TAROT -19- Le Soleil

19-soleilLe Tarot de la Quête du Graal

Les arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs »

Cet arcane fait partie de la famille des 3 astres, avec L’ÉTOILE et LA LUNE. Cette famille d’arcanes exprime des forces et lois cosmiques qui produisent des résonances au plus profond de nous-mêmes…

Cet astre vivifiant a été considéré par les humains, auparavant, comme un dieu! Le soleil, suscite d’emblée un sentiment positif, agréable, apaisant, joyeux. Le soleil symbolise la vie. Le soleil brille dans notre univers et il illumine notre terre. Il représente de la sorte tout ce qui est mis en lumière, ce qui est révélé, les vérités dévoilées.19 Le Soleil

Le Soleil, dans le tarot Arthurien, est représenté avec un jeune homme nu qui chevauche. Il porte une harpe sur le dos ; à la main, une lance.

Dans la carte de la Lune, l’enfant était embryonnaire, ici Mabon apparaît dans le monde, prêt à commencer sa quête. Ce rôle archétypal, peut être appliqué à maint héros arthurien.

La jument blanche est emblématique de la souveraineté de la déesse. ( La jument blanche était la représentation de la déesse celtique Epona…)

la déesse epona
La déesse Epona

La carrière d’Arthur commence quand il parvient à retirer l’épée du trône. Ce n’est pas la même épée qu’Excalibur dans une légende plus tardive, car elle lui est offerte par la Dame du Lac, et est l’un des Objets Sacrés.Arthur retirant l'épée de la pierre

Le pouvoir de retirer l’épée de la pierre est un acte qui confère la souveraineté, et Arthur devient roi, employant alors sa force juvénile à restaurer le Royaume…

 

 

– La Question du Graal : Quelle est la source de votre force ?

Sources : Le Tarot du Graal, et Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews

Idylles du Roi – Guenièvre –

« Idylles du Roi »; Illustrations de George Wooliscroft Rhead, & Louis Rhead. Tirées des  »Idylls of the King » de Tennyson – 1898 –

Œuvre majeure du poète victorien Sir Alfred Tennyson, Les Idylles du roi est constitué d’un ensemble de textes romantiques autour de quatre personnages féminins de la légende arthurienne : Énide, Viviane, Élaine, Guenièvre.

Quatre femmes, quatre personnalités et quatre destins…

A travers les histoires légendaires de ces femmes – qui se croisent et se décroisent – personnages de l’univers arthurien, Tennyson évoquent pour nous un monde révolu, mais encore prégnant, où l’amour courtois était le lien qui unissait chevaliers et dames au coeur des cours médiévales.

image37

Si les personnages secondaires s’appellent ici Arthur, Lancelot, Merlin ou Mordred, les lieux de l’action demeurent ceux qui ont enchanté des dizaines de générations de lecteurs : Brocéliande, Camaalot ou Avalon.

image38

– Guenièvre –

Une douleur bien plus amère pour Arthur est la chute de Guenièvre et de Lancelot. Cette vieille histoire, qui a passé par tant de mains, d’Eschyle à Dumas fils, a rarement été traitée avec plus de vigueur et de franchise par un Anglais. A nos yeux, l’excuse de Guenièvre, c’est qu’elle a donné son cœur à Lancelot avant de donner sa main à Arthur. Mais elle ne cherche pas un instant à se justifier ; elle a le courage de l’adultère. Lorsque Lancelot, dans un de ces élans de repentir un peu niais auxquels certains hommes se laissent aller dans les entr’actes de la faute, lui rappelle les vertus de son mari, avec quelle ironie elle répond : « Arthur ! cet enfant vertueux, sans force pour dominer une femme ! .. Arthur, cette perfection vivante, ce roi sans défauts, ce soleil sans tache ! Mais est-ce qu’on peut regarder le soleil ? N’est-ce pas avoir tous les défauts que n’en avoir aucun ? Celui qui m’aime doit avoir en lui quelque élément terrestre… C’est à toi que j’appartiens, non à lui. » Elle veut que Lancelot gagne encore une fois le prix du tournoi. « Par ce baiser, dit-elle, tu vaincras ! »

image39

A ce moment, la destinée place sur le chemin de Lancelot cet amour vierge, sans lequel, suivant Arthur, il n’est point de vraie joie ni de réelle grandeur. C’est Élaine, si blanche et si pure qu’on l’a surnommée le Lys d’Astolat. « Le baiser d’un de ses frères suffit à colorer ses joues pâles. » Lancelot a « deux fois son âge et plus ; » une large cicatrice sillonne sa joue bronzée, et son visage, prématurément vieilli, porte la trace « de ce grand et coupable amour qu’il porte à la reine. » N’importe ! Elle l’aime, et pour jamais, dès qu’elle l’a aperçu. Les hommes du grand monde, qui ont vécu dans une atmosphère de passion élégante, ont une certaine manière mélancolique de regarder les jeunes filles, une certaine façon pénétrante de laisser tomber un compliment sans conséquence. Elaine est prise à cet attrait, n’étant, après tout, qu’une pensionnaire et une provinciale idéalisée par la poésie. Un moment elle s’abuse, parce que Lancelot, pour n’être pas reconnu, a porté ses couleurs dans le tournoi. Elle est enfin détrompée, et il ne lui reste plus qu’à exhaler sa vie dans un dernier chant.

