Normandie conserve le cœur invincible du Roi

Ainsi trois pays se partagent ses restes illustres

Aucun ne pourrait suffire à les ensevelir »

Aliénor d'Aquitaine, épouse de Henri II Plantagenet et mère de Richard 1er
Aliénor d’Aquitaine, épouse de Henri II Plantagenet et mère de Richard 1er

Richard 1er ne laisse pas d’héritier, la couronne passe à son frère Jean. Infatigable, sa mère Aliénor pendant l’hiver 1199-1200 franchit les Pyrénées accompagnée de l’archevêque de Bordeaux pour se rendre en Castille où demeure sa petite-fille Blanche de Castille. Elle ramène Blanche (12 ans) dans le royaume de France pour la marier à Louis VIII le Lion, fils de Philippe Auguste. Le mariage a lieu le 23 mai 1200. Blanche mettra au monde le fameux Louis IX – ‘Saint-Louis’ – et Aliénor sera l’aïeule de toutes les familles princières et aristocratiques d’Europe.

Sources : L’épopée Richard Cœur de Lion de Marie-Christine Grave du Bourg (1999) Ed Flanant

La mort du roi Richard Coeur de Lion à Châlus en Limousin. -1/2

040454b1b11bf78b27d07d8904d3ab197ff1De retour de croisade, Richard Coeur de Lion (1157-1199)  est capturé par le duc d’Autriche qui le cède à l’Empereur Romain-Germanique Henri VI. Celui-ci demande une énorme rançon pour libérer Richard.

Quand  Richard est libéré en 1194 la guerre avec le roi de France est inévitable. Elle se déroule mal pour Philippe II Auguste ( fils du roi Louis VII) qui est vaincu en 1194 à Fréteval près de Vendôme, le roi de France y perd ses archives. Il est vaincu à nouveau près de Gisors en 1198 et bénéficie d’une Trève

Gravure-de-Richard Cœur-de-Lion lors de son retour en Angleterre en 1194
Gravure-de-Richard Cœur-de-Lion lors de son retour en Angleterre en 1194

(Vernon – janvier 1199) grâce à la médiation du Pape Innocent III.

Richard peut ainsi reprendre les armes contre des vassaux à lui qui avaient passé des traités d’alliance avec le roi de France, pendant sa captivité en Allemagne. Parmi ceux-ci il y a en particulier le comte d’Angoulême et le vicomte de Limoges Adémar V qui sera tué en cette même année 1199, soulignons-le, tué par le fils naturel de Richard, Philippe de Cognac…

Richard the Lionheart
Richard the Lionheart

Désireux de se venger, Richard prend la résolution de détruire tous les châteaux du vicomte de Limoges.

Courant avril, ‘Cœur de Lion’ arrive devant le château de Châlus en Limousin, place forte sur la route de Périgueux.

Selon le chroniqueur anglais Roger de Hoveden ( XIIIe s.) Richard voulait s’emparer d’un trésor caché à Châlus… : « Le vicomte de Limoges, ayant trouvé dans sa terre un grand trésor en or et argent, en envoya une bonne part à Richard, roi d’Angleterre son seigneur ; mais le roi la refusa, disant qu’il devait avoir ce trésor tout entier, en vertu de son droit de suzeraineté. Cependant le susdit vicomte ne voulut nullement le lui concéder. Le roi d’Angleterre vint donc avec une grande armée dans ce pays du Limousin pour faire la guerre au vicomte, et il assiégea un de ses châteaux, qu’on appelle Châluz, dans lequel il pensait que le trésor était caché. »

Le Sceau-de-Richard 1er
Le Sceau-de-Richard 1er

Le poète Guillaume le Breton, quant à lui, raconte : « Dans la terre de Châlus, un certain paysan, placé sous les ordres d’un seigneur qui se nommait Achard, retournait la terre avec sa charrue, lorsqu’il trouva dans le champ labouré un trésor caché. »

