Archives pour l'étiquette Morgane

Tarot -13- La Mort – La Lavandière du Gué.

Le Tarot de la Quête du Graal

Les arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs »

13-mortCette carte n’est pas synonyme de mort sur le plan physique mais de la fin d’un cycle, de la mort d’une situation pour aller vers autre chose.

La renaissance : c’est le passage de la transformation, du renouveau, c’est la transition vers une partie forte de ce que nous devons devenir et être.

Bien sûr aussi, La mort est l’Arcane de toutes les peurs! Peur de perdre quelqu’un, ou peur de se perdre…

C’est l’Arcane du deuil à faire, mourir aux habitudes, prendre le risque d’aller oser voir ce qui se cache derrière la souffrance …

13 La La vandière du guéDans le Tarot Arthurien, la Mort apparaît avec La lavandière du Gué : A un gué, le soir, la Lavandière lave une étoffe sanglante. Un corbeau est perché sur une borne, et au loin des chiens hurlent à une lune gibbeuse…

La lavandière est l’une des figures les plus anciennes de la mort dans la tradition celtique. Ceux qui la voient laver son étoffe sanglante sont d’ordinaire des guerriers qui perçoivent dans ce présage leur mort prochaine au combat.

the morrigan symbol Macha by JohnMcCambridge King Somhairle rides out to battle, ...

La Lavandière du gué est l’un des aspects de Morgane, qui hérite des mythes attachés à la Morrighan. Geoffrey de Monmouth la décrit comme ‘Morgen’, une déesse qui reçoit Arthur dans son royaume insulaire d’Avalon, pour le guérir de ses blessures. The Bean Nighe, the Washer at the Fords, is the Scottish version of theDes textes tardifs font de Morgane une mortelle, mais puissante enchanteresse, qui s’applique à mener Arthur à sa ruine ; ce développement montre une fusion de traditions anciennes et produit un personnage qui coïncide ne fait avec la Morrhigane du mythe irlandais.

Cette Lavandière est aussi la Femme de la Connaissance Obscure de la tradition, parce qu’elle est une instructrice qui nous initie à la connaissance de nous-mêmes…. Elle défie et invite tous ceux qui l’approchent à changer…

– La Question du Graal : De quoi : dois-je, et vais-je ‘mourir’ ?

Sources : Le Tarot du Graal, et Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews

La Morrigan – Confusion entre  »Morgane(s) »

Assez souvent, il y a confusion entre divers personnages : Morgause, Morgane, Morcade ; et même parfois Viviane…Camelot Oracle- Morgana From The Camelot Oracle

La légende fait également d’elle la fille de Garlois, duc de Cornouailles et d’Ygerne, châtelaine de Tintagel. Elle est la demi-soeur d’Arthur dont elle rejoint la cour.

Dans certain récits, Morgane (Morgue) est mariée à Urien, souverain du pays de Gorre, appelé aussi île de Voire ou de Verre. C’est un nom caché d’Avalon.

Le conte lui prête aussi parfois pour fils Yvain. A la cour de Camaalot, Morgane se montre marginale, solitaire. La reine Guenièvre la surprend avec son amant le chevalier Guyomard. Scandale au palais. Humiliée, Morgane mûrit sa vengeance. Elle trouve un nouvel amant, Accolon et projette la mort d’Arthur.

Merlin et Morgane par Frank Schoonover de King Arthur , 1932
Merlin et Morgane par Frank Schoonover de King Arthur , 1932

Viviane est aussi appelée Niniane, Niviene, ou encore Nimuë. Nemen, proche de Nimuë est un nom irlandais accolée à la déesse Morrigan, ce qui n’est pas pur fruit du hasard. C’est Viviane qui emprisonne Merlin dans la forêt de Darnantes après lui avoir « subtilisé » la formule, ce qui n’est pas sans rappeler la tradition du Val Sans Retour. Au cœur de la forêt de Brocéliande, dirigée par Morgane , les amants infidèles ne peuvent sortir du cercle.

Cette confusion entre Viviane et Morgane persiste toujours malgré la re-découverte des plus anciens textes. Ainsi dans Excalibur de John Boorman (1981), c’est encore Morgane qui emprisonne Merlin.

MorganeLes historiens ont constaté que beaucoup de fées arthuriennes portent un nom se terminant par le suffixe –ane. Petit rappel : Ana (également appelée Modron) est la grande déesse celte, la déesse mère ( en Bretagne son souvenir est resté dans les mémoires à l’état latent comme en témoigne sa patronne : sainte Anne !).

Morgane 2– Morgane, viendrait de mori – gena, celle qui est née de la mer. Cette explication est plausible puisque la Morgane originelle était l’aînée des neufs sœurs régnants sur Avalon. D’autres font dériver ce prénom de mor – rigain, c’est-à-dire la grande reine. Même si elle est présentée dans plusieurs textes arthuriens comme reine (au coté de son mari Urien), on peut y voir deux explications plus plausibles. D’abord Morgane est la reine D’Avalon, île paradisiaque ; ensuite entre Mor-rigain et Morrigan il n’y a qu’un pas. Le personnage de Morgane est lié à ces deux thèses. Après tout, n’est elle pas la reine du royaume d’Avalon, royaume qui est en fait une île ? De toute façons, Morgane représente l’incarnation suprême de la souveraineté.

Eva Green as Morgan Pendragon in Camelot (TV Series, 2011)
Eva Green as Morgan Pendragon in Camelot (TV Series, 2011)

Morgane est un personnage riche et complexe. Markale en dit que c’est « la Vierge qui fait peur, la Vierge qui engloutit, la Célibataire, l’Indomptable, à la fois vierge et putain, Mère de tous ceux qui ont été ses amants »…  C’est l’archétype de la femme celte. Le terme de  »vierge » a pour sens dans ce contexte: indépendante vis-à-vis des hommes.

