Archives pour l'étiquette galaad

Tarot -21- Le Monde – Le Royaume restauré

21- Le Monde – Le Royaume restauré.

Le Tarot de la Quête du Graal

21-mondeLes arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs »

LE MONDE est un terme générique désignant l’univers – tout ce qui existe – On pourrait encore plus justement parler de La Création.  Le nombre « 21 » est le nombre de la perfection (3 X 7 = 21 : la sagesse divine et la lumière éternelle)

L’arcane LE MONDE est le dernier des arcanes majeurs numérotés. Après, on peut imaginer que le développement se poursuit dans une autre dimension d’existence.

De l’ensemble de l’image ressort trois plans avec quatre dimensions de l’existence :

– le monde divin, avec l’ange ;

– le monde terrestre, avec les animaux, les quatre éléments;

– un monde intermédiaire qui relie notre soi au divin et au terrestre (plan constitué par la couronne de végétaux).

21 L'épanouissement de LogresDans le paysage bourgeonnant, le  »Chercheur » danse avec deux enfants. L’écharpe arc-en-ciel qu’ils tiennent à la main tourbillonne pour entourer la scène. Au-delà s’étend le firmament étoilé dans lequel les ‘ Objets sacrés ‘ du pays, libérés et actifs, l’Epée, La Lance, le Graal et la Pierre sont illuminés.

Le pays est restauré, le Roi Blessé est guéri, un nouveau gardien du Graal est nommé, et la Souveraineté reprend son bel aspect, celui de la Déesse Damoiselle…

Le Chercheur de la Carte XXI n’est pas le même que celui de la carte 0 qui a entrepris la Quête… Il a effectué un voyage dur et éprouvant. Les deux enfants avec qui il danse dans une joyeuse célébration, sont les mêmes qui figurent sur la carte V, écoutant l’histoire de Taliesin… Ils guident Perceval dans son voyage …

La guérison d’une terre est une guérison partielle du monde… Il reste beaucoup de travail à faire. Que votre quête soit fructueuse !

21-la-procession-du-graalDans le Tarot du Graal ; la scène se déroule à l’extérieur de la chapelle du Graal. Galaad ouvre la voie en portant la Lance, tandis que le Chercheur marche derrière lui avec la Coupe. On y voit aussi Chekkinah, Prêtre Jean, Salomon et la Reine de Saba, ainsi que d’autres personnages à l’arrière plan, complétant le cercle des mystères du Graal à mesure qu’ils se rendent en cortège d’un bout à l’autre des temps…

Aux derniers chapitres du récit médiéval du Graal nous apprenons comment les trois chevaliers – Gallad, Perceval, et Bohort – avaient conduit le corps de Dandrane et le récipient sacré dans la ville de Sarras, où ils avaient connu l’expérience de la révélation des mystères divins.

A book illustration from 1918 of Percival, one of King Arthur's Knights, finding the Holy Grail. --- Image by © PoodlesRock/Corbis
A book illustration from 1918 of Percival, one of King Arthur’s Knights, finding the Holy Grail.

On nous raconte comment Galaad est devenu roi de Sarras pendant un temps, jusqu’à ce que le poids du monde devienne trop lourd pour lui et qu’il meure, en ayant vu les  » choses spirituelles ». Le Graal est retiré du monde des hommes par une main sortie des nuages, qui le monte au Ciel.

D’autres disent que le Graal est resté sur terre, confié aux bons soins de Perceval et , après lui, de son frère Feirefils, puis du Prêtre Jean, gardien du Graal jusqu’à notre époque. On raconte que longtemps après l’époque d’Arthur, lorsque la quête du Graal n’était qu’un vague souvenir, deux jeunes chevaliers étaient partis à sa recherche. Lorsqu’ils avaient fini par revenir après une très longue absence, ils avaient beaucoup changé. Aux questions à propos de ce qu’ils avaient vu, il s’étaient contentés de répondre : « Allez où nous sommes allés et vous verrez. »

– La Question du Graal : Où se situe le Graal, dans ma vie?

Sources : Le Tarot du Graal, et Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews

Qui est Sir Galahad, ou Galaad ?

Le premier chevalier du Graal était Perceval, mais c’est Galaad (Galahad) qui finalement remporte seul, la Quête…

Sir Galahad of the Grail

Sir Galahad ( Galaad, Galeas, ou Galath) dans la légende arthurienne, est un chevalier du Roi Arthur, chevalier de la  »Table Ronde », et l’un des trois qui s’approchent du Saint-Graal.