Nous savons que Richard avait toujours grandement besoin d’argent, cependant cette hypothèse du trésor reste improbable. Bernard Itier, chroniqueur limousin, contemporain de Richard, affirme que le roi d’Angleterre avait bel et bien l’intention de détruire tous les châteaux et place fortes du vicomte de Limoges.Vicomté de Limoges 2 Ceci est confirmé par un autre historien anglais Raoul Goggeshale : « Richard conduisit son armée contre le vicomte de Limoges, qui, dans le temps de la guerre, s’était révolté contre le roi son seigneur, et avait fait un traité d’alliance avec le roi Philippe ». Le Père Bonaventure avait du reste traduit ce traité d’alliance dont voici un extrait : «  Moy, Aymar, vicomte de Limoges, fais connaître à tous qui verront cet écrit, que j’ay fait accords et conventions suivantes avec mon seigneur Philippe, illustre roi de François ; parce que à cause des injures que Richard, roi d’Angleterre, m’a fait, et à mon frère Aymar Comte d’Angoulême, il alla de ma part vers le roy et je fis confédération avec lui de cette façon :

La Bible de Saint-Yrieix-La-Perche fin-XIe-début-XIIe-siècle
La Bible de Saint-Yrieix-La-Perche fin-XIe-début-XIIe-siècle

Que je l’ayderai toujours selon mon pouvoir comme mon seigneur, et ne me retireray jamais de luy que par ses ordres, et que s’il me joignoit à quelque autre, il me donnera ses lettres-patentes, qu’on me laissera en paix ; et, si on y manquait, il m’aydera contre cluy-la.

Que si un nouveau seigneur vouloit agir contre mon roy Philippe, je m’y opposeray, rendant de bonne foy secours et aide au susdit roy Philippe. Fait à Saint-Yrieix en 1198. »

Si, on reste sur l’idée du trésor et l’impérieuse nécessité de trouver des fonds… Richard sait qu’à moins de 15 kilomètres, à Saint Yrieix la Perche, se trouvent les plus importantes mines d’or de France, encore exploitées aujourd’hui. Peut-être aussi, que le vicomte de Limoges oublie soigneusement de remettre à son suzerain son dû….

A suivre….

Du Roi Arthur aux rois Plantagenêt -3/3-

Richard Coeur de Lion

Richard – né à Oxford en 1157 – n’était pas destiné à devenir roi. Son aîné, Henri, est couronné roi d’Angleterre en 1170.

Statue du roi Richard 1er (The Lionheart) of England ~ The Houses of Parliament
Statue du roi Richard 1er (The Lionheart) of England ~ The Houses of Parliament

Lui même est fait duc d’Aquitaine un an plus tard, soutenu par sa mère Aliénor qui veut lui transmettre son héritage personnel. Mais Henri, en lutte contre son père, meurt en 1183, à Martel. A la mort du père, vaincu par ses fils en 1189, Richard règne sur tout l’empire Plantagenêt, comme son père avant lui : il est roi d’Angleterre, duc de Normandie, duc d’Aquitaine, comte d’Anjou et du Maine.

«  Grand, blond, beau comme un jeune dieu, il s’exprimait avec aisance, avait la repartie aimable et juste ; il était bon, affable, toujours prêt à pardonner et d’une générosité incomparable », écrit Régine Pernoud.

King Arthur... Winchester
King Arthur… Winchester

Le roi Richard 1er représente le modèle du roi-chevalier, comme le personnage du roi Arthur dans les légendes de la Table Ronde que l’on écrit justement à cette époque. Richard est plus à l’aise sur un destrier, au milieu d’une bataille ou d’un tournoi, faisant tournoyer sa lourde épée, que dans son palais en compagnie de ses courtisans qui parlent plus qu’ils n’agissent.