Lancelot apporte à sa royale maîtresse le diamant inestimable, prix du tournoi. La reine le refuse et le pose froidement sur la table : « Ce diamant n’est pas pour moi, dit-elle ; il appartient à cette jeune fille sous les couleurs de laquelle vous avez combattu. » Puis, tout à coup, sous la reine offensée reparaît la femme jalouse. « Elle ne l’aura pas ! » crie-t-elle, et, en même temps, elle jette le diamant par la fenêtre ouverte. Au moment où il tombe dans la rivière, une barque y passe lentement, une barque tendue de noir, conduite par un vieillard muet, « semblable à ces rudes figures taillées dans le roc. » Sur les draperies sombres repose la vierge d’Astolat, vêtue de blanc et enveloppée de ses cheveux blonds. La mort l’a faite plus pâle, mais l’a laissée aussi belle. Dans la main droite elle tient un lis et dans la main gauche une lettre pour Lancelot. La morte vient dire adieu à celui qui s’est enfui sans prendre congé d’elle.

L’utopie chevaleresque touche à sa fin. Le paradis créé par Arthur se remplit de désordre ; les passions recommencent à ravager la terre, en même temps que les fauves sortent des bois. Pendant qu’Arthur est allé combattre les révoltés, Guenièvre et Lancelot ont résolu de se séparer. Mais ils ont voulu se voir une dernière fois. « La main dans la main, le regard rivé au regard, ils sont assis sur le bord de sa couche, bégayant, l’œil fixe : c’était leur dernière heure d’amour, leur adieu désespéré… » La trahison, sous les traits de Modred, épie cette suprême entrevue ; bientôt leur honte est publique. Quand Arthur revient, il est seul, et c’est la nuit. Aucune lumière n’éclaire la chambre nuptiale ; tout est silencieux, triste et mort. Le prince pousse du pied une ombre qui gémit, couchée sur le seuil : c’est Dagonet, le fou du roi. « Pourquoi pleures-tu ? — Je pleure, ô mon roi, parce que je ne te ferai plus jamais sourire ! »

image40

Guenièvre s’est réfugiée dans un couvent, où nul ne la connaît. Elle pleure, elle essaie de prier, songeant tantôt aux vertus d’Arthur et tantôt aux caresses de Lancelot, tandis qu’autour d’elle les nonnes babillent et se signent au nom de la reine adultère. Mais le roi a su la découvrir, il paraît dans la cellule, et elle tombe prosternée devant lui. Vient-il exécuter la sentence de mort que, dans le premier moment de désespoir, il a portée contre elle ? Vient-il, tout au moins, lui reprocher son crime et la maudire ? Non, il vient lui pardonner, avant de marcher à sa dernière bataille. Quoi qu’il arrive, il ne verra plus cette royale beauté, ces cheveux d’or, autrefois son orgueil, ces beaux cheveux, avec lesquels il aimait à jouer, « lorsque ne savait pas ! .. » Comment lui dire adieu ? Peut-il toucher ses lèvres ? Elles ne sont pas, elles n’ont jamais été à lui. Peut-il toucher sa main ? Mais cette main, c’est encore de la chair, et sa propre chair pourrait tressaillir à ce contact, car il l’aime encore ! Cet amour n’aura plus de satisfaction sur la terre ; mais pourquoi, dans une vie nouvelle, ne retrouverait-il pas sa Guenièvre, purifiée par le pardon divin ? « Oh ! je t’en prie, laisse-moi cette dernière espérance ! Et maintenant, il faut que je parte. J’entends, dans la nuit, la trompette qui sonne ; ils appellent leur roi… » Toujours muette, toujours couchée à ses pieds, la face contre terre, elle sent comme un souille errer sur son cou ; dans les ténèbres, au-dessus de sa tête courbée, elle sent des mains qui s’agitent pour bénir. Il est parti. Pâle, elle se dresse, elle écoute jusqu’à ce que le bruit des talons de fer se soit éteint dans l’éloignement.

Extrait de la Revue des Deux Mondes tome 71, 1885. Ecrit par
Auguste Filon, sur Lord Tennyson

image41image42 image43 image44 image45 image46 image47

Noël au Moyen-âge -2/2- A la cour d’Arthur…

Bien que Noël – au Moyen Age- était différent d’aujourd’hui, beaucoup d’activités que nous associons à cette fête auraient été familières en ce temps là… . Faire la fête, jouer à des jeux, chanter, boire et manger autour d’un feu, décorer sa maison avec des conifères, et même s’offrir des des cadeaux, sont en effet, quelques-unes des traditions appréciées en ville au Moyen-âge.