Il est le fils illégitime de Sir Lancelot et de la Reine Élaine, il est renommé pour sa bravoure et sa pureté. Émergeant assez tard dans la tradition arthurienne médiévale, Sir Galaad apparaît d’abord dans le  cycle du  »Lancelot-Graal  », et son histoire est repris dans des œuvres ultérieures comme la Post-Vulgate et Le  »Morte d’Arthur » de Sir Thomas Malory…

Sir Joseph Noel Paton - Sir Galahad and the Angel
Sir Joseph Noel Paton – Sir Galahad and the Angel

Galaad est le fils de Lancelot, et de la fille du roi Pellès, Ellan( ou Elaine) . C’est d’ailleurs ce même roi qui détient le Graal. Ellan est connue pour être la jeune fille vierge porteuse du calice lors de ses apparitions. L’histoire de sa conception est particulière : Lancelot est victime d’un enchantement à son arrivée au château du Graal, il prend alors Ellan pour la Reine Guenièvre. Ils passent alors une nuit ensemble pendant laquelle la fille du roi Pellès tombe enceinte.The Nun and Galahad

Douze nonnes élevèrent le jeune Galaad, à ses quinze ans, un ermite vient à sa rencontre afin de lui annoncer qu’il doit devenir chevalier, les religieuses demandèrent à son père de le faire chevalier, car il n’y a point d’homme sur la terre plus méritant que lui. Pur de corps et d’esprit, totalement désintéressé, lui seul pourra occuper le Siège Périlleux de la Table Ronde ( on dit de celui-ci que quiconque s’assoit sur ce siège qui ne soit pas assez pur se voit engloutir dans les méandres de la terre…). Dès que Galaad prend la place qui lui revient autour de la Table Ronde, la présence du Graal se fait sentir.Le siège perilleux

Comme Arthur, Galaad retire aisément une épée fichée dans un roc. Il reçoit un bouclier magique et arrive au Château des Pucelles où sept chevaliers abusent de jeunes femmes, et il libère ces prisonnières. Avec ses amis et « Celle qui jamais ne mentit », il voyage dans une nef merveilleuse et y reçoit une épée fabriquée par Salomon pour laquelle la dame confectionne d’étranges attaches, (les renges), avec ses propres cheveux.Sir Galahad est présenté à a Cour du roi arthur - W Crane

Key to the castle (Galahad Receiving the Keys to the Castle of the Maidens)
Galahad Receiving the Keys to the Castle of the Maidens

Galaad est l’un des trois chevaliers avec Perceval et Bohort qui parviennent le plus loin dans cette quête : les aventures qui se présentent à lui sont autant de signes démontrant qu’il combat pour Dieu. Ainsi il peut avec ses compagnons contempler la coupe qui a contenu le sang du Christ, recevoir la communion de la main même du Christ en personne. Galaad guérit le Roi Mehaignié en touchant ses plaies avec le sang tombant goutte à goutte de la lance sacrée.

Galaad est le seul à pouvoir achever l’aventure : vierge et totalement abstinent, il incarne la pureté et l’humilité prônées par l’Eglise. Il se rend à Sarras sur les ordres de Dieu et séjourne dans cette cité, nouvelle Jérusalem céleste, où se multiplient miracles et merveilles. Après avoir régné un an comme roi de Corbénic, il peut enfin contempler à l’intérieur du Saint Vase « les mystères célestes » et meurt, heureux de passer  » de cette vie terrestre à la vie céleste ». Emporté par les anges, il monte aux Cieux en pleine contemplation du mystère divin et le Graal est lui aussi emporté au ciel. En lui s’incarne enfin la rédemption de la chevalerie, alors que le monde arthurien s’écroule à cause de la déchéance morale et religieuse de la chevalerie de Bretagne.

How Sir Galahad Came to the Castle of Maidens - Chapter Heading

La porteuse de Graal -4/4-

Galahad Kneeled ~ King Arthur by Henry Frith ~ Garden City Publishing ~ 1932
Galahad Kneeled ~ King Arthur by Henry Frith ~ 1932

La fonction de la Porteuse du Graal, est de donner naissance à celui qui lèvera les sortilèges et délivrera le royaume des forces obscures qui le rendaient stérile. Malheureusement, ce n’est pas le royaume d’Arthur que Galaad sauvera, mais seulement celui – quelque peu surnaturel – de la Terre Foraine, c’est à dire une  »terre extérieure »…

Si la Porteuse du Graal est prêtresse et appartient à une lignée sacrée. Elle n’en demeure pas moins femme… Elle est réellement amoureuse de Lancelot, et cette passion qui s’est éveillée en elle lui fait outrepasser les limites de sa mission.

Lady Kundry Holding the Grail by Sigune on DeviantArt
Lady Kundry Holding the Grail by Sigune on DeviantArt

En effet lorsque qu’elle vient avec son père Pellès à la cour du roi Arthur, emmenant d’ailleurs avec elle son jeune fils Galaad, elle est fort bien reçue par la reine Guenièvre qui reconnaît en Galaad la beauté de Lancelot et qui a complètement pardonné la  »trahison » de son amant. Mais c’est la fille de Pellès qui va brouiller les cartes. Son désir de Lancelot est si aigu qu’elle demande à sa suivante Brisane de s’arranger pour lui faire passer la nuit avec lui. Et Brisane va une nouvelle fois utilisé le breuvage magique qui a déjà si bien réus i. Lancelot va rejoindre celle qu’il prend pour Guenièvre et satisfait à la fois son propre désir et celui de la fille du Roi Pêcheur.The Damsel of the Sanct Grael Dante Gabriel Rossetti - 1857

Malheureusement, Guenièvre, qui attend impatiemment la visite de son amant, finit par surprendre en flagrant délit, et prise d’un accès de jalousie furieuse, d’ailleurs four compréhensible, chasse Lancelot qui quitte la cour pour tomber bientôt dans d’autres pièges, encore plus redoutables, ceux de Morgane.