Richard the Lionheart
Richard the Lionheart

Richard Cœur de Lion est sans doute l’un des personnages les plus charismatiques de l’histoire anglaise après le roi Arthur. Et pourtant, que sait-on vraiment de lui ? La légende de Robin des Bois a fini par supplanter la sienne. On a célébré l’adversaire de Saladin. Mais l’homme ? Il est à la hauteur… Chevaleresque, impitoyable, mais juste. Il possède de sa mère, Aliénor d’Aquitaine, cet esprit d’indépendance farouche, mais aussi la chaleur humaine et la ténacité. Richard Cœur de Lion a atteint sa dimension légendaire, grâce à elle du Roi Arthur…

Richard the Lionheart
Richard the Lionheart

Richard participe de son vivant à l’élaboration de sa propre légende en y incorporant des traits inquiétants, sulfureux ou équivoques il se proclame le « fils de la démone », s’attribuant une ascendance diabolique, mêlant volontairement la mythologie à son histoire et à celle de sa famille.

Church of Fontevraud Abbey Richard I effigy
Church of Fontevraud Abbey – Richard I  – effigy

C’est à la demande du roi Henri II que l’on a entreprit des recherches qui aboutissent en 1191, sous le règne de Richard Cœur de Lion, à la découverte des prétendues tombes d’Arthur et de Guenièvre par des moines de cette abbaye de Glastonbury. Cette abbaye est alors en Angleterre la rivale de l’abbaye de Saint-Denis en France. L’abbé de Glastonbury, Henri de Sully, est complice. Les circonstances de cette exhumation sont relatées par un clerc contemporain, Giraud de Barri, chapelain du roi Henri II :OLYMPUS DIGITAL CAMERA
« Arthur a été retrouvé de nos jours à Glastonbury, entre deux pyramides de pierre élevées jadis dans le cimetière, gisant profondément en terre dans un tronc de chêne creusé et, solennellement transféré dans l’église, il y a été pieusement déposé dans un tombeau de marbre. Une croix de plomb placée sur une pierre, non pas à l’endroit [comme c’est notre usage], mais à l’envers [je l’ai vue et j’en ai touché l’inscription, taillée non pas en relief, mais en creux, et tournée du côté de la pierre], disait : « Ici gît l’illustre roi Arthur, enseveli avec Wenneveria, sa seconde femme, dans l’île d’Avallonie ». Giraud de Barri, De principis instructione, vers 1193.

Le roi Richard Coeur de Lion, flatté de la découverte, se fait remettre les objets que contient la tombe ; parmi eux, l’épée Excalibur. La gloire du roi Arthur rejaillit sur son  »successeur »…

Giraud de Barri identifie Glastonbury avec l’île d’Avallon. Située au Sud-Ouest de l’Angleterre, l’abbaye se trouvait sur un lieu marécageux, et aurait tiré son nom d’un ancien toponyme breton « Inis Avallon » signifiant « l’île aux pommes »… Le premier petit-fils d’Henri et d‘Aliénor, né en 1187, il reçut le nom d‘Arthur et fut considéré comme l’héritier futur de la Bretagne jusqu’en 1203, date où il fut assassiné.

Richard est alors aussi bien reconnu comme troubadour que comme chevalier hors pair. Homme cultivé – fils d’Aliénor d’Aquitaine et le descendant d’une lignée de seigneurs troubadours – il lit les romans de la Table Ronde, écrit par Chrétien de Troyes, et qui racontent les hauts faits de chevaliers errants, en quête de justice et du saint Graal. Tout en étant roi, Richard rêve d’imiter ces héros…. Et pour lui, le seul moyen d’être un parfait chevalier ce n’était pas en restant assis sur son trône en Angleterre ou en Aquitaine. L’aventure, au XIIe siècle, elle se rencontre plus sûrement en Orient, dans l’Empire byzantin et avant tout contre les infidèles, les Maures, c’est-à-dire les musulmans qui suivent la voix du prophète Mahomet et qui depuis plusieurs siècles ont envahit la Terre sainte.