Calendar page for February in British Library MS Additional 24098 ‘The Golf Book (Sixteenth Century)

Dans la légende arthurienne, le conte de Sire Gauvain et du Chevalier vert est présenté comme une histoire de Noël, remplie de célébrations et réjouissances… Le motif de Noël est facilement observable dans la personne même du Chevalier Vert…

SIRE GAUVAIN ET LE CHEVALIER VERT ILLUSTRATION PAR WILLIAM MCLAREN

Le récit relate l’arrivée d’un mystérieux géant vert, monté sur un cheval verts, à la cour d’Arthur se préparant à fêter Noël.Sir Gawain takes up the challenge. As instructed by the Green Knight, ... Le mystérieux chevalier lance un défi au roi et à ses preux : que celui qui en aura le courage accepte de le frapper avec sa propre hache de forestier ; en retour, le chevalier lui impose seulement d’accepter le même traitement un an et un jour plus tard. Arthur serait prêt à relever le défi, mais par souci de le protéger, c’est Gauvain son neveu qui aura finalement cet  »honneur ». Pensant éviter toutes suites désagréables, Gauvain décapite à la hache son adversaire tout de vert vêtu, maos ô surprise, le génat ramasse sa tête qui avait roulé par terre dans des flots de sang. La tête se met à parler, donnant à Gauvain rendes-vous à la Chapelle Verte, avant que le chevalier portant sa tête sous le bras et chevauchant son destrier aussi vert et superbe que lui ne s’éloigne au galop…. L’aventure ne fait que commencer …. !Christmas preparations on a calendar page for December in 'The Golf Book'

Les activités décrites à la cour du roi Arthur lors de Noël dans le célèbre roman du XIVe siècle Sire Gauvain et le Chevalier vert  offrent un bon aperçu de la fête dans une cour médiévale tardive:

Le roi est à Camelot au moment de Noël et, avec les meilleurs chevaliers de la noble confrérie de la Table ronde, dûment assemblés, ils s’adonnent aux réjouissances et aux plaisirs insouciants de la fête. Auparavant, ils avaient participé à des tournois… Ces célébrations s’étalent sans interruption pendant quinze jours, alternant toutes sortes d’activités festives et de la danse la nuit, pour le plus grand contentement des seigneurs et des dames de la cour …

'The Golf Book', British LibraryAlors que la Nouvelle Année est toute jeune – ce jour même la splendeur de la table est redoublée – le roi après la messe rejoint la grande salle avec tous ses chevaliers… Noël est célébré à nouveau, chacun apportant des présents …

La majeure partie du poème (37-197, de 750 à 2479) a lieu pendant la saison de Noël. Le défi du chevalier vert a lieu le jour de la Nouvelle Année.

Un an plus tard, Gauvain arrive au château de Bertilak la veille de Noël; il y reste pour être  »testée » par Lady Bertilak pendant trois jours, et répond au défi du chevalier vert, le jour de l’An. Ainsi, les principaux éléments de l’intrigue se produisent lors de la Veillée de Noël et au cours de ses douze jours.

Noël au Moyen-âge -1/2-

La plupart des religions anciennes ont donné de l’importance au phénomène du solstice d’hiver, le moment de l’année, où le jour est le plus court et la nuit la plus longue.saturnales Noel

Dans le calendrier julien, cette date tombait le 25 Décembre. C’était à ce moment de l’année que les Romains organisaient des célébrations d’hiver appelées Saturnales, ( dieu Saturne). Lors de ces fêtes, la coutume étaient de donner des poupées de cire aux enfants, comme cadeaux. Il y avait d’autres traditions, par exemple dans les zones celtiques de l’empire romain, les hommes et les femmes s’habillaient avec des vêtements du sexe opposé, et ensuite allaient danser avec des masques d’animaux.

Dans le christianisme, c’est autour de l’an 300, qu’il a été décidé qu’une fête serait organisée en l’honneur de la naissance du Christ : le 25 Décembre a été choisi. L’argument théologique reposait sur le fait que c’était neuf mois à partir du 25 Mars, qui était considéré comme le jour où le monde a été créé, et était également la date de la conception du Christ.

'La fête du paon' du Livre des conquêtes et des faits d'Alexandre, 15ème siècle

Au début du Moyen Age, ce n’était pas le jour de Noël qui importait. La grande fête était l’Epiphanie : la manifestation de Jésus comme Christ, aux Mages. Le calendrier médiéval était dominé par des congés tels que les  »quarante jours de Saint-Martin », qui débutaient le 11 Novembre avec la fête de St Martin, période qu’on nomme aujourd’hui l’Avent.

Breviaire-romain-clermont-ferrand-BM-ms-0069-f-127-reduitL’importance du jour de Noël a augmenté progressivement après Charlemagne qui fut couronné empereur le jour de Noël 800. Le roi Edmund martyr a été oint au Noël de 855 et le roi Guillaume Ier d’Angleterre a été couronné le jour de Noël 1066. Autour du 12ème siècle, les  »douze saints jours » apparaissent dans les calendriers liturgiques, à compter du 25 Décembre et durent jusqu’au 6 Janvier à l’Epiphanie.