Retenons que Morgane est une femme libre, indépendante vis-à-vis des hommes et de la société.

Epée morgan le fay king arthurC’est aussi la femme fatale du cycle arthurien ( très belle, indépendante, avec beaucoup de charme, magicienne de surcroit, et dotée des pouvoirs d’une reine…)

La résurgence du mythe de Morgane a lieu au XIIème siècle, époque de l’amour courtois, et la fée est pour les hommes un sujet de fascination. Mais à la fin du moyen âge, marquée par une recrudescence de la misogynie , Morgane devient maléfique, mangeuse d’hommes et sorcière !
Mais, pourquoi transformer la fée en sorcière ? Morgane représente l’indépendance, et donc la révolte contre l’autorité masculine, révolte aussitôt réprimée dans ce moyen age misogyne.

Le premier écrivain chrétien de la « saga arthurienne », Geoffroy de Monmouth fait allusion à l’enchanteresse Morgen dans un de ses romans. C’est ce même auteur qui, plus tard introduira le personnage Morgain comme il l’appelle dans sa vita Merlini. Avait-il fait le lien entre ces deux noms pourtant phonétiquement proches ? Il est probable que non. Mais ceci conforte la thèse selon laquelle Morgane est un personnage à part entière, sans aucun lien avec Arthur.

Morgan Le Fey 2Les explications succinctes des dictionnaires affirment que les origines de Morgane sont divines et apparentées soit à Modron soit à Morrigan.

Nous avons vu que Morgane était une femme fatale (ses amants sont indénombrables); cet aspect de sa sexualité est une des caractéristiques de la déesse celtique et va de pair avec la souveraineté chez les celtes . D’ailleurs son nom ( mor – rigain), attaché à la souveraineté, ne fait que confirmer cette idée.

Enfin, nous avons vu que Morgane avait été confondue avec Morcade que certains auteurs ont appelés Anna . En assimilant Morgane à Anna, les transcripteurs souvent mal informés ont fait de Morgane (qu’ils croyait être Morcade) Ana, la grande déesse. Involontairement, ils appuient la thèse selon laquelle Morgane serait un des visages de la grande déesse.

Ainsi, Morgane nous apparaît sous de multiples visages, tantôt bienveillante, magicienne, guérisseuse, tantôt séductrice et cruelle, mais toujours Reine.

Mists of Avalon

The-Mists-of-Avalon 0Entrée dans les deux romans de Marion Zimmer Bradley : Les Dames du lac et Les Brumes d’Avalon, par la présentation des personnages.

L’auteure réécrit la légende arthurienne, en la centrant sur le personnage de Morgane. L’histoire d’Arthur et des chevaliers de la Table Ronde est ici racontée du point de vue des femmes. ( Parfois les noms diffèrent entre la version anglaise et française; j’indique les deux)

– Les images proviennent du téléfilm  »The Mists of Avalon » de Gavin Scott (2001), avec Anjelica Huston ( Viviane) , Julianna Margulies ( Morgane) , Joan Allen ( Morgause), Samantha Mathis ( Guenièvre) , Edward Atterton ( Arthur), Michael Vartan (Lancelot) ….

  • Morgane ou Morgaine : Protagoniste du roman, fille d’Igraine (Ygerne) et de Gorlois ( donc le premier mariage d’Igraine), elle est élevée à Avalon par sa tante Viviane à laquelle elle doit succéder comme Grande Prêtresse.
    Morgaine et Arthur
    Morgaine et Arthur

    Elle a un don de seconde vue. Lorsque Morgaine abandonne sa virginité à la déesse Ceridwen, lors du rite du roi cerf (cornu); elle est horrifiée de découvrir qu’elle a couché avec son demi-frère Arthur. De plus, elle découvre qu’elle est enceinte. Irritée contre Viviane, qui a tout manigancé, Morgaine fuit Avalon, avant d’y revenir … Amante donc, et demi-soeur d’Arthur, elle a un fils de lui, Mordred.

    Viviane, Morgaine
    Viviane et Morgaine

    Malgré ses liaisons avec Arthur, le barde Kevin et Accolon… ; elle éprouve toujours ‘quelque chose’ pour Lancelot, son premier amour, mais dont elle ne parvient à rien obtenir. Morgane veut perpétuer le culte de la Grande Déesse, mais, finalement, en découvrant que la Déesse survit au sein du Christianisme, mais avec une autre apparence, elle comprend l’inutilité de toutes ses tentatives de maintenir l’ancienne religion.

  • Viviane : l’une des Dames du Lac, Grande Prêtresse d’Avalon, demi-soeur aînée d’Ygerne et de Morgause, son père est un prêtre qui a été « éclipsée par la puissance de Dieu ».
    Viviane
    Viviane

    Viviane est comme une mère pour Morgane. Elle veut sauver Avalon et le culte de la Grande Déesse, même au prix de reprendre Excalibur à Arthur, mais elle finit par être assassinée, pendant un séjour à Camelot.

  • Arthur-and-Lancelot-the-mists-of-avalon
    Arthur et Lancelot

    Lancelot : Son nom de naissance est Galaad ( Galahad) , il est le fils de Viviane ( la dame du lac) , le cousin de Morgane et le meilleur chevalier d’Arthur. Il constamment déchiré par sa loyauté envers Arthur, sa soif de pureté et son amour éperdu pour la reine Guenièvre auquel il finit par succomber. Mais à la suite d’un complot de Morgane, il doit épouser la jeune Elaine, avec laquelle il a ensuite plusieurs enfants, dont Nimue, et Galaad.