1199 - Richard 1er Cœur de Lion (1157-1199) mourra au siège de Châlus
1199 – Richard 1er Cœur de Lion (1157-1199) mourra au siège de Châlus

Au départ de la 3e croisade, Richard Cœur de Lion, porte « l‘épée d’Arthur, l’illustre roi breton des temps anciens, que les Bretons nomment Excalibur » [d’après Roger de Howden], épée qu’il offre au roi de Sicile Tancrède en échange de l’argent qui lui manque. Mythe et réalité se confondent désormais et la légende arthurienne est alors complètement assimilée par les rois d’Angleterre et intégrée à leur désir d’exalter un sentiment national.

Lors du siège de Châlus (où, selon certains, aurait été porté un trésor récemment découvert, que Richard réclamait), il est atteint d’une flèche à l’épaule, dont on ne peut extraire le fer. Orgueilleusement, il méprise la douleur et la gangrène se met dans la plaie mal soignée. Il fait alors venir sa mère Aliénor et meurt dans ses bras, en 1199, après avoir pardonné, diton, à son meurtrier.

Du Roi Arthur aux rois Plantagenêt -1/3-

De la légende à l’Histoire

alienor_aquitaine (1)
La reine Aliénor tenait une cour importante où se réunissaient les artistes et les poètes. Assise entre un musicien et deux joueurs de dés, elle supervise ici les activités de son château. En bas, une femme tisse pendant qu’un cordonnier répare des chaussures.

Maître Wace, chanoine de Bayeux, avait dédié à la reine Aliénor, le Roman de Brut (1155) , une traduction en vers de l’œuvre du génial Geoffroy de Monmouth (1135) , à qui est dû le personnage du Roi Arthur, entouré de sa légendaire cour… Wace ne se faisait pas faute d’ajouter à sa traduction, tous les détails sur la vie courtoise de son propre temps, celle qu’il avait sous les yeux et qui animait l’entourage de la reine Aliénor. C’est ce règne de  »courtoisie » qui est décrit dans cet ouvrage où se trouve pour la première fois nommée la  »Table Ronde » qui tiendra une telle place dans la veine romanesque du XIIè s.

Wace a achevé vers 1155 de traduire en anglo-normand et de mettre en vers l’Historia Regum Britaniae de Geoffroy de Monmouth, histoire des rois de Bretagne (c’est-à-dire de Grande-Bretagne) où la légende du roi Arthur est orchestrée de telle sorte que Wace n’a qu’à l’exploiter de manière à développer la généalogie des rois d’Angleterre en partant du Brut, descendant lui-même de Brutus.

Glastonbury, en Angleterre. Il s'agit ici de l'église où le roi Arthur aurait été enterré
Glastonbury, en Angleterre. Il s’agit ici de l’église où le roi Arthur aurait été enterré

L’Histoire des rois de Bretagne, était une commande du père d’Henri II, lequel n’a fait que poursuivre la tradition : sous le patronage d’Arthur, la dynastie Plantagenêt peut se parer du prestige d’un roi digne de rivaliser avec Charlemagne, héros des Capétiens. Henri II a demandé à Wace d’engager ce travail considérable (quinze mille vers) dont une copie a été présentée à Aliénor. Un peu plus tard, il demande à Wace d’écrire le Roman de Rou, chronique complémentaire puisque vouée, cette fois, à célébrer la grandeur des ducs de Normandie, et dédiée à Aliénor, « haute dame, franche, débonnaire et sage »… Seulement, quelques années plus tard, Wace est prié de céder la plume à Benoît de Saint-Maure : une rupture a eu lieu, et elle correspond, semble-t-il, avec l’éloignement d’Aliénor.