À la fin du Moyen Âge, la fête est devenue si importante que les chroniqueurs régulièrement relèvent ce que les rois font à cette date Noël. C’est lors de la fête de Noël en 1377 – avec le roi Richard II – que vingt-huit bœufs et trois cents moutons ont été mangés.

©Photo. R.M.N. / R.-G. OjŽda
©Photo. R.M.N. / R.-G. OjŽda

Evêque de Myra (Turquie actuelle) au IIIème siècle, saint NicolasSaint Nicolas aurait réalisé de nombreux miracles auprès d’enfants.

Représenté coiffé d’une mître, vêtu d’un long manteau de fourrure avec une crosse à la main, il est fêté depuis le Moyen-Age, le 6 décembre, anniversaire de sa mort, particulièrement dans les régions de l’Est.

L’admission de Sir Tristan parmi les chevaliers de la Table ronde – W. Dyce

A propos d »un tableau de William Dyce, peintre écossais né à Aberdeen le 19 septembre 1806 et mort à Londres le 14 février 1864 . Il fut membre de la Royal Academy (RA) .

William Dyce Hospitality Admission of Sir Tristram to the Round Table

Sir Tristan ( ou Tristram) , après de nombreuses péripéties, est conduit à la cour du roi Arthur. La scène qui est représentée est utilisé ici pour illustrer la vertu chevaleresque de l’hospitalité.

L'admission de Sir Tristram au Mouvement de la Table ronde détail 2

L'admission de Sir Tristram au Mouvement de la Table ronde détail 3

 

«Alors le roi Arthur a pris Sir Tristram par la main pour le conduire à la Table ronde. Puis vint la Reine Guenièvre et beaucoup de dames avec elle, et toutes lui ont dit d’une seule voix: «. Bienvenue, Sir Tristram ‘-‘ Bienvenue, dit Arthur, « pour l’un des meilleurs chevaliers et le plus doux du monde, reconnu de tous, vous êtes les bienvenus à cette cour. »- Tiré de l’oeuvre de Malory

L'admission de Sir Tristram au Mouvement de la Table ronde détail 5

Cette fresque, intitulée Hospitality, est le plus grand des cinq que William Dyce a prévu pour cette salle. Elle était inachevée à la mort de l’artiste en 1864, et a été terminée par CW Cope.

L'admission de Sir Tristram au Mouvement de la Table ronde détail 6

Le chevalier, Sir Tristram, se tient sur les marches devant le roi, qui soulève son épée en signe de bienvenue.

L'admission de Sir Tristram au Mouvement de la Table ronde détail 4

Derrière Sir Tristram, Sir Lancelot qui – sans le savoir – venait de combattre avec Tristram , ainsi que Sir Gauvain et Sir Gaheris, que Lancelot et Tristram avaient rencontré à leur retour à Camelot. Les dames de la cour soulèvent leurs mains et chnatent en guise de salutation, un harpiste et deux garçons font de la musique. Derrière le roi Arthur, on peut apercevoir voir le bord de la table ronde, avec des chevaliers debout pour applaudir. Le roi devrait ensuite choisir une siège pour l’offrir à Sir Tristram.

L'admission de Sir Tristram au Mouvement de la Table ronde détail 1

Dyce, également avait prévu une représentation d’un autre thème : ‘Piété: Le départ des Chevaliers de la Table ronde sur la Quête du Saint-Graal. L’aquarelle originale existe, mais ce projet n’a pas été accepté par la Commission des Beaux-Arts.

william_dyce Knights of the Round Table Departing on the Quest for the Holy Grail

Les cinq fresques de la Chambre Robing représentent les principales vertus de la chevalerie: Courtoisie, Mercy, Religion, générosité et l’hospitalité. Dyce a effectivement été mandaté pour produire sept fresques et frises dans la salle, pour la somme de £ 800 par an.

Les contes arthuriens – principalement dans la version du 15e siècle de Sir Thomas Malory – ont longtemps été reconnus comme un mythe héroïque fondateur de la nation britannique et en tant que tels, ont été pressentis pour avoir une place importante dans la décoration du nouveau Palais de Westminster.

L'admission de Sir Tristram au Mouvement de la Table ronde

 

