Archives pour la catégorie Mainfestations

La Légende du roi Arthur – Spectacle de Dove Attia

Dove Attia – est le producteur à succès de : « Le Roi Soleil », « Mozart, l’Opéra Rock », « 1789, les amants de la Bastille ». Ici, il ne prend palegende-roi-arthur affs de risque à prendre cette histoire universelle et internationale.

Le risque était peut-être de prendre la chanteuse Zaho, plus connue pour son style urbain que pour la puissance de sa voix. En complétant son casting avec des valeurs sûres du genre et des profeslegende-roi-arthursionnels reconnus, Dove Attia a pleinement accompli sa mission de nous divertir et de nous apporter un peu de rêve dans un quotidien qui en a bien besoin.

Dove Attia a eu la bonne idée de faire appel à Giuliano Peparini pour la mise en scène de ce spectacle. Exigent et pointilleux jusque dans les moindres détails…170915-roi-arthur-1

Giuliano Peparini est avant tout un chorégraphe qui a collaboré avec le Cirque du Soleil et Franco Dragone comme co-metteur en scène et chorégraphe des plus grands spectacles au monde : « Le Rêve » à Las Vegas et « The House of Dancing Water » à Macao, qui a coûté 250 millions de dollars. Giuliano Peparini a déjà travaillé avec Dove Attia en 2012 pour la mise en scène et la chorégraphie de la comédie musicale « 1789, Les Amants de la Bastille », produite par Dove Attia et Albert Cohen.

170915-roi-arthur-2

« La Légende du Roi Arthur » est un voyage musical à travers les décors de la Bretagne médiévale et les mystères de la féerie celtique, avec de magnifiques tableaux sublimés par de remarquables effets spéciaux… roi-arthur-come-die-musicaleCette histoire nous offre une panoplie de personnages qui sont autant de héros légendaires connus de tous tels que Arthur, Guenièvre, Merlin, Morgane, Lancelot, Perceval, Gauvin, Tristan, Yseult. Le spectacle c’est aussi de nombreux mythes tels que Excalibur, Camelot, les Chevaliers de la Table Ronde et la Quête du Graal. Même si le public connaît plus ou moins l’histoire, ils’attache rapidement aux personnages. Des héros sublimés par un casting de choc puisque l’on retrouve Florent Mothe (« Mozart l’Opéra Rock ») dans le rôle du Roi Arthur, la reine Guenièvre est jouée par Camille Lou (« 1789, Les Amants de la Bastille »), Charlie Boisseau (découvert dans The Voice 3 sur TF1) est le chevalier Lancelot, et surtout Zaho dans le rôle de la fée ou sorcière, c’est selon, Morgane. Une époustouflante Zaho qui va en surprendre plus d’un dans ce projet. On la découvrira danseuse, actrice, chanteuse à voix…

170915-roi-arthur-3Pour la composition et l’écriture des chansons, Dove Attia s’est accompagné de pointures : Zaho, Rodriguie Janois, Silvio Lisbonne, Skread, Nicolas Boisnard, Antoine Elie, Vincent Baguian, Orelsan.

Emotions, grandes scènes d’action chorégraphiées, humour avec le personnage de Merlin, intrigues et trahisons à la cour de Camelot, ambitions, jalousies et luttes de pouvoir jalonne cette très belle histoire du plus grand Roi médiéval. « La Légende du Roi Arthur » de Dove Attia devrait être l’une des plus belles comédies musicales de ces dernières années… !

Sources: fashions-addict.com/

Le Graal au Théâtre National de Strasbourg.

J.Brochen et C.SchiarettiJulie Brochen, directrice du TNS et Christian Schiaretti, directeur du TNP de Villeurbanne se sont lancés en juin 2011 dans une fabuleuse et titanesque aventure, celle de revisiter le mythe de la « légende arthurienne » en montant l’intégralité du Graal Théâtre, de Florence Delay et Jacques Roubaud. Chaque pièce porte un des noms des chevaliers.

Spectacles_Perceval Le Gallois_MichelCavalca
Spectacle: Perceval Le Gallois

Après Perceval le Gallois en mai dernier, Lancelot du Lac est le 5ème volet de ce feuilleton théâtral contemporain et populaire.

* Les auteurs : Jacques Roubaud et Florence Delay ont décliné en dix pièces les aventures des chevaliers de la Table ronde.

Un jour du début des années 1970, Jacques Roubaud et Florence Delay, se sont mis autour d’une table – ronde, bien entendu –, et se sont lancés dans une épopée qui a duré plus de trente ans : le Graal Théâtre, ou comment transformer en un cycle de dix pièces, gorgé de vie et de fantaisie, les aventures des chevaliers de la Table ronde. – Lui est poète et mathématicien, né en 1932, héritier de Raymond Queneau et membre de l’Oulipo, l’Ouvroir de littérature potentielle, – et elle, écrivaine non encore académicienne, de dix ans sa cadette, avaient envie de faire œuvre commune.

Spectacles_Perceval Le Gallois_MichelCavalca 2

Ce fut leur Graal, dont l’histoire se poursuit jusqu’à aujourd’hui, avec la mise en scène, au TNS, de Lancelot du lac par Julie Brochen et Christian Schiaretti, qui prolongent l’aventure commencée en 2011 de porter à la scène, si possible, l’ensemble du cycle.