  • Arthur Pendragon : C’est le roi, fils d’Uther Pendragon et d’Ygerne, et père de Mordred, son unique fils, conçu avec Morgane au cours du rite du ‘Roi Cornu’.
    Arthur et Mordred
    Arthur et Mordred

    Arthur reçoit Excalibur, le fourreau magique et le Saint Insigne ( le Graal …) d’Avalon, et jure de défendre Avalon. Pourtant, il se détournera d’Avalon, et deviendra chrétien. Lors de la dernière bataille, Arthur est tué par son fils.

  • Gwenhywfar, Lancelot
    Guenièvre et Lancelot

    Guenièvre ( Gwenhwyfar) : Fille du roi Léodagan, Guenièvre est la Haute-Reine, femme d’Arthur et amante de Lancelot du Lac. Chrétienne, elle aussi déchirée par sa dévotion envers Dieu et son malheureux amour pour Lancelot. Elle est incapable de donner un héritier à Arthur, et se sent coupable et punie. Pieuse, elle détourne Arthur des voies d’Avalon… En quelque sorte, elle est l’opposée de Morgane.

  • Morgause : Sœur d’Igraine, tante de Morgane et femme de Lot d’Orcanie, mère de Gauvain, elle élève Mordred comme un fils.
    Morgause et Mordred ( enfant)
    Morgause et Mordred ( enfant)

    Elle veut contrarier les plans de Viviane et de Morgane et s’approprier le pouvoir en faisant succéder à Arthur (qui n’a pas de fils légitime), celui qu’elle considère comme son fils. Elle pratique la magie noire.

  • Merlin : C’est le vieux druide d’Avalon, père d’Ygerne. Il est considéré comme un sage par les païens comme par les chrétiens.
  • Kevin : Kevin le barde (il joue de la harpe) est le successeur de Merlin. Il est horriblement laid et défiguré mais chante merveilleusement.
    Merlin et Morgaine
    Merlin et Morgaine

    Il est l’amant de Morgane puis son ennemi, lorsqu’il veut trahir Avalon en apportant le Saint Graal à Camelot, prévoyant qu’Avalon et les cultes païens vont disparaître.

  • Mordred (Gwydion) : Fils de Morgane et d’Arthur, nommé Gwydion à sa naissance. Il est élevé par Morgause.. Après son arrivée à la cour d’Arthur, il découvre que la reine trompe son père le roi Arthur … Il tente de s’emparer du trône… Il est tué par son père, qu’il blesse lui-même à mort.
  • Uther Pendragon : Haut Roi d’Angleterre, amoureux d’Ygerne, il tue Gorlois après une trahison de celui-ci et se marie avec la jeune femme. Il est le père d’Arthur.

    Gorlois et Igraine
    Gorlois et Igraine
  • Ygerne ( Igraine)  : Epouse de Gorlois et mère de Morgane, puis d’Uther et mère d’Arthur. Elle est la soeur de Viviane et de Morgause. D’abord, elle se rebelle contre Viviane quand celle-ci lui prédit qu’elle trahira son mari et mettra au monde le futur roi, mais finalement elle tombe amoureuse d’Uther et accepte son destin. Igraine est la première à voir l’attirance entre Guenièvre et Lancelot.
    Arthur(Edward Atterton) et Guenièvre(Samantha Mathis)
    Arthur(Edward Atterton) et Guenièvre(Samantha Mathis)

    Elle tente de s’opposer au mariage entre Guenièvre et Arthur, mais il est trop tard…

  • Gorlois : Duc de Cornouailles, époux d’Ygerne et père de Morgane. Il aime beaucoup Ygerne … mais il devient fou de jalousie en découvrant la relation entre sa femme et Uther, par lequel ensuite il est tué.
  • Gauvain : Fils de Lot et de Morgause, un des meilleurs chevaliers d’Arthur auquel il est très dévoué.
  • Elaine : Cousine de Guenièvre et femme de Lancelot, qu’elle a réussi à épouser grâce à une ruse de Morgane, à laquelle, en échange, elle promet de confier sa première fille.
    Elaine et Guenièvre
    Elaine et Guenièvre

    Elle est la mère de Galaad, Nimue et la petite Guenièvre, nommée ainsi en honneur de la reine.

  • Accolon : Initié d’Avalon, agile et charmant, amant de Morgane ; il tente de récupérer Excalibur à Arthur mais échoue et meurt après le duel.
  • Morgause, Morgaine, Vivianne and Igraine
    Morgause, Morgaine, Vivianne and Igraine

    Niniane : Fille de Merlin, donc demi-soeur d’Ygerne et de Morgause. Elle doit devenir Dame du Lac après la mort de Viviane, mais elle n’a pas une personnalité aussi forte et puissante que Viviane ou Morgane, qui cependant refuse de la remplacer. Elle est l’amante de Mordred, mais lorsqu’elle refuse de l’aider dans son plan pour trahir Arthur ; celui-ci, fou de rage, la tue.

  • Nimue : Fille d’Elaine et de Lancelot, elle vit isolée à Avalon, et, lorsque Kevin Harper trahit Avalon, c’est à elle qu’est confiée la mission de le séduire et de lui reprendre les objets sacrés qu’il a volé. Mais elle tombe amoureuse de lui et se tue après l’avoir trahi (en se noyant dans le lac.)
  • Galaad : Fils de Lancelot et d’Elaine et héritier du trône. Mais il meurt bien avant son couronnement, durant la quête de Graal.

