Archives pour l'étiquette Plantagenêts

La mort du roi Richard Coeur de Lion, à Châlus en Limousin. -2/2-

Toujours déterminé à exécuter ses projets belliqueux, le roi d’Angleterre met donc, le siège devant le château de Châlus-Chabrol.

Gisant en mémoire de Richard_Coeur_de_Lion à Chalus
Gisant en mémoire de Richard_Coeur_de_Lion à Chalus

Châlus provient du latin castellum ( petit château) et Chabrol, du nom du chevalier qui construisit ce château, très probablement un’ Bernard Chabrol’ qui assista en 1028 à la consécration de l’église d’Arnac.

Le château convoité par Richard est seulement défendu par deux chevaliers dans une tour et abrite trente-huit personnes ( hommes et femmes). Les assiégés proposent à Richard de se rendre à lui, en échange de leurs vies sauves, de bons traitements et de la sauvegarde de leurs armes dont ils promettent de ne pas se servir contre lui.

Richard 1er joué par Sean-Connery
Richard 1er joué par Sean-Connery

Ce genre de proposition est courante lors de sièges de châteaux et met généralement fin aux hostilités. Mais furieux contre ses vassaux et voulant sans doute faire un exemple, Richard refuse, jure de prendre le château d’assaut et de faire pendre ensuite tous ses occupants. Des deux chevaliers de la tour, l’un se nomme Pierre Brun qui est précisément Pierre, seigneur de Montbrun ( château voisin de Châlus), fils de Hugues IX le Brun, Sire de Lusignan. On ne sait rien sur l’autre chevalier sinon qu’il s’agit d’un certain Pierre Basile. Est-il un parent de Pierre de Montbrun, ou le seigneur de la proche localité de Saint-Basile ? Arbalette Richard petitLe fait est que c’est lui qui tire la flèche fatale sur Cœur de Lion. Il ne faut pas manquer de courage ni de détermination pour tirer sur le roi d’Angleterre. Basile l’a t-il fait de son chef ou a t-il obéi aux ordres de Pierre de Montbrun?   Il pouvait envisager à quelles terribles représailles les redoutables mercenaires brabançons allaient se livrer pour venger le roi. Mais Richard, rappelons-le, avait promis de faire pendre tout le monde une fois le château tombé, ce qui ne serait pas long, vu la disposition des forces en présence. Alors, la situation étant désespérée, Basile prend le risque de tuer celui qui est la cause de tant de maux ; il va changer le destin de la France et de l’Europe. Soulignons, qu’à aucun moment les assiégés n’ont fait allusion à un quelconque trésor qui aurait pu servir de monnaie d’échange contre leurs vies ; ceci est un argument de plus contre la thèse du trésor.

Mort de Richard_coeur_de_lion garvure de Felix-Henri-Emmanuel-Philippoteaux
Mort de Richard_coeur_de_lion garvure de Felix-Henri-Emmanuel-Philippoteaux

Comme Richard, insouciant, sans armure, inspecte la forteresse, Basile, depuis sa tour le vise avec son arbalète. Le carreau, grosse flèche de l’arbalète dont le fer a quatre faces, atteint sans coup férir le roi à l’épaule. Certains chroniqueurs dont Bernard Itier du Limousin ont précisé que la blessure a été faite à l’épaule gauche. D’autres, mais moins crédibles parce que plus tardifs ont parlé du bras, du milieu du corps, de l’œil… L’historien Mathieu Paris ( mort en 1259) assure même que le trait a été empoisonné.

Mort de Richard coeur de Lion à Chalus
Mort de Richard coeur de Lion à Chalus

C’est le 26 mars 1199, la blessure que Richard ne prend pas au sérieux au début, s’envenime. Un chirurgien de Mercadier n’arrive pas à enlever le fer à quatre faces, il  »charcute » plus qu’autre chose le roi, la plaie s’infecte et Richard comprend alors la gravité de son état. Mais déterminé à lutter jusqu’au bout contre Adémar, il ordonne tout de même à Mercadier de prendre le château de Châlus puis ceux de Nontron et de Piégut, comme prévu.