104-jpgDans les années 1170, Thomas d’Angleterre, clerc et poète normand; est connu pour son poème en ancien français Tristan, une version de la légende de Tristan et Iseut. Thomas est fréquemment présent à la cour d’Henri II d’Angleterre et Alienor d’Aquitaine Il est parfois considéré comme l’initiateur de la poésie courtoise Thomas, a surtout le désir d’adapter cette histoire aux exigences de la fin’amor : la passion n’est pas due à la magie d’un philtre, mais au choix de chacun des amants pour l’autre. La culpabilité n’existe pas car la conduite de Tristan et Iseut se justifie ici totalement par la morale courtoise qui exalte l’amour adultère. Thomas cherche essentiellement la  « verur », c’est-à-dire vérité des sentiments et la vraisemblance des caractères.

A suivre: Henri II, Aliénor d’Aquitaine, et Richard cœur de lion

La dynastie des Plantagenêts. -3/3- Richard Cœur de lion

Arthur retirant l'épée petitL’une des premières décision du nouveau roi Richard 1er (1157-1199) est d’envoyer Guillaume le Maréchal, le plus grand chevalier du monde et le fidèle serviteur de son père, délivrer la reine-mère Aliénor de sa prison dorée. Mais ce n’est pas pour ses décisions politiques que Richard est connu. Son surnom, le Cœur de Lion, prouve que ses talents sont plus physiques, plus chevaleresques. Richard est devenu, pour les hommes du Moyen Age comme pour nous aujourd’hui, le modèle du roi-chevalier, comme le personnage du roi Arthur dans les légendes de la Table Ronde que l’on écrivait justement à cette époque. Richard est plus à l’aise sur un destrier, au milieu d’une bataille ou d’un tournoi, faisant tournoyer sa lourde épée, que dans son palais en compagnie de ses courtisans qui parlent plus qu’ils n’agissent.Richard I (Fontevraud). Alienor d' Aquitaine

Après avoir retrouvé sa mère à ses côtés, Richard ramena la paix dans son royaume. Il pardonne aux seigneurs qui avaient choisi le camp de son père Henry et avaient été contre lui.

Ensuite, Richard va en Angleterre pour être couronné roi. Durant son voyage vers Londres, la capitale, le peuple l’acclame: il est jeune, plein de promesse et surtout tout le monde est soulagé de la fin du règne de Henry. Richard est couronné en septembre 1189 dans l’abbaye de Westminster à Londres, par l’archevêque Baudouin de Canterbury.Richard_the_Lionheart

Richard ne compte pas vraiment rester dans son royaume ; il veut agir, être un chevalier, combattre et prouver sa valeur et sa bravoure par de nombreux exploits extraordinaires. En homme cultivé – il est bien le fils d’Aliénor d’Aquitaine et le descendant d’une lignée de seigneurs troubadours – il a lu les romans de la Table Ronde, écrit par Chrétien de Troyes, et qui racontent les hauts faits de chevaliers errants, en quête de justice et du saint Graal. Tout en étant roi, Richard rêve d’imiter ces héros « contemporains ». Et pour lui, le seul moyen d’être un parfait chevalier ce n’était pas en restant assis sur son trône en Angleterre ou en Aquitaine. L’aventure, au XIIe siècle, elle se rencontre plus sûrement en Orient, dans l’Empire byzantin et avant tout contre les Infidèles, les Maures, c’est-à-dire les musulmans qui suivaient la voix du prophète Mahomet et qui depuis plusieurs siècles avaient envahit la Terre sainte.richard 1

Un abbé cistercien, le grand saint Bernard de l’abbaye de Clairvaux, appelle les nobles à partir en Palestine. En 1189, de nouveau et pour la troisième fois, la papauté appelle les rois chrétiens à combattre pour leur religion. En fait, la situation en Orient s’est dégradée, un prince musulman, Salâh al-Din ou Saladin, entend bien imposer son pouvoir sur ces terres fertiles.

Richard (l) et Philippe II à Acre au cours de la troisième croisadeRichard confie la régence à sa mère, n'ayant aucune confiance en son frère Jean. Il fait la paix avec ses voisins et en premier lieu, le roi de France Philippe, avec qui il part en croisade.