Morrigan

Morrigan, fille d’Ernwas des Tuathas et de la déesse Dana… Elle est la déesse irlandaise de la Guerre et de la Mort, combattante dont dépend l’issue de bien des batailles. Tantôt louve, tantôt corbelle (fém. de corbeau), elle possède de multiples visages : tantôt une jeune femme d’une très grande beauté, tantôt une vieille femme hideuse au rire plein de haine.

The Morrigan 1

Elle possède une triple identité composée de Macha, de Nemhain (« frénésie ») et de Badba (« corneille » ou « corbeau »).

Macha maudit les hommes d'Ulster, illustration par Stephen Reid, The Boys' Cuchulainn, Eleanor Hul, 1904
Macha maudit les hommes d’Ulster, illustration par Stephen Reid, The Boys’ Cuchulainn, Eleanor Hul, 1904

Macha  est connue pour avoir été à l’origine de la faiblesse des Ulates (habitants du royaume d’Ulster) selon une malédiction qui fait suite à la vantardise de son époux « Crunnchú ». Après le veuvage du fermier Crunnchú, une magnifique jeune femme vient dans son lit (probablement mariée et enlevée de force) prendre la place de son épouse, il s’agit de la déesse Macha… Elle lui propose un pacte : les affaires de Crunnchú seront prospères et il sera heureux tant que leur relation restera secrète. Mais lors d’une fête il ne peut s’empêcher de se vanter et affirme que sa femme court plus vite que le meilleur attelage du roi.

Badb est la seconde Corneille qui collectionne les crânes des soldats et qui sait aussi envoûter les guerriers trop séduisants. Nemain, la Frénétique entraîne à la victoire ou à la mort. L’aspect guerrier de la triple déesse associe destruction, sexualité et prophétie.

Au cours des guerres, elle apparaît sous diverses formes animales et pour l’invoquer, il faut croasser. Entre autres pouvoirs qui lui sont nombreux, elle peut inspirer la peur ou le courage aux guerriers.

Morrigan by DavidGaillet The Morrigan - Shape-shifting Celtic goddess of War, Fate and Death
Morrigan by David Gaillet The Morrigan – Shape-shifting Celtic goddess of War, Fate and Death

Comme les autres déités, elle n’est qu’un avatar de la grande déesse féminine Brigit. Brigit – connue par une épithète, «La Haute / Exaltée» – est l’unique principe divin féminin. Connue, donc, sous les noms de Brigit, Brigantia, elle est, schématiquement, à la fois la mère, l’épouse, la sœur et la fille des autres dieux. Son culte sera détourné par les chrétiens.  Elle est toujours associé à la guérison ou aux puits, comme à St. Bride’s Church, à St. Andrews.

The Morrígan
by Fionabus on deviantART

Morrigan serait héritière de la figure de l’Aurore indo-européenne ; c’est une divinité complexe qui est à la fois la rivale et l’auxiliaire du héros par excellence Cúchulainn. Déesse dite guerrière, elle n’est pas essentiellement une combattante, mais procède à la qualification des héros…

Elle s’unit à Dagda ( ancien Ciel diurne indo-européen) , le dieu bon des druides, durant la nuit de Samhain dans le lit de la rivière Boyne. Dagda est aussi le dieu tutélaire des musiciens et à ce titre il possède une harpe magique.

Morrigan tente de séduire Cúchulainn qui signifie «Chien de Culann» [forgeron]), fils de Lug, dieu suprème, et de Eithne la mère de tous les dieux. Ce héros dont la genèse est multiple refuse les avances de Morrigan. Celle-ci le menace sous l’aspect de différents animaux et, pendant qu’il combat, elle s’enroule autour de sa cuisse alors qu’elle prit la forme d’une anguille. Le héros s’en défait et la blesse. Il est alors absent du combat pour un long moment, mais lorsqu’il revient combattre, il aperçoit une femme qui lave ses vêtements ensanglantés dans la rivière. Il sait alors que son heure a sonné.

Macha

C’est en corneille perchée sur l’ épaule de Cúchulainn que Morrigan assiste à son agonie le jour même de Samain.

la Morrigan BadbCatha

Morrigan a, selon certains critiques, servi d’inspiration à la Fée Morgane. Morgane serait une variante gaélique de Morrigan et les deux personnages peuvent se transformer en oiseau

the-morrigan-badb-macha-nemain-jason-torgerson
The-morrigan: badb-macha-nemain par Jason-Torgerson

La fée Morgane, demi-soeur du roi Arthur, souveraine de l’île fortunée d’Avalon, séjour des bienheureux, est parfois identifiée à Morrigan, et tient lieu de déesse celtique de la mort. Sous l’identité de Fata Morgana, elle préside à la destinée humaine. Réputée pour ses dons de prophétie et de guérison, elle anticipe le sort réservé à chaque personne et connaît la vertu particulière des plantes médicinales.

Vers 1120, Giraud de Barri fait référence à Morgane dans Speculum Ecclesiae (Le Miroir de l’Église), et la présente en tant que dea phantastica, une déesse imaginaire.

Le pouvoir, politique militaire et thérapeutique, est partagé en Morrigan entre trois femmes qui semble avoir précédé la trinité mâle de la doctrine chrétienne.