Le capitaine des mercenaires lui obéit et tous les assiégés de Châlus sont mis à mort, excepté l’archer qui a touché le roi. Mercadier amène Pierre Basile auprès de Richard qui, mourant, fait grâce de la vie à l’arbalétrier et désire même qu’on lui donne une forte somme d’argent. Mais une fois le roi mort, le cruel Mercadier ne respecte pas ses dernières volontés, et fait écorcher vif puis pendre la malheureux Basile.

La Tombe de Richard 1er à Fontevraud
La Tombe de Richard 1er à Fontevraud

Peu avant de mourir, Richard a demandé qu’on aille prévenir sa mère qui a près de quatre vingt ans et qui vit retirée à l’abbaye de Fontevraud. Après s’être confessé, il aurait désigné son successeur en la personne de son frère Jean par un testament que lui aurait dicté Aliénor. Pour finir il donne ses ordres pour ses funérailles : « Je sais qu’au moment d’expier mes fautes, je ne pourrai que très difficilement échapper aux peines de l’enfer, sauf, la miséricorde de Dieu, et grâce aux prières des servantes-esclaves du Christ, à Fontevraud, que de mon vivant j’ai beaucoup aimées. A présent, en mourant, je m’abandonne à elles.

Boite renfermant le coeur de Richard
Boite renfermant le coeur de Richard

C’est pourquoi pauvre de tout, je vous ordonne de porter là mon corps et malgré mon indignité, de le déposer au pieds de mon père. » Il voulut donc que son corps soit inhumé à Fontevraud, que son cœur soit remis à la Normandie et que ses entrailles restent sur place à Châlus. Ainsi le rappelle cette épitaphe de Richard cœur de Lion, qui après avoir été victorieux de tant de batailles, mourût le 6 avril 1199, à l’âge de quarante et un ans, 11 jours après sa blessure :

« En Poitou la terre de Châlus garde les entrailles de son Duc

Fontevraud hérite de son corps déposé sous le marbre

La Normandie conserve le cœur invincible du Roi

Ainsi trois pays se partagent ses restes illustres

Aucun ne pourrait suffire à les ensevelir »

Aliénor d'Aquitaine, épouse de Henri II Plantagenet et mère de Richard 1er
Aliénor d’Aquitaine, épouse de Henri II Plantagenet et mère de Richard 1er

Richard 1er ne laisse pas d’héritier, la couronne passe à son frère Jean. Infatigable, sa mère Aliénor pendant l’hiver 1199-1200 franchit les Pyrénées accompagnée de l’archevêque de Bordeaux pour se rendre en Castille où demeure sa petite-fille Blanche de Castille. Elle ramène Blanche (12 ans) dans le royaume de France pour la marier à Louis VIII le Lion, fils de Philippe Auguste. Le mariage a lieu le 23 mai 1200. Blanche mettra au monde le fameux Louis IX – ‘Saint-Louis’ – et Aliénor sera l’aïeule de toutes les familles princières et aristocratiques d’Europe.

Sources : L’épopée Richard Cœur de Lion de Marie-Christine Grave du Bourg (1999) Ed Flanant

La mort du roi Richard Coeur de Lion à Châlus en Limousin. -1/2

040454b1b11bf78b27d07d8904d3ab197ff1De retour de croisade, Richard Coeur de Lion (1157-1199)  est capturé par le duc d’Autriche qui le cède à l’Empereur Romain-Germanique Henri VI. Celui-ci demande une énorme rançon pour libérer Richard.

Quand  Richard est libéré en 1194 la guerre avec le roi de France est inévitable. Elle se déroule mal pour Philippe II Auguste ( fils du roi Louis VII) qui est vaincu en 1194 à Fréteval près de Vendôme, le roi de France y perd ses archives. Il est vaincu à nouveau près de Gisors en 1198 et bénéficie d’une Trève

Gravure-de-Richard Cœur-de-Lion lors de son retour en Angleterre en 1194
Gravure-de-Richard Cœur-de-Lion lors de son retour en Angleterre en 1194

(Vernon – janvier 1199) grâce à la médiation du Pape Innocent III.