Viviane : Iconographie

Viviane par : Julie Grenon-Morin 

Ph.D Student (Literary studies) at Université du Québec à Montréal

Transcript

  • 1. Viviane Liée à Merlin
  • 2. Table des matières
    • Manuscrits
    • Arts graphiques
    • Films
    • Autres
  • 3. 1. Manuscrits
  • 4. Arsenal 3479, fol. 1, Viviane élevant Lancelot Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :paris Siècle :15ème siècle Date :vers 1405 Artiste :maître.de.la.cité.des.dames (atelier)
  • 5. Français 110, fol. 159v, Merlin immobilisé par Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :france.nord Siècle :13ème-14ème siècle
  • 6. Français 110, fol. 164, Lancelot enlevé par Viviane
  • 7. Français 110, fol. 182, Lambegue et la suivante de Viviane
  • 8. Français 110, fol. 189v, Lancelot et Viviane
  • 9. Français 111, fol. 4, Viviane élevant Lancelot Auteur/Titre :lancelot du lac Nom de pays :France Origine :poitiers Siècle :15ème siècle Date :vers 1480
  • 10. Français 111, fol. 23v, Viviane retenant Lancelot
  • 11. Français 111, fol. 23v, Viviane retenant Lancelot
  • 12. Français 113, fol. 156v, Lancelot enlevé par Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :ahun Siècle :15ème siècle Date :vers 1470 Artiste :évrard.d’espinques et collab.
  • 13. Français 114, fol. 352, Viviane retrouvant Lancelot Auteur/Titre :tristan de léonois Nom de pays :France Origine :ahun Siècle :15ème siècle Date :vers 1470 Artiste :évrard.d’espinques et collab.
  • 14. Français 117, fol. 1, Viviane élevant Lancelot Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :paris Siècle :15ème siècle Date :début Artiste :maître.des.cleres.femmes (atelier)
  • 15. Français 121, fol. 1, Lancelot enlevé par Viviane Auteur/Titre :lancelot du lac Nom de pays :Belgique Origine :bruges Siècle :15ème siècle Date :3e quart
  • 16. Français 344, fol. 186, Lancelot enlevé par Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :france.nord Siècle :13ème siècle Date :3e quart
  • 17. Français 344, fol. 187v, Merlin et Viviane
  • 18. Français 344, fol. 201, Messagère de Viviane chevauchant
  • 19. Français 344, fol. 319v, Viviane retrouvant Lancelot
  • 20. Français 749, fol. 331, Merlin immobilisé par Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :Belgique Origine :flandre Siècle :13ème siècle Date :vers 1280-1290
  • 21. Français 754, fol. 10, Viviane Auteur/Titre :lancelot du lac Nom de pays :France Origine :france.sud Siècle :13ème siècle Date :2e moitié
  • 22. Français 754, fol. 27, Viviane
  • 23. Français 754, fol. 44, Viviane
  • 24. Français 754, fol. 61v, Lancelot et Viviane
  • 25. Français 770, fol. 291, Merlin et Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :france.nord Siècle :13ème siècle Date :vers 1280-1290
  • 26. Français 9123, fol. 285, Merlin et Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :paris Siècle :14ème siècle Date :vers 1315-1335 Artiste : maître.de.thomas.de.maubeuge
  • 27. Français 16999, fol. 6v, Lancelot enlevé par Viviane Auteur/Titre :lancelot du lac Nom de pays :France Origine :paris Siècle :14ème siècle Date :2e quart
  • 28. Français 16999, fol. 28, Viviane, Bohort l’Essillié et Lionel
  • 29. Français 16999, fol. 30v, Lancelot et Viviane
  • 30. Français 16999, fol. 32, Viviane envoyant Lambegue et Leonce de Palerme à Gaunes
  • 31.
  • 32.
  • 33.
  • 34. 2. Arts graphiques
  • 35.
  • 36. The Beguiling of Merlin (Merlin and Vivien) Sir Edward Coley Burne-Jones (1833- 1893) 1870-1874. Oil on canvas. Lady Lever Art Gallery, Port Sunlight, Cheshire
  • 37.
  • 38.
  • 39.
  • 40.
  • 41.
  • 42.
  • 43.
  • 44. George Wooliscroft & Louis Rhead. "The Lady of the Lake Steals Lancelot" from Tennyson, Alfred. Idylls of the King : Vivien, Elaine, Enid, Guinevere. New York: R. H. Russell, 1898.
  • 45.
  • 46.
  • 47.
  • 48.
  • 49.
  • 50.
  • 51. Merlin et vivane par Julia Margaret Cameron
  • 52.
  • 53.
  • 54.
  • 55.
  • 56.
  • 57. 3. Films et télévision
  • 58. Photo de Julia Margaret Cameron , 1874 Merlin et Viviane
  • 59.
  • 60.
  • 61. 4. Autres
  • 62.
  • 63.
  • 64.
  • 65.
  • 66.
  • 67.

Images de manuscrits de Viviane

Miniatures de la fée Viviane dans les muanuscrits conservés à la Bibliothèque nationale de France