La porteuse de Graal est-elle une prêtresse dévoyée ou une des incarnations de la déesse de l’Amour?   Elle est en tout cas l’image de la Féminité porteuse de lumière, devant laquelle, surtout lorsqu’elle tient dans ses mains, la mystérieuse coupe qu’on appelle le Graal, et qui est un emblème sexuel féminin, tous les hommes sont tentés de s’incliner, rendant ainsi hommage à sa beauté transcendante et presque irréelle.

Sources : Les dames du Graal de Jean Markale.

The Quest and Achievement of the Holy Grail By Edwin Austin Abbey

Edwin Austin Abbey ( 1852 – 1911) est un artiste, illustrateur et peintre américain. Il est particulièrement connu pour ses illustrations dans Harper’s Weekly, ses fresques de la Bibliothèque publique de Boston et du Capitole de l’État de Pennsylvanie. Ses nombreuses peintures représentent des œuvres littéraires ou théâtrales, et le Couronnement d’Édouard VII.

Ci-dessous, des illustrations de sa plus fameuse oeuvre, L’achèvement par Galahad de la quête du Saint Graal, qui réside à la Boston Public Library

I. The infant Galahad

An angel carrying the Grail approaches the infant Galahad, who is raised by nuns and learns the ways of the ideal knight in his upbringing. — Adapted from: An outline of this version of the legend by Henry James.

II. Sir Lancelot and Sir Bors outfit Galahad with his spurs

Upon completing a nightly vigil, Sir Galahad is outfitted with spurs by Sir Lancelot and Sir Bors. Galahad wears red throughout the mural series, as the color denotes spiritual purity.

III. The Arthurian Round Table and the fable of the Seat Perilous

 

Led by Joseph of Arimathea, Sir Galahad approaches King Arthur’s Round Table and the Seat Perilous. No man had yet sat with safety in the Seat, as only a blameless occupant can do so without being killed instantly. The knights of the Round Table watch in horror as Sir Galahad assumes the Seat, but the young and pure knight survives. Thereafter, the structure is known as « The Seat of Galahad. »

IIII. The knights of the Round Table set forth on the search for the Holy Grail

Sir Galahad and King Arthur’s knights of the Round Table set forth on their Quest for the Grail.

V. King Amfortas and the castle of the Grail lie under a spell

 

King Amfortas, the Fisher King, lies under a spell along with the other inmates of the Castle of the Grail. The spell has rendered them « spiritually dead; » although the Grail passes by them, they cannot see it. According to legend, only a blameless knight can free them from the spell. Sir Galahad is such a knight, but fails to ask the Question on which everything depends.

VI. Sir Galahad contemplates his quest

On the morning following his visit to the Castle of the Grail, Sir Galahad contemplates his quest, as voices mock him for failing to ask the effectual Question, which would have freed the Castle’s inmates from their spell. Against their will, a trio of damsels under the spell try to use their powers to destroy Galahad. Years of the narrative pass between this panel and the next, bringing many challenges and ordeals to test Sir Galahad.

VII. The seven knights of darkness

The seven Knights of Darkness, the seven Deadly Sins, have imprisoned the Virtues, a company of maidens, to keep them from contact with man. Sir Galahad accepts the mission to overcome these sins and set the Virtues free to redeem the world.

IIX. Sir Galahad receives the key to the Castle of Maidens

A monk blesses Sir Galahad and provides him with the key to the castle

X. Sir Galahad wedded to Blanchefleur

Sir Galahad has wed one of the maidens, Blanchefleur, but must leave her in order to remain a Virgin Knight and continue the Quest, as only a Virgin Knight can achieve the Grail.

XI. The passing of King Amfortas

 

Having grown wise through his trials, Sir Galahad returns to the Castle of the Grail and succeeds in asking the Question. As such, he manages to free King Amfortas from the spell. Now cleansed of sin, the old man is allowed to die. An angel bears the Grail away from the Castle.

XII. Sir Galahad passes from the land

Sir Galahad passes from the now peaceful land upon a white steed.

XIII. Sir Galahad crosses the seas in Solomon's ship

Sir Galahad crosses the seas to Sarras in Solomon’s Ship, guided by the Grail borne by an angel. Sir Bors and Sir Percival accompany him, while three spindles for the Tree of Life rest upon the stern of the ship.

XIIII. The city of Sarras

The island city of Sarras, as viewed from the sea. While the island is a fictional one tied to the Arthurian legend, the story locates it near Egypt.