Richard peut ainsi reprendre les armes contre des vassaux à lui qui avaient passé des traités d’alliance avec le roi de France, pendant sa captivité en Allemagne. Parmi ceux-ci il y a en particulier le comte d’Angoulême et le vicomte de Limoges Adémar V qui sera tué en cette même année 1199, soulignons-le, tué par le fils naturel de Richard, Philippe de Cognac…

Richard the Lionheart
Richard the Lionheart

Désireux de se venger, Richard prend la résolution de détruire tous les châteaux du vicomte de Limoges.

Courant avril, ‘Cœur de Lion’ arrive devant le château de Châlus en Limousin, place forte sur la route de Périgueux.

Selon le chroniqueur anglais Roger de Hoveden ( XIIIe s.) Richard voulait s’emparer d’un trésor caché à Châlus… : « Le vicomte de Limoges, ayant trouvé dans sa terre un grand trésor en or et argent, en envoya une bonne part à Richard, roi d’Angleterre son seigneur ; mais le roi la refusa, disant qu’il devait avoir ce trésor tout entier, en vertu de son droit de suzeraineté. Cependant le susdit vicomte ne voulut nullement le lui concéder. Le roi d’Angleterre vint donc avec une grande armée dans ce pays du Limousin pour faire la guerre au vicomte, et il assiégea un de ses châteaux, qu’on appelle Châluz, dans lequel il pensait que le trésor était caché. »

Le Sceau-de-Richard 1er
Le Sceau-de-Richard 1er

Le poète Guillaume le Breton, quant à lui, raconte : « Dans la terre de Châlus, un certain paysan, placé sous les ordres d’un seigneur qui se nommait Achard, retournait la terre avec sa charrue, lorsqu’il trouva dans le champ labouré un trésor caché. »

Nous savons que Richard avait toujours grandement besoin d’argent, cependant cette hypothèse du trésor reste improbable. Bernard Itier, chroniqueur limousin, contemporain de Richard, affirme que le roi d’Angleterre avait bel et bien l’intention de détruire tous les châteaux et place fortes du vicomte de Limoges.Vicomté de Limoges 2 Ceci est confirmé par un autre historien anglais Raoul Goggeshale : « Richard conduisit son armée contre le vicomte de Limoges, qui, dans le temps de la guerre, s’était révolté contre le roi son seigneur, et avait fait un traité d’alliance avec le roi Philippe ». Le Père Bonaventure avait du reste traduit ce traité d’alliance dont voici un extrait : «  Moy, Aymar, vicomte de Limoges, fais connaître à tous qui verront cet écrit, que j’ay fait accords et conventions suivantes avec mon seigneur Philippe, illustre roi de François ; parce que à cause des injures que Richard, roi d’Angleterre, m’a fait, et à mon frère Aymar Comte d’Angoulême, il alla de ma part vers le roy et je fis confédération avec lui de cette façon :

La Bible de Saint-Yrieix-La-Perche fin-XIe-début-XIIe-siècle
La Bible de Saint-Yrieix-La-Perche fin-XIe-début-XIIe-siècle

Que je l’ayderai toujours selon mon pouvoir comme mon seigneur, et ne me retireray jamais de luy que par ses ordres, et que s’il me joignoit à quelque autre, il me donnera ses lettres-patentes, qu’on me laissera en paix ; et, si on y manquait, il m’aydera contre cluy-la.

Que si un nouveau seigneur vouloit agir contre mon roy Philippe, je m’y opposeray, rendant de bonne foy secours et aide au susdit roy Philippe. Fait à Saint-Yrieix en 1198. »

Si, on reste sur l’idée du trésor et l’impérieuse nécessité de trouver des fonds… Richard sait qu’à moins de 15 kilomètres, à Saint Yrieix la Perche, se trouvent les plus importantes mines d’or de France, encore exploitées aujourd’hui. Peut-être aussi, que le vicomte de Limoges oublie soigneusement de remettre à son suzerain son dû….

A suivre….

Du Roi Arthur aux rois Plantagenêt -1/3-

De la légende à l’Histoire

alienor_aquitaine (1)
La reine Aliénor tenait une cour importante où se réunissaient les artistes et les poètes. Assise entre un musicien et deux joueurs de dés, elle supervise ici les activités de son château. En bas, une femme tisse pendant qu’un cordonnier répare des chaussures.