Transcript

  • 1. Images de manuscrits de Viviane Arsenal 3479 & Français 110, 111, 113, 114, 117, 121, 344, 749, 754, 770, 9123 et 16999
  • 2. Arsenal 3479, fol. 1, Viviane élevant Lancelot Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :paris Siècle :15ème siècle Date :vers 1405 Artiste :maître.de.la.cité.des.dames (atelier)
  • 3. Français 110, fol. 159v, Merlin immobilisé par Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :france.nord Siècle :13ème-14ème siècle
  • 4. Français 110, fol. 164, Lancelot enlevé par Viviane
  • 5. Français 110, fol. 182, Lambegue et la suivante de Viviane
  • 6. Français 110, fol. 189v, Lancelot et Viviane
  • 7. Français 111, fol. 4, Viviane élevant Lancelot Auteur/Titre :lancelot du lac Nom de pays :France Origine :poitiers Siècle :15ème siècle Date :vers 1480
  • 8. Français 111, fol. 23v, Viviane retenant Lancelot
  • 9. Français 111, fol. 23v, Viviane retenant Lancelot
  • 10. Français 113, fol. 156v, Lancelot enlevé par Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :ahun Siècle :15ème siècle Date :vers 1470 Artiste :évrard.d’espinques et collab.
  • 11. Français 114, fol. 352, Viviane retrouvant Lancelot Auteur/Titre :tristan de léonois Nom de pays :France Origine :ahun Siècle :15ème siècle Date :vers 1470 Artiste :évrard.d’espinques et collab.
  • 12. Français 117, fol. 1, Viviane élevant Lancelot Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :paris Siècle :15ème siècle Date :début Artiste :maître.des.cleres.femmes (atelier)
  • 13. Français 121, fol. 1, Lancelot enlevé par Viviane Auteur/Titre :lancelot du lac Nom de pays :Belgique Origine :bruges Siècle :15ème siècle Date :3e quart
  • 14. Français 344, fol. 186, Lancelot enlevé par Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :france.nord Siècle :13ème siècle Date :3e quart
  • 15. Français 344, fol. 187v, Merlin et Viviane
  • 16. Français 344, fol. 201, Messagère de Viviane chevauchant
  • 17. Français 344, fol. 319v, Viviane retrouvant Lancelot
  • 18. Français 749, fol. 331, Merlin immobilisé par Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :Belgique Origine :flandre Siècle :13ème siècle Date :vers 1280-1290
  • 19. Français 754, fol. 10, Viviane Auteur/Titre :lancelot du lac Nom de pays :France Origine :france.sud Siècle :13ème siècle Date :2e moitié
  • 20. Français 754, fol. 27, Viviane
  • 21. Français 754, fol. 44, Viviane
  • 22. Français 754, fol. 61v, Lancelot et Viviane
  • 23. Français 770, fol. 291, Merlin et Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :france.nord Siècle :13ème siècle Date :vers 1280-1290
  • 24. Français 9123, fol. 285, Merlin et Viviane Auteur/Titre :saint graal (histoire du) Titre d’usage :joseph d’arimathie Nom de pays :France Origine :paris Siècle :14ème siècle Date :vers 1315-1335 Artiste : maître.de.thomas.de.maubeuge
  • 25. Français 16999, fol. 6v, Lancelot enlevé par Viviane Auteur/Titre :lancelot du lac Nom de pays :France Origine :paris Siècle :14ème siècle Date :2e quart
  • 26. Français 16999, fol. 28, Viviane, Bohort l’Essillié et Lionel
  • 27. Français 16999, fol. 30v, Lancelot et Viviane
  • 28. Français 16999, fol. 32, Viviane envoyant Lambegue et Leonce de Palerme à Gaunes

T.H. White – Le Livre de Merlin, posthume (The Book of Merlyn)

The Book of Merlyn - dessins de Trevor StubleyDans cet ouvrage posthume, le Roi Arthur est un vieil homme fatigué et découragé… Nous sommes à la veille de la dernière bataille du roi Arthur, au cours de laquelle il devra affronter Mordred, son fils incestueux.

C’est alors que Merlin apparaît. Il décide de terminer l’éducation d’Arthur en lui parlant de politique et même de philosophie. Afin de parfaire les connaissances d’Arthur, Merlin n’hésite pas à le transformer en divers animaux.T.H. White wrote The Book of Merlyn as the fifth and final book in his ...

Ce court roman de T.H. White est une sorte de conclusion à la série de  »The Once and Future King », consacrée à la légende arthurienne.

Ce cote n’est pas seulement une histoire qui se voudrait distrayante, il s’agit d’un texte ‘sérieux ‘ , et même sombre … T.H. White utilise The Book of Merlyn pour faire passer certaines de ses idées.

Urchin Illustration par Trevor Stubley, de TH White, «Le Livre de MerlynThe book of Merlyn, se situe pour l’essentiel dans l’antre d’un blaireau philosophe, ami de Merlin et d’un Arthur déprimé par l’évolution du monde. Il s’agit d’une mélancolique réflexion sur les risques et les responsabilités du pouvoir…

Les transformations d’Arthur, en effet, servent à expliquer au vieux roi les différences fondamentales entre les différents animaux et l’homme ainsi que la distinction entre le bien et le mal. Pour Merlin, l’homme est le plus cruel des animaux, tuant pour son plaisir et sacrifiant la vie de ses semblables sans aucun remords ; alors que les animaux ne tuent que pour se nourrir ou se défendre. Tout au long de l’histoire, Merlin semble avoir une bien piètre opinion de l’homme et de sa passion pour la guerre.TH White. Le Livre de Merlyn The night before Arthur's last battle. Illustrations par Trevor Stubley book of merlyn 3