XV. The golden tree

Sir Galahad, now the King of Sarras, builds a golden tree. When he is presented with the Grail, his spirit and the Grail ascend to heaven. Like other elements throughout the mural cycle, the golden tree and the Grail are depicted in gilded raised relief, a method that Abbey may have learned from his studio partner John Singer Sargent.

IX. The Castle of Maidens

The castle of maidens, who by a prophecy have been expecting the ideal knight to free them, welcome Sir Galahad.

Les Chevaliers de la Table Ronde (1937) de J. Cocteau

Les Chevaliers de la Table Ronde (1937) de J Cocteaujean-cocteau-les-chevaliers-de-la-table-ronde

La pièce, créée le 14 octobre 1937, reçoit un accueil mitigé. Les critiques ne sont pas franchement mauvaises, elles sont ambiguës. Pour Jean Marais, les critiques sont unanimes : « ( Il ) fait un superbe Galaad dont les muscles roulent sous la peau et qui a du feu et de la violence ». La pièce est jouée jusqu’au 2 janvier 1938, après avoir atteint la centième représentation…

Jean Marais in Les Chevaliers de la Table Ronde of Jean Cocteau. Paris, theatre de l'Oeuvre, October 1937 - 5 cocteau-marais-1937
Jean Marais dans Les Chevaliers de la Table Ronde de Jean Cocteau. Paris, théâtre de l’Oeuvre,  Octobre 1937 – Cocteau et J Marais –  1937

L’imaginaire de Cocteau s’est ressourcé dans l’antiquité gréco-latine ou égyptienne, mais aussi dans le légendaire arthurien. Il n’est que voir la décoration de la Chapelle St Jean de Malte à Fréjus…Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 8

L’imaginaire arthurien se retrouve dans trois œuvres : Les Chevaliers de la Table Ronde, L’Éternel Retour, Renaud et Armide.

L’enfance du jeune Cocteau a été bercée par les contes de Perrault, la Belle et la Bête, le Roi des Aulnes, de Goethe en version originale (Joséphine sa gouvernante, étant allemande)… Les magazines de l’époque étaient illustrés par Gustave Doré, qui influencera énormément son imaginaire, au point de se servir de ses souvenirs plus tard, lors du tournage du film «La Belle et la Bête». A la fin du 19ème siècle, toute l’ambiance du mythe arthurien revient à la mode.

Cocteau tente de retrouver l’esprit du moyen-âge, et de se débarrasser des oripeaux dont l’avait affublé le 19ème siècle.

Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 1* Cette pièce de théâtre, en deux heures, doit rappeler le Moyen-âge, et le fait par les signes suivants ;

  • Le château. Ici en fait, il y en a deux : celui d’Artus, et le Château Noir.
  • La chambre de la Reine. Lieu essentiel, où se jouent la vie, la mort, l’amour.
  • La forêt. Lieu où se déroulent les aventures, les rencontres, et que l’on retrouve également dans l’Eternel Retour (forêt et marécage), dans Renaud et Armide (forêt enchantée)…
  • Le cheval…Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 7
  • Les éléments naturels : le jour, la nuit, le vent, l’eau (pluie, orage), qui sont très proches des signes ésotériques naturels.
  • L’Ennemi. Ici, le Diable, comme dans la tradition arthurienne, ce qui correspond également avec l’ambiance mondiale de l’époque (1937).
  • Le cercle magique, anneau dans lequel s’enferme Merlin et Ginifer (à rapprocher également de l’anneau d’Armide).

* Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 2Les personnages peuvent sembler différer largement de leur modèle original :

  • Merlin. Merlin, actuellement ressenti comme un bon mage, et le conseiller d’Arthur ; ici, est machiavélique. Il est l’incarnation du mal. En fait, Merlin était un personnage trouble dès le départ, mais cet aspect a été gommé au fil du temps : il est né de l’union d’une nonne et d’un démon. Peut-on dire que Cocteau retransmet ainsi sa véritable nature ?
  • Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 3Ginifer. Apprenti de Merlin, qui n’existe pas du tout dans le mythe arthurien, et qui n’existe pas non plus sur scène ! Rappelons que la seule façon de repérer Ginifer (à part l’étrange comportement des gens qu’il « envahit »), est son incapacité à prononcer correctement les X. Or, dans les formules ésotériques, le X représente l’esprit démoniaque…
  • Artus. Son nom change de celui que l’on utilise habituellement (Arthur), mais les deux noms sont possibles pour le roi. Par contre, nous avons là à faire à un roi qui n’est plus noble du tout, un vieillard sous le charme (sortilège) de Merlin, mais également sous le charme trouble de Gauvain-Ginifer.Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 5 Dans la légende arthurienne, si le rôle d’Arthur est prépondérant au début de la légende, par la suite, il centralise les aventures autour de lui, mais ne les vit plus lui-même.
  • Lancelot. Il n’est pas blanc et immaculé, et il le sait : il est rongé par la culpabilité.
  • Galaad. Le seul à être vraiment dans la tradition, dont le sort est de faire voir le Graal aux autres sans pouvoir le voir lui-même, et qui doit prendre la route ensuite.

Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 6* D’autres éléments représentent le cœur de la légende :

  • – Le Graal. Cocteau en fait une mystification de Merlin : c’est ce qui permet aux habitants du château de ne pas voir l’affligeante réalité qui les entoure.
  • – L’enchantement. C’est en fait l’opium. Cocteau écrit sa pièce en se réveillant de l’opium. (relire l’extrait de la préface ci-dessus, très éclairant…) Cocteau le dit lui même dans la suite de sa préface :Acte I : le château d’Artus est intoxiqué, drogué […] L’arrivée de Galaad (Parsifal), le très pur, qui désintoxique […] Acte II : Nous savons maintenant qui drogue le château d’Artus […] Acte III : Le château d’Artus est désintoxiqué, débarrassé d’artifice, ou, pour être plus exact, l’auteur nous le montre en pleine crise de désintoxication. La vérité se découvre. Elle est dure à vivre. […] Cette vie réelle, violente, oubliée, fatigue Artus. Aura-t-il la force ? […] le roi : j’aime mieux de vrais morts qu’une fausse vie. Souhaitons lui d’avoir raison et de conserver le Graal revenu à Camaalot et qui n’est autre que le très rare équilibre avec soi-même. […] Au public du théâtre de décider si les forces qui dirigent le premier acte et le dernier rendent la vie plus ou moins agréable. L’essentiel restant de savoir, selon le code de Baudelaire, si la vie doit être agréable. (Lettre à Jules Jamin).
  • – La Table Ronde, ici tournée en dérision : Ginifer se cache dessous, ce qui a fait hurlé les puristes, à la création de la pièce.
  • – La fleur qui parle, à rapprocher d’Orphée, où la poésie s’exprime soit par un cheval (pièce), soit par une voiture (film).
  • – Les écus blancs à croix vermeille, présents aussi dans la décoration de la chapelle de Fréjus, représente la croix des Templiers.
  • cocteau-jean Les-chevaliers-de-la-table-ronde 1
    L’éditeur italien Canesi publie en 1963 une traduction de la pièce illustrée d’un « carnet des décors » par Fabrizio Clerici.

Les Cathares et le Graal -3/4- Galaad

galaha10 (1)La Queste del Saint-Graal, va poursuivre la spirale ascensionnelle des vertus, jusqu’à délaisser Perceval, pour Galaad. Elle reprend le procédé de l’élimination successive de ceux qui ne sont pas suffisamment dignes de réussir la Quête. Elle élimine radicalement l’idéal chevaleresque lui-même, que les auteurs antérieurs avaient d’abord exalté, puis critiqué…  « Votre chevalerie ne vaut rien, si le saint-Esprit ne vous fraie la voie en toutes les aventures que vous rencontrez. »SIR GALAHAD AND THE ANGEL - painting by Joseph Noel Paton

Elle élimine l’amour, même sous ses formes les plus chastes et les plus sublimes. La femme est rigoureusement bannie de la Queste … La virginité seule devient un impératif catégorique … La Queste est toute imprégnée de l’esprit de Citeaux…

Galaad est « une sorte d’archange lumineux, sans tache, sans peur, sans reproche, mais dont la perfection glacée ne nous touche guère… » Alexandre Micha.

Sir Galahad with an Angel, Sir Joseph Noel Paton Sir Galahad, PatonGalaad n’est pas le Christ, c’est un être de totale transparence. Il n’est pas le Christ, mais on voit le Christ à travers lui, ou si l’on préfère il est le miroir où son image se reflète…

C’est l’Eucharistie qui donne tout son sens à la Queste, alors que dans Parzifal, l’accent est mis sur le baptême. Le catharisme n’a qu’un sacrement, le consolament, sorte de baptême d’Esprit.

Sir Galahad  par Arthur Hughes

Sources : Les Cathares et le Graal de Michel Roquebert

Perceval, Galahad et Bors

 

Les Cathares et le Graal -2/4-

chevaliers à Chartres
chevaliers à Chartres

Dans La Queste, nos héros sont « chevaliers du Christ », ils sont soldat parce que tout chrétien est en guerre contre le démon portant l’écu. Mais « l’écu de Jésus-Christ, est de patience et d’humilité ».  La sublimation de la chevalerie terrienne en chevalerie célestielle passe obligatoirement et essentiellement par le renoncement à l’orgueil, renoncement qui passe lui-même par la confession. C’est par l’humilité seule que peut s’opérer la transmutation intérieure de l’homme, image, reflet ou écho de la transmutation du pain en corps du sauveur : «  C’est par cette porte qui est appelée confession, poursuit la Queste, sans laquelle nul ne peut parvenir à Jésus-Christ, qu’il faut entrer dans cette quête, en changeant chacun d’être, comme fut changée la nourriture »

Dans les romans du Graal, la critique de l’érotique « courtoisie » est claire : les troubadours d’oc, et dans leur sillage les trouvères d’oïl avaient exalté depuis longtemps l’amour adultère… Mais c’est la loyauté qui tient la place d’honneur à la tête des vertus requises. Elle est celle « qui de tout temps fit l’honneur du chrétien ». Elle exprime par excellence la « pureté du coeur » ; elle se traduit essentiellement par la fidélité, ce qui lui donne une valeur toute particulière dans le comportement à l’égard des dames… L’habileté des écrivains du Graal , sera de récupérer ces valeurs au profit du mariage chrétien ….