Maître Wace, chanoine de Bayeux, avait dédié à la reine Aliénor, le Roman de Brut (1155) , une traduction en vers de l’œuvre du génial Geoffroy de Monmouth (1135) , à qui est dû le personnage du Roi Arthur, entouré de sa légendaire cour… Wace ne se faisait pas faute d’ajouter à sa traduction, tous les détails sur la vie courtoise de son propre temps, celle qu’il avait sous les yeux et qui animait l’entourage de la reine Aliénor. C’est ce règne de  »courtoisie » qui est décrit dans cet ouvrage où se trouve pour la première fois nommée la  »Table Ronde » qui tiendra une telle place dans la veine romanesque du XIIè s.

Wace a achevé vers 1155 de traduire en anglo-normand et de mettre en vers l’Historia Regum Britaniae de Geoffroy de Monmouth, histoire des rois de Bretagne (c’est-à-dire de Grande-Bretagne) où la légende du roi Arthur est orchestrée de telle sorte que Wace n’a qu’à l’exploiter de manière à développer la généalogie des rois d’Angleterre en partant du Brut, descendant lui-même de Brutus.

Glastonbury, en Angleterre. Il s'agit ici de l'église où le roi Arthur aurait été enterré
Glastonbury, en Angleterre. Il s’agit ici de l’église où le roi Arthur aurait été enterré

L’Histoire des rois de Bretagne, était une commande du père d’Henri II, lequel n’a fait que poursuivre la tradition : sous le patronage d’Arthur, la dynastie Plantagenêt peut se parer du prestige d’un roi digne de rivaliser avec Charlemagne, héros des Capétiens. Henri II a demandé à Wace d’engager ce travail considérable (quinze mille vers) dont une copie a été présentée à Aliénor. Un peu plus tard, il demande à Wace d’écrire le Roman de Rou, chronique complémentaire puisque vouée, cette fois, à célébrer la grandeur des ducs de Normandie, et dédiée à Aliénor, « haute dame, franche, débonnaire et sage »… Seulement, quelques années plus tard, Wace est prié de céder la plume à Benoît de Saint-Maure : une rupture a eu lieu, et elle correspond, semble-t-il, avec l’éloignement d’Aliénor.

104-jpgDans les années 1170, Thomas d’Angleterre, clerc et poète normand; est connu pour son poème en ancien français Tristan, une version de la légende de Tristan et Iseut. Thomas est fréquemment présent à la cour d’Henri II d’Angleterre et Alienor d’Aquitaine Il est parfois considéré comme l’initiateur de la poésie courtoise Thomas, a surtout le désir d’adapter cette histoire aux exigences de la fin’amor : la passion n’est pas due à la magie d’un philtre, mais au choix de chacun des amants pour l’autre. La culpabilité n’existe pas car la conduite de Tristan et Iseut se justifie ici totalement par la morale courtoise qui exalte l’amour adultère. Thomas cherche essentiellement la  « verur », c’est-à-dire vérité des sentiments et la vraisemblance des caractères.

A suivre: Henri II, Aliénor d’Aquitaine, et Richard cœur de lion

La dynastie des Plantagenêts. -3/3- Richard Cœur de lion

Arthur retirant l'épée petitL’une des premières décision du nouveau roi Richard 1er (1157-1199) est d’envoyer Guillaume le Maréchal, le plus grand chevalier du monde et le fidèle serviteur de son père, délivrer la reine-mère Aliénor de sa prison dorée. Mais ce n’est pas pour ses décisions politiques que Richard est connu. Son surnom, le Cœur de Lion, prouve que ses talents sont plus physiques, plus chevaleresques. Richard est devenu, pour les hommes du Moyen Age comme pour nous aujourd’hui, le modèle du roi-chevalier, comme le personnage du roi Arthur dans les légendes de la Table Ronde que l’on écrivait justement à cette époque. Richard est plus à l’aise sur un destrier, au milieu d’une bataille ou d’un tournoi, faisant tournoyer sa lourde épée, que dans son palais en compagnie de ses courtisans qui parlent plus qu’ils n’agissent.Richard I (Fontevraud). Alienor d' Aquitaine

Après avoir retrouvé sa mère à ses côtés, Richard ramena la paix dans son royaume. Il pardonne aux seigneurs qui avaient choisi le camp de son père Henry et avaient été contre lui.