Les fées, ça n’existe plus ! -3/3-

Aux XIIe et XIIIe siècles, alors que s’écrit la légende arthurienne ; le merveilleux païen fait irruption dans la la culture savante sans grande opposition de l’Église, car elle ne représente plus un véritable danger.

f3be4dd10048Cependant, l’opposition entre l’interprétation des chevaliers et une interprétation des clercs, s’exprime clairement. Les clercs veulent intégrer au surnaturel chrétien une mythologie assez irréductiblement étrangère, et les chevaliers et troubadours exploitent cette mythologie parce qu’elle est précisément étrangère à l’Église…

L’Eglise va jouer la rationalisation, et assimiler les fées aux sorcières. Ce phénomène de rationalisation et de diabolisation va dénaturer – radicalement – la fonction des fées. La nature fantastique de la fée du lai de Lanval n’est jamais mise en doute par Marie de France. Mais dans les romans en prose à partir du du XIIIe s., les fées vont devenir des mortelles douées de pouvoirs surnaturels.

lancelot-et-vivianeVers 1220, le Lancelot en prose donne une définition des fées dans la littérature profane, à propos de la Dame du Lac qui enlève l’enfant Lancelot à sa mère pour l’élever dans son royaume aquatique :

« Le conte dit que la demoiselle qui emporta Lancelot dans le lac était une fée. En ce temps-là, on appelait fées toutes celles qui se connaissaient en enchantements et en sorts; et il y en avait beaucoup à cette époque, en Grande Bretagne plus qu’en tout autre pays. Elles savaient, dit le Conte des Histoires bretonne, la force des paroles, des pierres et des herbes, par quoi elles se maintenaient en jeunesse, en beauté et en richesse, autant qu’elles le désiraient. Et tout cela fut institué à l’époque de Merlin, le prophète des Anglais, qui savait toute la science qui des diables peut descendre. C’est pourquoi il était tant redouté des Bretons et tant honoré que tous l’appelaient leur saint prophète, et les petites gens leur Dieu. Cette demoiselle, dont le conte parle, tenait de Merlin tout ce qu’elle savait de science occulte; et elle l’apprit par une très subtile ruse. »

Si la dame du lac, est réduite à l’état de magicienne, elle n’habite plus qu’un fantôme de lac :

« La dame qui l’élevait ne résidait jamais ailleurs que dans des forêts grandes et profondes ; et le lac, dans lequel elle avait sauté avec lui, lorsqu’elle l’avait emporté, n’était que d’enchantement. Et cette habitation était si bien cachée que personne ne pouvait la trouver ; car l’apparence du lac la protégeait de telle manière qu’on ne pouvait pas la voir. »

Chevalier dame sans merciLes fées ont acquis la science des clercs et se posent en rivales de ceux-ci, possédant une autre forme de maîtrise du surnaturel.

Cette opposition en recouvre deux autres : clercs/laïcs et masculin/féminin.

« Ainsi les thèmes féeriques peuvent être compris comme une manière, pour la littérature aristocratique, de conférer dans l’imaginaire aux chevaliers des pouvoirs surnaturels indépendants de ceux qui, dans le fonctionnement réel de la société, en constituent le pôle central et dominant : le sacré défini par les théologiens et dont la mise en œuvre est contrôlée par l’Église. »

cwaxkbfnDeux textes, deux discours parallèles qui exaltent l’idéal chevaleresque, sont révélateurs à cet égard ; tous deux, étonnamment, sont placés dans la bouche d’une fée, prêtés à la dame du lac et à mélusine.

La Dame du lac tient le premier jour au jeune Lancelot avant de la conduire à la cour d’Arthur où il recevra l’adoubement. Ce discours est très orthodoxe : il définit les devoirs du chevalier, qui doit défendre les faibles et les opprimés et servir fidèlement la sainte Église. Le discours de Mélusine à ses deux fils Urien et Guy, est plus pragmatique, et concerne le bon gouvernement… Il faut être un bon seigneur, attentif aux besoins de son peuple …. Le plus remarquable est ce ces discours soient placés dans la bouche et d’une femme et d’une fée. C’est que le savoir des fées rivalise une fois de plus avec celui des clercs. Les forces féeriques sont mises au service de la chevalerie pour lui donner un caractère héroïque et sacré.

Briton Riviere (British, 1840-1920), Una and the Lion, from Spenser's Faerie Queene (1880)
Briton Riviere (British, 1840-1920), Una and the Lion, from Spenser’s Faerie Queene (1880)

Chrétien de Troyes, joue avec subtilité sur les incertitudes : Laudine est-elle une fée ou non ? Les pucelles ponctuant le parcours de Lancelot en sont elles ? Espace de l’interrogation qui permet plusieurs lectures, mais qui montre aussi que la fée, en dépit de son originelle ambivalence, peut avoir une place véritable dans l’imaginaire médiéval et chrétien.

Morgane a perduré sous le nom de fée Margot et l’on trouve un peu partout en France des « Caves à Margot », des « chambres de la fée Margot », des « fuseaux de Margot », des « Roche Margot ».

St. Margaret of Antioch (France, 1490-1500)
St. Margaret of Antioch (France, 1490-1500)

Si la christianisation a diabolisé Morgane, tout comme elle l’a fait de Gargantua et de Mélusine. Elle l’a christianisée en sainte Marguerite, représentée « issourt » du dragon, ou avec le dragon à ses pieds, le dragon-vouivre symbolisant alors les énergies telluriques.

Après les déesses, les fées, on observe le triomphe d’une autre femme : Marie (Notre-Dame, la Vierge Marie) au début du XII° siècle, qui change terriblement le regard porté sur les fées et les dames. Notre-Dame donne son nom aux 3/4 des grands édifices gothiques qui s’érigent dans un monde nouveau qui explose.

L’évangélisation souvent brutale des populations n’avait jamais aboli l’héritage des fées maîtresses de la pierre, des eaux et du vent. On conserve des témoignages de la fin du XVII° siècle selon lesquels les druidesses de l’île de Sein seront alors et seulement, converties au christianisme.