Galaad prête serment
Galaad prête serment

Les vertus requises du héros du Graal, sont le produit d’une réflexion purement éthique qui n’a besoin d’aucune référence à une cosmogonie. Alors que la morale cathare, jusqu’en ses ultimes et ses plus rigoureuses conséquences, trouve son fondement logique dans le dualisme des deux créations et la condamnation sans appel de tout ce qui appartient à la mauvaise…

Sources : Les Cathares et le Graal de Michel Roquebert

 

Le Graal et l’épisode du palais de Sarraz.

L’épisode du palais de Sarraz est l’un des exemples qui permet le mieux de juger l’esprit du mythe graalien. A la suite de circonstances qui varient d’une version à l’autre, la communauté de Joséphé se transporte, escortant le Graal et la « Lance qui saigne », toujours inséparables, dans la mystérieuse cité de SARRAZ (du nom de son Roi-fondateur). Ce mot rappelle évidemment les Sarrasins. On nous révèle que cette cité de Sarraz est une figure de la Jérusalem céleste. Dans son enceinte on trouve le PALAIS SPIRITUEL destiné à abriter le triomphe du Graal quand l’Élu aura été jugé digne de le découvrir.

Sarras

Josephe with the Holy Grail Christ appears to a hermit in a vision, holding a book containing the true history of the Holy Grail. From History of the Holy Grail, French manuscript, early 14th centur
Josephe avec le saint-Graal apparaît à un ermite, pour qu’il écrive la véritable histoire du saint-Graal … 14e s.

Deux rois sarrasins, Mordrain et Nascien, se convertissent au graal. C’est dans le palais spirituel de Sarraz, au cours d’une merveilleuse vision, que le Christ institue un NOUVEAU SACERDOCE SPIRITUEL. Il apparaît à la communauté pour sacrer évêque, de ses propres mains, Joséphé, fils de Joseph d’Arimathie (lui conférant ainsi la plénitude du Sacerdoce). Sur l’autel, entre la lance et le Graal, apparaît un second vase d’or d’origine céleste ; tantôt il se distingue du Graal de la Cène, tantôt il se confond avec lui. Imprécision qui entretient l’atmosphère trouble si caractéristique de ces récits.

A quelques temps de son sacre, Joséphé, le nouvel évêque « spirituel », célèbre un « Rite de la Table » au cours duquel le Christ se manifeste de nouveau et promulgue le privilège du « petit peuple nouvellement né de la naissance spirituelle ».

Holy Grail in Sarras
Arrivée du Graal à Sarras

Nascien, roi sarrasin nouvellement converti, ravi en extase, voit dans le Graal la prophétie de la restauration finale. Joséphé est blessé par la lance dont le fer demeure dans la plaie.

Mais Perceval, Bohort et GaIaad, qui ont mené leur quête de concert, arrivent à Sarraz. Ils touchent au but tous les trois mais un seul va l’emporter. Il est annoncé que l’Élu ne sera pas Perceval (pourtant pressenti au début) mais Galaad, le chevalier « spirituel ».

The Three Good Knights in Sarras William Morris Tapestry, 1870

Devant le Graal entouré d’une lumière surnaturelle, Galaad est saisi par l’UNIO MYSTICA, prélude de la vision béatifique céleste. Aussitôt Galaad guérit Joséphé que la « lance qui saigne » a blessé. Ainsi la légende du Graal, commencée dans le culte d’une insigne relique du repas eucharistique de Jésus, se termine par les noces spirituelles qui constituent l’aboutissement de la vie mystique. L’impression d’une intense vie chrétienne se maintient d’un bout à l’autre. Rien d’étonnant à ce que certains critiques modernes voient, dans les romans graaliens, la marque d’une influence cistercienne très accusée.

The Passage of the Holy Grail to Sarras - Edward Reginald Frampton
The Passage of the Holy Grail to Sarras – Edward Reginald Frampton

Sources : Charles Ridoux : Colloque de Cerisy

Note: SARRAS est la ville sainte du Graal. Elle se trouve «dans la mer», et seuls ceux qui ont été choisis peuvent y accéder… Elle est la Nouvelle Jérusalem gardée par l’abîme. Nous pouvons le franchir après l’expérience de la « nuit noire ». Lorsque nous entrons dans cette ville, nous y sommes en bonne compagnie. Seulement Galahad, Bors et Parsifal y ont été admis et peuvent accéder au suprême mystère. Galahad, Bors et Parsifal sont allés à Sarras grâce à un bateau fabriqué du bois prélevé sur l’Arbre de Vie.