Ensuite, Richard va en Angleterre pour être couronné roi. Durant son voyage vers Londres, la capitale, le peuple l’acclame: il est jeune, plein de promesse et surtout tout le monde est soulagé de la fin du règne de Henry. Richard est couronné en septembre 1189 dans l’abbaye de Westminster à Londres, par l’archevêque Baudouin de Canterbury.Richard_the_Lionheart

Richard ne compte pas vraiment rester dans son royaume ; il veut agir, être un chevalier, combattre et prouver sa valeur et sa bravoure par de nombreux exploits extraordinaires. En homme cultivé – il est bien le fils d’Aliénor d’Aquitaine et le descendant d’une lignée de seigneurs troubadours – il a lu les romans de la Table Ronde, écrit par Chrétien de Troyes, et qui racontent les hauts faits de chevaliers errants, en quête de justice et du saint Graal. Tout en étant roi, Richard rêve d’imiter ces héros « contemporains ». Et pour lui, le seul moyen d’être un parfait chevalier ce n’était pas en restant assis sur son trône en Angleterre ou en Aquitaine. L’aventure, au XIIe siècle, elle se rencontre plus sûrement en Orient, dans l’Empire byzantin et avant tout contre les Infidèles, les Maures, c’est-à-dire les musulmans qui suivaient la voix du prophète Mahomet et qui depuis plusieurs siècles avaient envahit la Terre sainte.richard 1

Un abbé cistercien, le grand saint Bernard de l’abbaye de Clairvaux, appelle les nobles à partir en Palestine. En 1189, de nouveau et pour la troisième fois, la papauté appelle les rois chrétiens à combattre pour leur religion. En fait, la situation en Orient s’est dégradée, un prince musulman, Salâh al-Din ou Saladin, entend bien imposer son pouvoir sur ces terres fertiles.

Richard (l) et Philippe II à Acre au cours de la troisième croisadeRichard confie la régence à sa mère, n'ayant aucune confiance en son frère Jean. Il fait la paix avec ses voisins et en premier lieu, le roi de France Philippe, avec qui il part en croisade.

À 34 ans, sous la pression d'Alienor, Richard épouse Bérangère de Navarre. Ils se voient très rarement, et ce mariage est avant tout un mariage de convenance…

épée sword fond blanc 600

En 1191, Richard Cœur de Lion, faisant escale à Palerme, fait don à Tancrède de Sicile de l'épée du roi Arthur.

crusadesRichard provoque la chute d'Acre en juillet 1191. C'est lors de cette prise qu'il va s'illustrer sombrement en massacrant 3 000 prisonniers musulmans… Il finit par bâcler une paix avec Saladin…

La croisade est plutôt un échec… Et, tandis qu'à Londres, on croit le roi perdu, celui-ci tente de regagner en secret son royaume avec une poignée de compagnons. Il sera prisonnier par l'empereur d'Allemagne et libéré en 1194, contre rançon. Il se bat ensuite contre le roi de France, pour libérer la Normandie.

Richard 1er plantagenetsRichard Cœur de Lion est perçu, au XIIème siècle comme aujourd’hui, comme étant un roi guerrier au caractère impulsif. On lui reprochait beaucoup, déjà de son vivant, de se comporter plutôt comme un chevalier que comme un monarque,Ce fut d’ailleurs cette impulsivité et cette soif de gloire et de combat qui l’amenèrent à s’exposer sous les murs de Châlus en 1199.

Châlus Chabrol, château où Richard Cœur de Lion fut touché par un carreau d’arbalète

Richard Coeur de Lion est décédé d'un carreau d'arbalète lors du siège du château de Chalus-Chabrol en 1199. Son corps embaumé fut placé sous un gisant dans l'abbaye de Fontevraud, son coeur sous un autre gisant dans la cathédrale de Rouen et ses viscères furent probablement enterrés sur place dans la chapelle du château de Chalus-Chabrol.