« Nous étions en quête d’une matière collective et populaire qui soit encore vivante,explique Florence Delay. Trésor épique et féerique, la légende arthurienne nous a semblé idéale : elle rejoignait mon goût d’hispaniste pour les formes qui mêlent la comédie et la tragédie, la merveille et le picaresque. Et pour Jacques Roubaud, qui a poursuivi un long chemin avec les troubadours, elle recoupait le thème de l’amour courtois… »

Spectacle_20102011_GraalTheatreJosephDArimathieDans les années 1970 s’est opérée une redécouverte de cette « matière de Bretagne » que sont les cycles du Graal et de la table ronde. En 1974, Robert Bresson, cher au cœur de Florence Delay – elle a été sa Jeanne d’Arc en 1962 –, réalise son Lancelot du lac ; en 1975, les Monty Python déboulent avec leur iconoclaste Sacré Graal ; en 1978, c’est au tour d’Eric Rohmer, avec Perceval le Gallois.

« Il ne s’agissait pas de faire du Viollet-le-Duc littéraire, font-ils observer,d’adopter une langue pseudo-médiévale ou universitaire. Mais bien de retrouver, pour le théâtre, l’oralité du conte. » Les deux auteurs du Graal Théâtre ont d’abord composé oralement l’intégralité de leur texte (six cents pages dans le volume publié chez Gallimard), avant de le consigner par écrit. Ils ont emprunté aux conteurs d’origine, mais aussi à Victor Hugo, Shakespeare, Guillaume Apollinaire, Fray Luis de Leon, Pedro Calderon de la Barca… « Wittgenstein s’est aussi introduit dans la discussion entre le bon et le mauvais disciple, Clausewitz et son Art de la guerre dans la stratégie conçue par Merlin pour sauver le royaume du jeune Arthur », précise Florence Delay.

Le conte est éternellement vrai

Spectacle_GraalThéâtre: Perceval Le Gallois
Spectacle_Graal-Théâtre: Perceval Le Gallois

Les lectures psychanalytiques des années 1970 se sont aussi invitées dans l’histoire. « On a pris un plaisir fou à composer une scène où le prince Galehaut est pris de mélancolie, ce “mal noir” très étudié au Moyen Age. On a imaginé qu’il consulte trois “psys” et on a demandé à Elisabeth Roudinesco de nous livrer trois interprétations, une freudienne, une jungienne et une lacanienne, que l’on a réécrites en langage médiéval. »

Une autre fois, le tandem se retrouve devant une scène à inventer, le chevalier Gauvain musardant avec une jeune fille. « On a sorti un livre de la bibliothèque et… on a copié une scène, raconte Jacques Roubaud. Le problème, c’est que quand la pièce a été publiée, on avait oublié à qui on l’avait empruntée. En 1979, Marcel Maréchal décide de monter trois des pièces. A la fin de la représentation, un homme vient le voir, et lui dit : “ Quel plaisir, je suis dans votre spectacle !” C’était Julio Cortazar… »

Ainsi ce Graal Théâtre enroule-t-il une infinité d’histoires. Et ainsi Lancelot, Perceval, Viviane, Guenièvre et les autres nous racontent-ils une histoire qui a le charme de quelque chose de très ancien, et la profondeur éternelle et très actuelle d’un récit d’initiation, où il est question de grandir et de se battre, d’aimer et d’avancer dans les mystères de l’existence, aussi touffus qu’une forêt celtique.

Le Théâtre national de Strasbourg (TNS) propose jusqu’au 3 décembre 2014 une relecture de Lancelot du Lac, ce personnage du cycle du Graal, dans une nouvelle pièce mise en scène par Julie Brochen, ancienne directrice de la scène strasbourgeoise.

Lancelot du Lac clôt le cycle des chevaliers dans l’oeuvre de Graal Théâtre, après Gauvain et le Chevalier Vert (2013) et Perceval le Gallois (mai 2014).

Comme le dit Blaise de Northombrelande, scribe de cette aventure et double des deux auteurs : « Le conteur dit le conte et le conte dit vrai. Le conte dit toujours vrai. Ce que dit le conte est vrai parce que le conte le dit. Certains disent que le conte dit vrai parce que ce que dit le conte est vrai. D’autres que le conte ne dit pas le vrai parce que le vrai n’est pas un conte. Mais en réalité ce que dit le conte est vrai de ce que le conte dit que ce que dit le conte est vrai. Voilà pourquoi le conte dit vrai. »

Lancelot Graal Theatre
Lancelot Graal Theatre

* L’histoire : Enlevé nouveau-né à ses parents par la fée Viviane, dite la Demoiselle du Lac, Lancelot est élevé par elle dans l’ignorance de sa lignée royale et de son nom. À sa demande, quand il a quinze ans, et bien à contrecœur, Viviane le présente à la Cour du roi Arthur pour être armé chevalier. Yvain se charge de son éducation.

Lancelot, une fois devenu chevalier, enchaîne les aventures à la pointe de son épée.

Tambour battant, le valeureux Lancelot qui ne dit jamais son nom enchaîne les combats victorieux, obtient la libération de ses compagnons de route pris au piège

autour-du-graalLa reine Guenièvre, quand il prend congé d’elle avant de partir vers sa première aventure, l’appelle « beau doux ami » et lui tend sa main nue à baiser — par où entre l’amour.

Galehaut, sire des Îles Lointaines, fils de la Belle Géante, qui convoite le royaume de Logres, aperçoit dans la bataille un Chevalier aux Armes Blanc et Noir dont il s’éprend violemment sans le voir. C’est Lancelot. Lancelot accepte de passer la nuit dans la chambre du prince en échange de sa soumission au roi. Galehaut se soumet. Son amour surmonte aussi sa jalousie : il obtient de la reine qu’elle donne à Lancelot le premier baiser qui sera le commencement de leur amour. Emprisonné par l’enchanteresse Camille à l’aube de sa première nuit avec la reine, Lancelot tombe dans sa première « Folie ». Se faisant passer pour une autre, Viviane l’en délivre. Lui et ses compagnons finissent par sortir indemne du château de la fée Morgane métamorphosée en corbeau, dont les cris transpercent la scène.