Chez White, Merlin voyage à travers les siècles et il a donc connu de nombreuses guerres. The Book of Merlyn a été rédigé durant la Seconde Guerre mondiale (il fut proposé par White à son éditeur en 1941, mais la maison d’édition a refusé de le publier à cause de la pénurie de papier). Et cela se sent. Merlin semble très pessimiste quant à l’avenir de l’humanité. Un peu comme s’il était le reflet de l’écrivain qui lui a donné vie, lequel craignait ce conflit mondial.Merlin 10

Ainsi, le monde des fourmis et celui des oies (Arthur est changé en fourmi et en oie par Merlin) sont lugubres et inquiétants. La société des fourmis m’a semblé tout particulièrement désespérée. Les fourmis ne pensent plus par elles-mêmes et sont devenues des automates au service d’une cause qu’elles ne comprennent même pas.

The Book of Merlyn explore les recoins sombres de l’humanité. Certains passages du roman sont donc très philosophiques, mais toujours abordables et faciles à comprendre. Car White est aussi un excellent conteur et n’oublie pas le caractère « magique » de son personnage principal, Merlin. Ce dernier fait plus d’une fois preuve d’humour (je me rappelle particulièrement du début de l’histoire, où Merlin avale sa barbe), ce qui allège quelque peu ses réflexions sur l’être humain, qu’il décide de rebaptiser Homo ferox, homme cruel.

The Once And Future King TH White Cover

Tarot -18- La Lune

18- La Lune

18-luneLe Tarot de la Quête du Graal

Les arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs »

Avec l’Etoile, l’arcane la Lune symbolise le monde nocturne, la face sombre et irrationnelle des événements et également, au niveau de l’individu, l’inconscient tout comme la profondeur du sentiment, de la sensibilité. La nuit peut être un symbole de mort, par opposition au jour symbole de vie.

La Lune représente : intuitions, prémonitions, imagination créatrices, clairvoyance, dons ou qualités psychiques, douceur réceptive…

Cet arcane met en évidence tout le côté obscur et négatif de l’inconscient. Il cherche à nous débarrasser de nos impuretés. L’angoisse, la dépression, les manies destructrices, les obsessions, les inhibitions, tous les problèmes psychiques et mentaux sont révélés et La lune nous encourage à les éliminer.

A la clarté de la pleine lune, deux tours sombres se dressent. La Lune contient un enfant embryonnaire, lové comme dans la matrice. Un saumon solitaire saute pour remonter le courant.18 La Lune

Il y a toujours une période d’attente avant que le Pendragon ou le héros du Graal se manifeste au peuple. Dans le cas d’Arthur, il est emmené, loin de la demeure de ses parents, Igraine ( Ygerne) et Uther ( Uter), par Merlin, en un lieu où il recevra les instructions nécessaires à son futur état royal. Percevla est élevé dans l’isolement de la forêt, dans l’ignorance des armes et de la chevalerie, par sa mère. Galahad est élevé dans un monastère. Lancelot est élevé par la Dame du Lac, et il apprend les arts de la guerre ainsi que les manières courtoises d’un jeune homme noble. De même qu’un enfant dans le ventre de sa mère ne peut naître avant que le moment ne soit venu, ainsi, rien ne peut hâter ce processus de préparation nécessaire.18-dandrane

La venue d’Arthur et des champions du Graal fait partie de la longue tradition du Jeune Homme merveilleux destiné à réapparaître après une période de dévastation et de désespoir. Dans la tradition celtique, ce jeune homme est appelé Mabon, le fils de la déesse Modron. ( cf le Mabinogion, et ci-dessous …)

Culhwch doit trouver Mabon… Le plus vieux des animaux dans la tradition celtique : le saumon, va le conduire au lieu où Mabon est emprisonné… Et, Mabon va aider Culhwch à accomplir ses tâches…Perceval et une femme ( Dandrane)

La Lune représente la destinée intérieure de Celui ou Celle qui  »Viendra »…

Comme image de la destinée de Perceval, il y a un personnage  » Dandrane  » qui est la sœur de Perceval : seule femme à participer à la Quête du Graal, elle a une vision du Graal avant que celui-ci devienne l’objectif principal des chevaliers de la Table Ronde…( cf :  Perlesvaus ou Haut Livre du Graal  et La Quête du Saint Graal de 1230 )

– La Question du Graal : Qui – en vous – demande à advenir?

Sources : Le Tarot du Graal, et Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews

 

Mabon by LadyEru
Mabon by LadyEru

Mabon ap Modron (Mabon fils de Modron) est, dans la mythologie celtique galloise, le « fils divin » de Modron, la « mère divine », et de Gwynn ap Nudd. Dieu chasseur, il est l’équivalent du dieu gaulois Maponos et du dieu irlandais Oengus, membre des Tuatha Dé Danann. Il apparaît notamment dans le conte Kulhwch et Olwen.