Dans les siècles qui suivirent sa mort, Richard continua à être un symbole pour la chevalerie et ses valeurs. Il fit l’objet de nombreuses chansons de geste et poèmes épiques ou courtois. On le comparait aux plus grands héros : à César, Roland ou aux chevaliers de la Table Ronde.

Déjà son père, Henri II, avait tenté de s’identifier au roi Arthur, modèle du roi juste et sage. Les mythes liés au roi Arthur et à ses chevaliers servirent, à la fin du XIIème siècle et jusqu’à la fin du Moyen Age, à exprimer la culture chevaleresque en plein essor. Richard fut assimilé à Lancelot ou Gauvain, modèles de chevalerie, où également à Arthur. Comme son père, il fit rechercher le tombeau de ce roi légendaire. La dynastie des Plantagenêt, en s’assimilant au mythe arthurien, tenta ainsi de trouver une légitimité à travers des mythes liés à l’Angleterre, mais aussi à la Bretagne continentale et à une partie du Nord de la France.

Walter Scott, dans son roman Ivanhoé au début du XIXème siècle, modernise le mythe et le popularise. Richard Cœur de Lion fait partie des personnages, certains, comme lui, réels, d’autres

légendaires, comme Arthur et ses chevaliers, qui incarnent le Moyen Age aux yeux de nos contemporains.

épée sword fond blanc 600

C'est à partir du règne de Jean sans Terre (1199-1216) que s’opère un glissement du cœur de l'empire Plantagenêt vers l'Angleterre. Jean sans Terre, perd en effet la Normandie, l'Anjou, le Maine et le Poitou en 1204-1205 et gouverne depuis l'île.

PlantagenetEdwardII

Après le règne désastreux de Jean sans Terre, l'Angleterre est dirigée par les rois Plantagenêt :

  • Henri III (1216-1272)

  • Édouard Ier (1272-1307) qui met la main sur le Pays de Galles et l'Écosse

  • Édouard II (1307-1327)

  • Édouard III (1327-1377) qui combat le royaume de France au début de la Guerre de Cent Ans.

En 1399, Richard II (1377-1399) est renversé et remplacé par un cousin germain, le duc de Lancastre, devenu Henri IV d'Angleterre, fondateur de la maison de Lancastre.

La dynastie des Plantagenêts. -2/3- Henri II Plantagenêt

Henri II Plantagenêt roi d'Angleterre (1133 – 1189), réussit en une dizaine d'années, à concentrer entre ses mains de nombreux territoires : en 1154, il domine le royaume d'Angleterre, le duché de Normandie, le comté d'Anjou, le comté du Maine, le comté de Poitou et le duché d'Aquitaine.

            roisnormands

 Les quatre premiers rois normands d'Angleterre :

Guillaume le Conquérant, Guillaume le Roux, Henri Ier Beauclerc et Etienne de Blois.

Enluminure des Chroniques de Matthieu Paris,
rédigées à l'abbaye de Saint-Albans, entre 1236 et 1259. ( Manuscrit de la British Library
MS Royal 14 CVII, f.8v )

                       

Henri II voyage sans cesse dans son royaume, surtout en Normandie et en Angleterre (en cumulant les jours passés dans ces deux territoires, Henri passera 14 ans en Normandie et 13 ans en Angleterre). A l'inverse, Henri II voyage peu en Anjou  et en Aquitaine (7 ans sur l'ensemble de son règne). Ses voyages permettent au roi de s'approprier l'espace par sa seule présence physique. Ils lui permettent également de surveiller la noblesse locale et les agents du roi. Cela a une incidence évidente sur la perception du pouvoir royal dans ses territoires.

absalom leavs david to plotLa cour est le lieu par excellence du pouvoir royal. Elle est le centre à partir duquel le roi gouverne sa périphérie. Elle n'est pas statique. Le rayonnement du roi (et de sa cour) dépend de sa mobilité, des enquêtes et des missions de ses envoyés et des rapports de ses informateurs. La cour centralise les informations et envoie les ordres pour assurer son autorité sur les territoires.