 

Sources : Un livre important sur le sujet des fées, si on souhaite comprendre la place qu’elles avaient au Moyen-âge :

– Laurence Harf-Lancner, Le Monde des fées dans l’Occident médiéval, Paris, Hachette (« Littératures »), 2003

Morgane, et le Val sans retour

NCadet MorganLeFayLe val sans retour est le domaine magique de la fée Morgane, demi-soeur du roi Arthur et détentrice de pouvoirs magiques.

Auparavant, je peux reprendre cette histoire plus avant ; au moment où Morgane rencontre le chevalier Guyomard. Nous sommes alors – après Chrétien de Troyes, dans le «  Lancelot en prose » – où, après que Morgue ait pu être considérée comme une fée, elle devient un être immoral et maléfique …

 

Très occupée à ne rien faire à la cour de son demi-frère Arthur, Morgane passait de troubadours en ménestrels au gré de ses caprices sans la moindre retenue, jusqu’au jour où son regard croisa celui du beau Guyomard, chevalier de petite Bretagne. C’est peu de temps après le mariage de Guenièvre avec le roi Arthur que ce chevalier plein de vaillance, neveu de la reine, arrive au palais royal. Dès lors, ce fut l’amour fou et exclusif.Morgana le Fay and sir Accolon by any-s-kill.devian

Morgue, alors suivante de Guenièvre, s’éprend follement de Guyomard . Morgue a très mauvaise réputation : « si chaude et luxoriose que plus chaude feme ne convint a querre. » Les deux amants finissent par coucher ensemble et la reine est aussitôt avertie de leur relation. Guenièvre, qui souhaite avant tout protéger la renommée de son mari et de Guyomard, fait prendre les amants sur le fait. Elle met en garde Guyomard de ne pas poursuivre cette liaison…

Cependant l’amour de Guyomard à l’égard de Morgane, n’est pas exclusif. Morgane s’aperçoit très tôt qu’il lui préfère une autre demoiselle. La fée, qui s’en doutait, réussit à les surprendre alors qu’ils s’unissaient dans le Val.

Morgane surprenant les amants dans le Val sans retour

Le val sans retour.

La fée surprend un jour dans un vallon son amant Guyomard dans les bras d’une rivale. Elle décide d’enfermer l’infidèle dans une prison d’air qu’elle plaça en cette vallée. Morgane ne ne s’arrête pas là :

Morgane au Chateau du Val sans retourElle lance un enchantement : tout chevalier qui pénétrera dans le vallon ne pourra en ressortir que s’il a toujours été fidèle à son amie. Le vallon rapidement surpeuplé, prend le nom de Val sans retour.

« Ce val, dit tout d’abord le conte, était appelé à la fois le Val sans Retour et le Val aux Faux Amants : le Val sans Retour parce qu’aucun chevalier n’en revenait, et aussi le Val aux Faux Amants parce qu’y étaient retenus tous les chevaliers qui avaient été infidèles à leurs amies, cette faute n’eût-elle été commise qu’en pensée […] » Lancelot Anonyme (1215-1225).

« La prison était plus douce qu’on ne l’eût cru, car ils avaient à boire et à manger tout leur saoul et se distrayaient toute la journée en jouant aux échecs et aux dames, en dansant, en écoutant vielles et harpes et tous autres instruments. » ( Lancelot)

la légende du val Sans-Retour-trehorenteuc morgane-et-les-chevaliers

Deux cent cinquante-trois chevaliers sont déjà retenus prisonniers de l’enchantement du Val depuis dix-sept ans. Morgue a toutefois donné la possibilité de mettre fin au sortilège s’il venait à se présenter un chevalier à la conduite irréprochable. Bien sûr, elle est convaincue que ce chevalier n’existe pas.

C’est alors qu’un jour, Lancelot rencontre une jeune fille en pleurs qui a perdu son amant. Voulant savoir s’il lui était infidèle, elle l’avait fait entrer dans le vallon de Morgane. Hélas, le jeune homme n’était point ressorti et la jeune fille, inconsolée de son absence, est prête à lui pardonner son infidélité. Lancelot compatit et promet de porter secours au jeune homme afin de le délivrer de l’emprise de Morgane.

Ainsi, un jour, arrive dans le val, un chevalier fidèle à ses serments d’amours et que la vue des belles fées n’émeut pas, car ses pensées sont pleines du souvenir de sa bien aimée.
En effet, Lancelot du lac est déjà prisonnier de l’amour absolu qu’il voue à la reine Guenièvre et rien ne peut l’en détourner.
Lancelot du Lac lutte cotre les deux DragonsAprès avoir su résister aux charmes des fées sur le sentier du diable, il doit bousculer les dragons de feu et les gardiens géants du val maudit pour abattre les murailles d’air qui s’écroulent devant son coeur pur.

Mais Lancelot n’a qu’à paraître pour détruire l’enchantement. Les chevaliers quittent leur prison d’air et fêtent leur libérateur. Morgue tire la leçon de l’aventure en montrant que ce parfait amant est en fait l’ennemi des femmes, qui s’accommodaient fort bien d’une situation qui interdisait à leurs amants de les quitter. Lancelot rend les chevaliers à leur vie d’aventures et les enlève à leurs amies.

«  Lancelot, dit Morgane, tu as fait à la fois beaucoup de mal et beaucoup de bien ; tu as fait du mal à bien des belles dames te des belles demoiselles, que tu as privées de leur bonheur et de leur amour, car jamais plus elles ne seront aussi heureuses ; mais tu as fait du bien aux chevaliers, car ils sont libres et pourront rejoindre leur parenté, qui les croyait perdus à tout jamais. »

Après cet affrontement, la victoire de Lancelot rétablit l’ordre un moment menacé : la morale masculine, temporairement transgressée, l’emporte définitivement, et les femmes retrouvent la place subalterne qu’elles n’auraient jamais dû quitter.