Cei et Bedwyr s’y rendent sur le dos d’un saumon pour délivrer Mabon
Cei et Bedwyr s’y rendent sur le dos d’un saumon pour délivrer Mabon

Il est enlevé à sa mère trois jours après sa naissance et séquestré dans l’Annwvyn, l’Autre Monde des Gallois, jusqu’à ce qu’il soit délivré par Kulhwch et le roi Arthur. L’endroit où il est retenu prisonnier se nomme Caer Loyw, décrit comme une île sur la rivière (Kei et Bedwyr s’y rendent sur les « épaules » d’un saumon). Ce Caer Loyw est probablement Gloucester. Présenté comme un « homme primordial », c’est un médiateur entre les dieux et les hommes, son séjour dans l’Annwvyn lui a conféré la jeunesse perpétuelle.

Par la suite, il aide Kulhwch dans sa quête d’Olwen, dans la chasse au sanglier Twrch Trwyth : réputé meilleur veneur au monde, lui seul peut récupérer la chaîne du chien Kilydd Canhastyr. Puis il doit chevaucher la monture de Gweddw, le « Blanc à la Crinière Sombre » et voler le rasoir du sanglier (voir épreuves de Kulhwch). (Wiki)

BD – Erec et Enide

Cette BD est une adaptation en bande dessinée d’un roman du XIIème siècle, écrit par Chrétien de Troyes. Elle a pour cadre la cour du légendaire roi Arthur, que l’auteur OLIER a transposée ici dans l’environnement général du XIIème siècle.

BD - Erec et Enide, d'après le roman de Chrétien de Troyes

Cette série (sur plus de 80 planches) a paru mensuellement dans le magazine Arkéo Junior, publié par les éditions Faton. C’est un journal très bien fait qui fait découvrir l’archéologie aux enfants et aux adolescents.

BD Erec Et Enide Planche 5

 

La réalisation d’ « Erec et Enide » a demandé un gros travail de documentation pour tout ce qui se rapporte à la vie quotidienne au XIIème siècle.

Erec Et Enide Planche 8 Erec Et Enide Planche 7 Erec Et Enide Planche 11

Pour tout savoir sur le roman de Chrétien de Troyes :  » Erec et Enide  » suivez les liens ci-dessous :

LE ROMAN COURTOIS DE CHRÉTIEN DE TROYES -1/4- EREC ET ENIDE

Chrétien de Troyes (1165-1190), premier romancier de la langue française, a écrit cinq romans dont le dernier est inachevé. Les quatre premiers sont liés à la relation courtoise. Chrétien n’apprécie pas trop les histoires scabreuses ( comme Tristan et Yseult), l’adultère, et les ‘règles’ de l’amour courtois qui écornent le mariage… – Erec et Enide … Continuer la lecture de →

EREC ET ENIDE – CHRÉTIEN DE TROYES -1/2-

Erec et Enide, est le premier des cinq romans de Chrétien de Troyes qui nous soit parvenu. Il date de 1170… Le récit a été traduit et mis en prose en 1454. On considère traditionnellement dans ce récit, deux parties, sur le modèle de nombreux romans : La première partie raconte une conquête facile, où l’individu … Continuer la lecture de →

EREC ET ENIDE – CHRÉTIEN DE TROYES -2/2-

2- La seconde partie commence avec le mariage, qui apparaît ici comme un obstacle à la chevalerie. En effet, sitôt mariés, les deux jeunes gens s’abandonnent au bonheur individuel ; Énide n’est plus la « dame » à conquérir et à mériter, mais la « femme », l' »amie », l' »amante » déjà acquise ; Érec s’endort dans la « récréance », c’est-à-dire l’oubli … Continuer la lecture de →

La légende arthurienne sur Porcelaine

WEDGWOOD-LEGEND-OF-KING-ARTHUR-SERIES-1986

 

Le nom de Josiah Wedgwood, domine toute l’histoire de la céramique anglaise, il naquit à Burslem en 1730 d’une nombreuse famille de potiers.

Ici, le travail de Richard-Hook

Bradex The Legend of King Arthur The Knights of the Round Table plate Wedgwood collector plate from the Legend of King Arthur series
collectorplate_16 (Medium) Bradex The Legend of King Arthur The Wedding of Arthur and Guinevere plate
WEDGWOOD-LEGEND-OF-KING-ARTHUR-SERIES-1986- collectorplate_5 (Medium)

Thomas Minton créa sa propre fabrique en 1793, dans le Staffordshire : sa production conserve encore de nos jours un caractère de perfection.

Ici, un travail peint de  John Ablitt.

minton_perceval&galahdthevisionofthegrail (Medium)

minton_lancelotchampionofcamelot (Medium)

minton_merlin_the_great_enchanter (Medium)

*****

1987 Excalibur Arthur Draws the Sword
Vintage Wedgwood Plate Arthur Draws The Sword Certificate Of Authenticity oyal dalton king arthurs knights plate

MINTON ROYAL DOULTON PLATE ARTHURIAN LEGEND GUINEVERE THE