Pour expliquer la situation d'un Richard avec l'Aquitaine qu'il soulève contre son père Henri II, il faut comprendre la figure du Juvenis, fondamentale pour expliquer ces luttes internes: au Moyen Age, les jeunes, surtout les jeunes de l'aristocratie, sont désireux de partager le pouvoir de leur père qui souvent le leur refuse. Ces jeunes peuvent s'appuyer sur les seigneuries locales (et inversement certaines attisent l'ambition du fils) pour contester l'autorité de son père…

King_John_from_De_Rege_Johanne (1)La cour d'Henri II impressionne par la qualité et la quantité d'écrivains latinistes. Ces écrivains, la plupart des clercs, instruisent la cour sur sa corruption et "corrigent" ses dysfonctionnements. Ces écrivains ont aussi la volonté de pacifier la noblesse guerrière en proposant des "codes" idéologiques: guerre juste, légitime. Ici se trouvent les prémisses de ce que sera la chevalerie. Ces écrivains vont participer à la création du miles litteratus, le chevalier lettré. La littérature chevaleresque et la prédication cléricale se font l'écho d'une façon de se comporter à la cour.

Henri II Plantagenet
Henri II Plantagenêt

Les chroniqueurs redessinent l'arbre généalogique d'Henri II pour mettre en valeur ses liens avec le saint roi Edouard le Confesseur (1005-1066) petit-fils de Richard Ier, duc de Normandie. Ces écrivains tentent de faire remonter la généalogie des Plantagenêts à Arthur, le légendaire roi de Bretagne qui a repoussé les Saxons. Henri II va même jusqu'à organiser la découverte de sa tombe. Et si Arthur ne suffit pas, alors ils vont jusqu'à rechercher Brutus, héros troyen qui aurait fondé l'Angleterre, dont se réclame Henri II.

Harley 4379 f.19vLa notion de chevalerie doit être comprise dans une double acceptation: elle désigne d'une part un groupe de professionnels du combat (milites), elle renvoie d'autre part  à un idéal, un système de valeurs, fortement christianisées, qui détermine l'éthique guerrière aristocratique. Cette seconde définition est liée à l'idée de courtoisie.

A la fin du XIIème siècle, le roi cherche à avoir le monopole de la violence. En conséquence, il tente d'abolir ou du moins atténuer toute forme spontanée de violence nobiliaire. Le roi exige que la chevalerie mettent ses armes à son unique service.

Sources : L'Empire des Plantagenêts 1154-1224 de Martin Aurell

Ce que l'on a appelé « l'empire Plantagenêt » dure 70 ans : 1154-1224. Ces dates correspondent au couronnement d'Henri II et d'Aliènor en 1154 et à la perte des territoires continentaux par Henri III en 1224 (à l'exception de la Gascogne).

Bien que désormais roi d'Angleterre, Henri II choisira d'être enterré dans l'abbaye de Fontevraud, aux confins de l'Anjou et de la Touraine. Richard Cœur de Lion (1189-1199), qui succède à son père, repose dans ce même monastère.

ST Thomas A Becket

Après l'assassinat de Thomas Beckett (1170), qui fut un vrai scandale… Les Anglais ne l’acceptèrent pas et la popularité du roi s’en ressentit. Les rapports familiaux sont tendus et dispersés entre l'Angleterre et la France: Ses fils, Henry le Jeune Roi, Geoffrey, Richard et Jean ne sont pas fidèles à leur père qui gouverne seul. Il a fait emprisonné sa femme Aliénor qu’il accuse de comploter contre lui avec des vassaux de France. Elle avait aussi poussé ses fils, surtout Richard celui qu’elle préfère, contre leur père qu’elle dit tyrannique.

La reine est enfermée dans la tour de Salisbury tandis que le roi vit avec la belle Rosemonde et fait tout son possible pour obtenir le divorce.

Après la mort de Henry le Jeune, l'héritier royal, la captivité d’Aliénor se relâche un peu. Pour Noël 1184, elle participe à Westminster à une fête qui réunit toute la famille.

En 1189, à Chinon en France, Henri II s’alite et meurt en trois jours, le 6 juillet, et ses ennemis disent qu’il mourut solitaire et presque misérablement.

?????????????????????????