Morgane, une fée celtique -2/2-

Avalon, Avallon, Avallach ou Afallach en gallois, le nom est fondé sur la désignation de la pomme et du pommier. Cette île symbolisait pour les celtes le monde des morts. Les romans de la table ronde, plus tard, y verront le pays où la fée Morgane (et ses 8 soeurs) règne sur un peuple de femmes (on parle aussi de "Tir nam Bean" = la "Terre des femmes")The Morrigan - Shape-shifting Celtic goddess of War, Fate and Death

Dans les légendes galloises, cette Morgane est identifiée à la déesse Modron, fille du dieu Avallach et épouse du roi Uryen de Rheged. Elle peut aussi être identifiée à la Muirgen galloise et à la Morrigane irlandaise, déesse de la guerre, du sexe et de la mort.

L'île Afallach ou Avalon devient un autre monde pour les héros tombés au combat.

Dans Le rêve de Rhonabwy , Owain de Urien, Morgane est associée aux corbeaux – symboles de la Morrigan , ou «Grande Reine» ou déesse de la guerre.

Lanzelet (1190, en moyen haut-allemand)  raconte l'histoire et les aventures du chevalier Lanzelet-Lancelot, à partir de sources bretonnes. On y retrouve le royaume de la Fée marine qui vient enlever Lanzelet à sa naissance.  La Fée du Lanzelet est associée par certains à la Fée Morgane et à la divinité gauloise Modron. « Une fée marine arriva alors dans un tourbillon, comme portée par le vent. Elle prit l'enfant à la reine et l'emporta dans son pays. » La reine des fées a un fils, « Mabuz der bloede », qui vit à Schatel-le-Mort. Afin de protéger son fils qui est lâche, la fée a protégé le château par un sortilège rendant lâche le courageux qui s'y aventure. La fée est à la fois reine et magicienne. Son fils serait à rapprocher de Mabon…

Cerridwen-Welsh-DeityDans la mythologie celtique galloise, Modron, est la « mère divine » (terre-mère), la fille d’Avalloc, le roi d’Avalon. Elle est similaire à la déesse gauloise Dea Matrona, à la déesse irlandaise Dana et est vraisemblablement le prototype de la fée Morgane de la légende arthurienne.

matronaMabon est le « fils divin » de Modron, la « mère divine » donc, et de Gwynn ap Nudd, le Dieu chasseur, Il apparaît notamment dans le conte Kulhwch et Olwen ( l'un des contes les plus anciens de ce que l'on appelle Mabinogion)

Mabon est enlevé à sa mère trois jours après sa naissance et séquestré dans l’Annwvyn, l’Autre Monde des Gallois, jusqu’à ce qu’il soit délivré par Kulhwch et le roi Arthur. L’endroit où il est retenu prisonnier se nomme Caer Loyw, décrit comme une île sur la rivière … Par la suite, il aide Kulhwch dans sa quête d’Olwen ( elle est la fille du chef des géants, Yspaddaden.)

Celtic-PriestessOn retrouve le motif de l'enlèvement chez Chrétien de Troyes mais également dans la mythologie celte avec l'enlèvement de Pryderi…

Au début de notre histoire … La Dame du Lac et Morgane étaient une seule et même personne. Elles ont développé des identités séparées lorsque Morgan est devenue de plus en plus identifiée à la soeur 'humaine' d'Arthur, et a acquis des caractéristiques défavorables chez les romanciers français. 

De la même manière, la Dame du lac (parfois appelée Nimue) peut avoir plusieurs destinées, en particulier chez Tennyson, avec son attachement destructeur envers Merlin. Il est vrai que les fées dans la tradition celtique sont des créatures ambiguës, en dehors des systèmes moraux des humains. 

Morgane, une fée celtique -1/2-

Morgan - Art par Aubrey BeardsleyCroyez-vous aux fées ? C'est nécessaire pour suivre ce personnage de la légende arthurienne. D'autant plus que cette femme fascinante est un cas classique de doublement, voire triplement de personnalité.

Queen Morgan le Fay Illustration by Dora Curtis 2Dans les versions habituelles de la légende, elle est la demi-sœur d'Arthur, une magicienne qui complote contre son demi-frère. Dans certaines versions modernes, par exemple celle de Marion Zimmer Bradley Les brumes d'Avalon ou le film Excalibur , elle est la mère de Mordred, qui tuera son père. Et encore – traditionnellement, elle est censée être l'une des reines qui viennent chercher Arthur en bateau, pour l'amener jusqu'à Avalon. Tout cela pourrait être incompatible, si elle était un être humain … Mais elle est une fée.

MORGAN LE FAY........She was known to have studied magic while she was being brought up in the nunneryMalory fait de Morgan une fée, c'est à dire un être capricieux, avec une volonté faible, voire malveillante. Comment Arthur peut-il avoir une telle sœur ? Plus, on recule dans les sources, et moins de liens familiaux existent entre elle et Arthur. Ce serait les romans français qui en seraient à l'origine.

Elle apparaît chez Geoffrey de Monmouth dans sa vie de Merlin, comme l'une des neuf sœurs de l'île d'Avalon, où Arthur blessé est amené pour sa guérison. Layamon, un clerc anglais du XIIe s., l'appelle «la plus belle des elfes". C'est Chrétien de Troyes qui en fait la sœur du roi Arthur.

Son nom la rattache à l'eau, il proviendrait de « morigena » = mer-né, et le fait qu'elle habite une île, la rattache à la féerie bretonne. Avalon, pourrait être une sorte de sanctuaire de guérison, tenu par 9 sœurs…The Morrigan 4 Ainsi, à Kildare en Irlande, (et probablement dans d'autres endroits), Brigit (au Ve s.)  aurait fondé le premier monastère féminin d’Irlande à Kildare (la cellule du chêne) où elle entretenait avec neuf moniales un feu perpétuel, elle fit beaucoup de miracles et opéra des guérisons.