À 34 ans, sous la pression d'Alienor, Richard épouse Bérangère de Navarre. Ils se voient très rarement, et ce mariage est avant tout un mariage de convenance…

épée sword fond blanc 600

En 1191, Richard Cœur de Lion, faisant escale à Palerme, fait don à Tancrède de Sicile de l'épée du roi Arthur.

crusadesRichard provoque la chute d'Acre en juillet 1191. C'est lors de cette prise qu'il va s'illustrer sombrement en massacrant 3 000 prisonniers musulmans… Il finit par bâcler une paix avec Saladin…

La croisade est plutôt un échec… Et, tandis qu'à Londres, on croit le roi perdu, celui-ci tente de regagner en secret son royaume avec une poignée de compagnons. Il sera prisonnier par l'empereur d'Allemagne et libéré en 1194, contre rançon. Il se bat ensuite contre le roi de France, pour libérer la Normandie.

Richard 1er plantagenetsRichard Cœur de Lion est perçu, au XIIème siècle comme aujourd’hui, comme étant un roi guerrier au caractère impulsif. On lui reprochait beaucoup, déjà de son vivant, de se comporter plutôt comme un chevalier que comme un monarque,Ce fut d’ailleurs cette impulsivité et cette soif de gloire et de combat qui l’amenèrent à s’exposer sous les murs de Châlus en 1199.

Châlus Chabrol, château où Richard Cœur de Lion fut touché par un carreau d’arbalète

Richard Coeur de Lion est décédé d'un carreau d'arbalète lors du siège du château de Chalus-Chabrol en 1199. Son corps embaumé fut placé sous un gisant dans l'abbaye de Fontevraud, son coeur sous un autre gisant dans la cathédrale de Rouen et ses viscères furent probablement enterrés sur place dans la chapelle du château de Chalus-Chabrol.

Dans les siècles qui suivirent sa mort, Richard continua à être un symbole pour la chevalerie et ses valeurs. Il fit l’objet de nombreuses chansons de geste et poèmes épiques ou courtois. On le comparait aux plus grands héros : à César, Roland ou aux chevaliers de la Table Ronde.

Déjà son père, Henri II, avait tenté de s’identifier au roi Arthur, modèle du roi juste et sage. Les mythes liés au roi Arthur et à ses chevaliers servirent, à la fin du XIIème siècle et jusqu’à la fin du Moyen Age, à exprimer la culture chevaleresque en plein essor. Richard fut assimilé à Lancelot ou Gauvain, modèles de chevalerie, où également à Arthur. Comme son père, il fit rechercher le tombeau de ce roi légendaire. La dynastie des Plantagenêt, en s’assimilant au mythe arthurien, tenta ainsi de trouver une légitimité à travers des mythes liés à l’Angleterre, mais aussi à la Bretagne continentale et à une partie du Nord de la France.

Walter Scott, dans son roman Ivanhoé au début du XIXème siècle, modernise le mythe et le popularise. Richard Cœur de Lion fait partie des personnages, certains, comme lui, réels, d’autres

légendaires, comme Arthur et ses chevaliers, qui incarnent le Moyen Age aux yeux de nos contemporains.

épée sword fond blanc 600

C'est à partir du règne de Jean sans Terre (1199-1216) que s’opère un glissement du cœur de l'empire Plantagenêt vers l'Angleterre. Jean sans Terre, perd en effet la Normandie, l'Anjou, le Maine et le Poitou en 1204-1205 et gouverne depuis l'île.

PlantagenetEdwardII

Après le règne désastreux de Jean sans Terre, l'Angleterre est dirigée par les rois Plantagenêt :

  • Henri III (1216-1272)

  • Édouard Ier (1272-1307) qui met la main sur le Pays de Galles et l'Écosse

  • Édouard II (1307-1327)

  • Édouard III (1327-1377) qui combat le royaume de France au début de la Guerre de Cent Ans.

En 1399, Richard II (1377-1399) est renversé et remplacé par un cousin germain, le duc de Lancastre, devenu Henri IV d'Angleterre, fondateur de la maison de Lancastre.