La « Queste del Saint Graal »

The Grail pentecost; Lancelot, Queste, Tristan, Morte, France (Ahun), c 1470
From a 15th-century French manuscript of the Vulgate cycle (also called the Lancelot-Grail cycle) of Arthurian romance; the Grail section is called the Queste del Sant Graal

La « Queste del Saint Graal » est un roman qui forme la quatrième partie du cycle de la Vulgate et a été écrit dans les années 1225-1230.

Le roman commence un jour de Pentecôte, au moment où les chevaliers du roi Arthur se trouvent réunis autour de la Table Ronde, et une série de présages annonce l’arrivée du meilleur des chevaliers : il s’agit de Galaad qui s’assied sur le Siège Périlleux, réservé depuis l’époque de la Passion au chevalier parfait. Le Saint Graal apparaît au-dessus des chevaliers et, lorsqu’il disparaît, tous se disposent à partir à sa recherche et à mener à bien la quête du Saint Graal. Le roman s’attache ensuite aux aventures des principaux chevaliers de la cour arthurienne. Gauvain s’égare dans des entreprises étrangères à la quête et est couvert de reproches par des ermites à cause de ses péchés et de son impénitence. C'est le livre de messire Lancelot du Lac, ouquel livre sont contenus tous les fais et les chevaleries dudit messire Lancelot, et la Queste du saint Graal Author Gautier Map 1Lancelot expie son péché (ses amours adultères avec la reine Guenièvre) et lutte désespérément contre les puissances qui l’empêchent de poursuivre la quête jusqu’au bout, mais son repentir et sa confession sincère, suivie d’une dure pénitence, transforment le chevalier amoureux d’antan en une sorte d’ascète. Un autre chevalier, Bohort, part lui aussi à la recherche du Graal en ascète, admire les ermites pour la pureté de leur âme et triomphe des fallacieuses tentations ourdies par le diable.

perceval soeur de lancelot bateau nef de la foi
La soeur de Perceval, et la nef de la foi…

Galaad, Perceval et Bohort, les trois chevaliers élus, se trouvent finalement réunis dans une nef merveilleuse qui fut construite par Salomon avec des arbres du Paradis terrestre et qui renferme un certain nombre de symboles de l’attente messianique, en particulier l’épée du roi David. Celle-ci ne se laisse empoigner que par Galaad, dernier descendant du roi et n’admet, en fait de baudrier, que les blondes tresses de la soeur de Perceval ; cette dernière a rejoint les trois chevaliers dans le vaisseau, les accompagne dans leurs aventures terrestres et ne tarde pas à mourir après avoir offert son sang pour guérir une lépreuse. Son corps est porté dans la nef mystérieuse que les élus ont quittée et que rejoindra bientôt Lancelot. Celui-ci, naviguant seul avec la jeune morte, débarquera au château de Corbénic, où il ne pourra qu’entrevoir les merveilles du Graal, car sa confiance en Dieu n’est pas absolue. Detail of a miniature of Sir Galahad and his companions on the Quest for the Holy Grail, approaching a castle which is destroyed by lightning (Part 2, Queste del Saint Graal) France, N. (Saint-Omer or TournaGalaad, qui erre avec Perceval pendant cinq ans accomplissant des exploits prophétisés bien des siècles auparavant (guérison du roi Mordrain, aventure de la fontaine bouillonnante), rejoint Bohort et tous trois parviennent au château e Corbenic. En compagnie de neuf autres chevaliers inconnus, ils célèbrent une sorte de répétition de la Sainte Cène au cours de laquelle apparaît Joseph d’Arimathie entouré d’anges et portant le Saint Graal ; Galaad guérit le Roi Mehaignié. Obéissant à un ordre divin, les trois élus s’embarquent de nouveau sur la nef de Salomon et cinglent vers Sarraz où se trouve le Palais Spirituel. Escorant, le roi païen de Sarraz, emprisonne pendant un an les trois chevaliers qui subsistent grâce à la présence du Graal. Le roi mort, une voix divine ordonne à ses sujets d’offrir la couronne à Galaad, qui l’accepte.Un an plus tard, les secrets du Graal lui sont révélés et, après avoir reçu la communion des mains de Joseph d’Arimathie, il meurt. A l’instant même, une main mystérieuse emporte au ciel le Saint Graal.grail47

Perceval se fait ermite et meurt au bout d’un an; Bohort l’enterre au côté de sa soeur et de Galaad et revient à la cour du roi Arthur pour y raconter toutes ces aventures. Celles-ci, mises en écrit par des clercs d’Arthur, seront bien plus tard, translatées en latin par Gautier Map, puis en français.