La dynastie des Plantagenêts. -1/3- aux sources d’Arthur…

arthur15merlin (1)Au XIIe siècle, Geoffroy de Monmouth (1100-1155), est au service d’Henri 1er 1068-1135 (fils de Guillaume le conquérant) , puis d'Henri II Plantagenêt ( 1133-1189). Son œuvre installe la légende arthurienne, en tentant de légitimer la dynastie normande dans le passé de l'ancienne Bretagne. Les chroniqueurs et les princes de l'époque ne remettent pas en question l'historicité d'Arthur ( au moins jusqu'à Édouard IV..)… Il s'agit d'inscrire les rois anglais dans la lignée des Troyens de Brutus, fils d'Enée, ( avec le roi Arthur ) dans le contexte de la rivalité avec les Capétiens.

Chinon_chapelle_radegonde_1cavalier_couronné_Henri II Plantagenêt
Henri II Plantagenêt ( Chinon_chapelle_radegonde)

Pendant près de trois siècles, la famille des Plantagenêts va régner sur le royaume anglo-normand constitué par Guillaume le Conquérant (1027-1087). Guillaume est né à Falaise  et est mort à Rouen. Duc de Normandie de 1035 à sa mort et roi d'Angleterre de 1066 jusqu'à sa mort en 1087.

Cet état est alors la première puissance politique ( un Empire …?).

Mais, c’est un Etat féodal… donc, sa stabilité repose d’abord sur les liens qui unissent le souverain et ses vassaux les plus importants.

C’est en Angleterre que les Plantagenêts régnaient en souverains indépendants, tandis qu’en France, ils étaient les vassaux des Capétiens, situation qui donna naissance à une rivalité hostile entre les deux dynasties. L’animosité que les Capétiens avaient manifestée à l’égard de Guillaume le Conquérant dégénéra en une haine à mort envers la maison d’Anjou. Pourquoi " la maison d'Anjou " ?:

Geoffrey V d'Anjou Tombeau au Mans
Geoffrey V d'Anjou – Tombeau au Mans

Henri II est le fils de Mathilde ( fille de Henri 1er) et du comte d'Anjou: Geoffroy V, comte d'Anjou et du Maine (1128-1151). Geoffroy est surnommé Plantagenêt à cause du brin de genêt qu'il avait l'habitude de porter à son chapeau.

Geoffroy V permet ainsi à son lignage d'accéder à la royauté et d'échapper sur certains de ses territoires à la suzeraineté du roi de France. Cette union représentait un gage de paix entre l'Anjou et la Normandie, qui avaient été en conflit à de nombreuses reprises au cours du XIe siècle. Geoffroy V Plantagenêt mourut à Château-du-Loir le 7 septembre 1151, aux confins de l'Anjou historique et du comté du Maine. Il repose en la cathédrale Saint-Julien du Mans.

Henri II Plantagenêt ne fut investi du trône qu'en 1154 pour devenir roi d'Angleterre. Entre temps, Étienne de Blois se désigna lui-même ( contre les dernières volontés de son oncle Henri 1er) roi d'Angleterre de 1135 à 1154 …

Domaine des Plantagenets carte

Henri II rendit à l’Angleterre la puissance qu’elle avait connu sous Guillaume le Conquérant et, dans une certaine mesure, lui donna la première ébauche de ce qui devait constituer son originalité en tant qu’état.

john duncan - the taking of excalibur 1897

Les Plantagenêts font grand cas, sur le continent, de l'épée d'Arthur Excalibur, qu'Henri Ier aurait, dit-on, offert à Geoffroy en 1127, lors de son adoubement. Ceci avant la découverte opportune, en 1191, à l'abbaye de Glastonbury, en Angleterre, sur des indications données avant sa mort par Henri II, de la tombe supposée du roi légendaire….  

** C'est ainsi que l'on peut dire que des nobles français ont régné durant plus de deux siècles sur l'Angleterre, influençant profondément la culture britannique et la langue anglaise. C'est le sens de cette vidéo … ( Sources : "Les Plantagenêts" de Jean Favier, "La Guerre de Cent-Ans" de Jean Favier, "L'Empire des Plantagenêts" d'Aurell Martin )