Avant cela, dans la mythologie celtique, une déesse était connue par une épithète, «La Haute / L'Exaltée» – Brigit ,est l'unique principe divin féminin. Connue, donc, sous les noms de Brigit, Brigantia, elle est, schématiquement, à la fois la mère, l’épouse, la sœur et la fille des autres dieux. Son culte sera détourné par les chrétiens.  Elle est toujours associé à la guérison ou aux puits, comme à St. Bride's Church, à St. Andrews.

Morrigan est l'un des avatars de la grande déesse Brigit. Elle apparaît parfois comme un vol de trois corneilles ou comme un corbeau.  Morgane est une variante gaélique, toutes les deux se transforment en oiseau.

Dora Curtis Illustratrice – Le Roi Arthur

Book The Stories of King Arthur and his Round table by Beatrice Clay 1931 edition The artist is Dora Curtis Couv Book The Stories of King Arthur and his Round table by Beatrice Clay 1931 edition The artist is Dora Curtis 2
The Stories of King Arthur and his Round table by Beatrice Clay 1931 edition  The artist is Dora Curtis

 

Morgan-Dora CurtisMorgane la fée , sœur du roi Arthur. L'image est de Dora Curtis (British, c.1875-c.1925) , et date de 1905. Le tissu doré et le regard vers le bas de l'enchanteresse peut avoir quelques similitudes avec la peinture de FrankFrank Cadogan Cowper( 1877-1958)  Vanité 1907 Cadogan Cowper 1907 «Vanity» ( ci-dessous) . 

*****

L'illustration de Dora Curtis a été publiée dans " Histoires du roi Arthur et de la Table ronde » (racontée de Malory) par Béatrice Clay (JM Dent & Sons, 1905)

 

 

Ci-dessous, d'autres gravures de la même illustratrice.

 

 

Les fées

BnF - La légende du roi Arthur Les nombreuses demoiselles qui surgissent près des fontaines ou au détour des chemins sont une version courtoise des anciennes fées du folklore celtique.

BnF – La légende du roi Arthur 

Les nombreuses demoiselles qui surgissent près des fontaines 
ou au détour des chemins sont une version courtoise 
des anciennes fées du folklore celtique.

" À cette époque, on appelait fées les femmes qui s'y connaissaient en charmes et en enchantement ; et en ce temps-là, il y en avait beaucoup plus en Grande-Bretagne que dans les autres pays. Le livre des histoires dit qu'elles connaissaient la valeur efficace des paroles, et les propriétés des pierres et des herbes, grâce à quoi elles conservaient jeunesse et beauté et disposaient d'autant de richesses qu'elles le décidaient. Et cela commença au temps de Merlin, le prophète des Bretons, qui possédaient toute la science qui peut venir des diables, et une partie de celle qui vient de Dieu. De ce fait, il était grandement redouté des Bretons, et si honoré que tous l'appelaient le saint prophète. Cette demoiselle dont parle le conte devait toute sa science en matière de magie à Merlin, et elle l'avait acquise par ruse. "

Lancelot du Lac, roman du XIIIe siècle

feeriebroceliandeCes femmes-fées aux pouvoirs étranges, les chevaliers en quête d'aventures les rencontrent dans les forêts obscures et profondes, mais aussi au cour des châteaux qui se dressent sur leurs routes. Bénéfiques ou malicieuses, elles dissimulent souvent leur nature sous les traits d'une vierge en détresse afin d'éprouver la bravoure et la vertu des chevaliers.

Les fées dans la légende arthurienne, apparaissent nommément avec les demi-soeurs ( ou les soeurs ) d'Arthur… Leur nombre varie, on trouve Morgane, la plus connue, mais aussi Anna, Elaine et Morcades. Parfois l'une d'elle commet l'inceste avec Arthur et donne naissance à Mordred, mais l'identité de la mère de Mordred varie d'une version à l'autre : c'est Anna chez Geoffroy, et son père est le roi Loth ( donc pas d'inceste..), Morcades dans la Vulgate, et chez Malory ; et Morgane dans de nombreuses réécritures modernes….

Brickdale, Eleanor Fortescue Enid, Guinevere, et VivianeCes sœurs sont des fées : elles appartiennent au monde du merveilleux, et non à celui de la cour. Morgane, la fée est à rapprocher de la Morrigan ( la reine noire )… Le nom de beaucoup de fées arthuriennes finit par la syllabe – ane.. ( anas : canard …) .. A rapprocher du culte des déesses « oiselles » connu en occident, ainsi l'Ana celtique ( Sainte-Anne )… Cette fée est donc démultipliée en plusieurs personnages, elle est une fée-oiseau, tantôt grue sous le nom d'Ygerne, tantôt canne ( Morgane, Viviane, ), tantôt corbeau ( Morrigan ), tantôt cygne …

Pavel Tatarnikov Morgane, Fées et Lancelot (1)La rencontre avec les fées, dans la légende arthurienne, se réalise dans un antagonisme entre l’ancienne tradition matriarcale païenne, et la nouvelle tradition patriarcale chrétienne. Le pays des fées est fondamentalement d’essence matriarcale. Ainsi, en témoigne la Dames du Lac, qui donne l’Épée au roi Arthur. Le plus souvent non mariées, elles séduisent et maintiennent leur souveraineté sur les mortels valeureux, qu'elles choisissent.

Les fées deviennent, avec la christianisation, des sorcières, des guérisseuses…