grail48L’auteur, qui n’est évidemment pas Gautier Map, est sans doute différent de celui du Lancelot propre et de celui de la Mort le Roi Artu, mais l’oeuvre n’a de sens que par rapport à ce qui la précède et à ce qui la suit dans le cycle. On a depuis longtemps mis au jour l’originalité de cet écrivain au sein de la production romanesque du XIII° s. : proche de Cîteaux, sans pour autant être lui-même cistercien, l’auteur de la Queste del Saint Graal dresse dans une prose sobre et fine un tableau de la vie chrétienne et, à travers Galaad, un tableau de la vie ascétique et mystique selon Cîteaux. grail49Romancier original qui semble à la fois être rompu aux méthodes de l’exégèse biblique et connaître parfaitement la matière arthurienne, il nous offre le miracle d’un récit où se côtoient jusqu’à se fondre des réminiscences évangéliques (Pentecôte du Graal) et des données mythiques (le siège périlleux, l’épreuve de l’épée du perron). De plus, il ne s’agit pas d’une quête traditionnelle, puisque le Graal s’offre en ouverture à tous les chevaliers de la Table Ronde réunis à Camaalot, en cour plénière. La tâche des quêteurs n’est pas de prendre possession de l’objet, mais d’en affiner et d’en intérioriser la vision jusqu’aux deux ultimes théophanies : celle de Corbenic où le corps ensanglanté du crucifié surgit du Saint Vessel aux yeux des trois élus, celle de Sarras où le seul Galaad se trouve en présence de l’indicible et des grandes merveilles.grail50

La linéarité habituelle de la quête est ici constamment brisée par l’entrelacement – plusieurs personnages affrontent au même moment différentes aventures liées au Graal – et par les ’senefiances’ des ermites ou autres, qui resituent les aventures dans un cadre historique (biblique ou pseudo-biblique), ou eschatologique. Techniques narratives qui confèrent au récit une double épaisseur : hiérarchie des quêteurs, de Galaad à Gauvain, en passant par Perceval, Bohort et Lancelot ; profondeur historique depuis Adam (légende de l’Arbre de Vie) jusqu’à la fin prochaine du monde arthurien. En fait, la Queste del Saint Graal dessine moins un parcours linéaire que circulaire : le Saint Graal retourne dans son lieu originel à Sarraz, figure de la Jérusalem Céleste, tout comme Galaad revient sur la terre de ses ancêtres David et Joseph d’Arimathie. Seul Bohort accomplit le chemin traditionnel, lui aussi circulaire : cour d’Arthur – aventures extérieures – cour d’Arthur.

Sources: Charles RIDOUX

L’apparition du Graal, dans la littérature médiévale… -3/3-

Le graal, objet purement utilitaire quoique précieux, revêt chez Chrétien une coloration mystérieuse et une teinte chrétienne. Par la suite, chez les continuateurs de Chrétien, chez Robert de Boron et dans le Lancelot-Graal, il y aura une sacralisation et une christianisation poussées à la fois du Graal et de la Lance qui seront mis directement en relation avec l’histoire de la Passion du Christ, surtout dans sa transmission par les évangiles apocryphes. Le Graal deviendra le Saint-Graal, à la fois le vase dans lequel Jésus a célébré la Cène le Jeudi Saint et dans lequel, le lendemain, son sang aurait été recueilli par Joseph d’Arimathie. Et la lance deviendra la Sainte-Lance, assimilée à celle de Longin, le centurion romain qui perça le flanc du Christ sur la Croix.

knight of the holy grail frederick juddwaugh
Frederick Judd Waugh – The Holy Grail

Dans la Queste del Saint-Graal, roman en prose du XIIIe s, l’auteur est étroitement lié à Cîteaux. Il reprend à son compte la conception cistercienne de la vie humaine comme un perpétuel combat que doit livrer l’homme, miles Christi, contre le péché. Il est pénétré de la théologie mystique de saint Bernard, fondée tout entière sur l’amour divin. Comme l’écrivait E. Gilson, la Queste c’est ’le roman de la grâce ou, si l’on veut, la vie de la grâce dans l’âme chrétienne racontée sous forme de roman’.

The Quest and Achievement of the Holy Grail” Panel III by Edwin Austin Abbey détail
The Quest and Achievement of the Holy Grail” Panel III by Edwin Austin Abbey détail

Deux traits essentiels caractériseraient le récit de la Queste  : l’existence d’un sacerdoce « spirituel », différent du sacerdoce de Pierre qui lui est subordonné, et la constitution d’une communauté de Pauvres « spirituels », gardiens du Graal, détenteurs d’un secret dont la révélation devrait marquer l’avènement du Royaume de Dieu. L’influence des franciscains dissidents qui avaient rejoint les disciples de Joaquim de Flore s’étendait surtout dans la noblesse, milieu dans lequel naît le conte. Le Graal exalte l’idéal chevaleresque à l’époque des croisades. Tous les protagonistes sont des chevaliers et le vainqueur de la quête, le roi du Graal, sera le meilleur chevalier du monde. C’est surtout cet aspect chevaleresque qui caractérise les poèmes depuis Chrétien jusqu’à Wolfram.