GUENIEVRE, et.. ses images

30

Gwenyfar, Guenhuvar, Gwenhwyvar, Guanhumara, Gwendolen, que de noms pour un personnage aux origines lointaines, celtes sans doute et les traces écrites en sont galloises, et dans Owen et Lunet (XIIème siècle) on parle de « vingt-quatre pucelles dont la moins belle était plus charmante que Gwenhwyvar femme d’Arthur ».

Triple GoddessGuenièvre épouse d’Arthur, fille de Leodagan, maîtresse de Lancelot. Arthur aurait eu trois épouses portant ce nom. (Triade 21, XIIème siècle)… Il ya aussi, la Fausse Guenièvre: une « batarde » de Leodagan qui essaie de se  faire passer pour Guenièvre le jour de ses noces (Estoire de Merlin)

La païenne Gwenyfar , a rencontré sa sainte qui la fera chrétienne… Ce sera la petite Geneviève de Nanterre, la sainte de l’aube chrétienne gauloise, désormais patronne de Paris (La Lutèce de l’époque des Huns). En effet, celle dont « l’histoire de ses amours avec Lancelot est l’objet de maints galants épisodes » (dictionnaire Larousse de 1930) verra son fol amour être transcendé puisqu’elle se retirera au couvent.

Guenièvre a tout pour être heureuse… Son Arthur est tout de même le Roi, il est noble, certainement cultivé pour son époque (éducation romaine?) probablement bel homme (on a le droit de l’imaginer..) et, de surcroît, il aime sans doute très fort sa Guenièvre, même si ce mariage était une alliance politique comme souvent (on ne manque pas d’exemples actuels) et même si pour le moment elle n’a pas donné d’héritier à la couronne (ce dont il n’est jamais question à ma connaissance dans les textes). En plus, il a fondé cette merveilleuse Table Ronde égalitaire qui est gage de concertation et désir de paix. Donc tout va bien!

Sir Lancelot and Guinevere
Sir Lancelot and Guinevere

Ce qui est nouveau avec Guenièvre, et ce XIIe siècle; c’est L’Amour avec un grand A … Cet  esprit de l’Amour courtois de Toulouse s’est répandu par des chemins divers dont celui de la cour d’Aliénor d’Aquitaine. Cet amour est né réciproquement dans un seul regard, c’est notre « coup de foudre » moderne. Pour Guenièvre, il s’agit d’un choix d’adulte (adultère..) entre un vrai homme et un vrai homme. Car Lancelot est quand même le Meilleur Chevalier du Monde…

Autre nouveauté, le respect de l’autre apparaît…

– Respect de Guenièvre envers Arthur (elle l’aime toujours à n’en pas douter).

– Respect de Lancelot pour Arthur (qui est et demeurera malgré tout son ami le plus cher).

– Respect d’Arthur envers sa femme et son ami malgré sa douleur et sa colère

– Respect aussi de l’entourage que l’ont ressent dans les textes pour ces trois personnes toutes « victimes » de cette passion amoureuse.

Même Morgane et son fils Mordred, jaloux d’Arthur et de son pouvoirn vont hésiter longtemps avant de prendre la décision de trahir les amants.

Le Roi Arthur lui-même aurait peut-être été prêt à s’incliner devant le tourbillon de cette passion qui le dépasse et dépasse les amants, ses hésitations à les punir le prouve, mais il a une responsabilité sociale (choix entre l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité comme dit le sociologue Max Weber).

Guenièvre a-t-elle conscience qu’en risquant de briser le double lien de Chevalerie et d’amitié entre Arthur et Lancelot elle risque aussi de provoquer l’effondrement du Royaume? Certainement. On la suppose intelligente et responsable Alors pourquoi céder aux avances de Lancelot? (car n’oublions pas que si les demandes viennent normalement de l’homme, Guenièvre est encore un peu une femme celte qui connaît la nuit de Beltain et donc décide aussi).

fortescue Brickdale - Guenièvre nonne, fait pénitence
Fortescue Brickdale – Guenièvre nonne, fait pénitence

On ne peut donc pas penser que c’est une « amourette » ou une « aventure » mais bien un amour vrai, réel, sincère. Elle est romantique avant l’heure…

D’autres amants du Moyen Age, Tristan et Yseult, vont devenir célèbres. Mais au moins Yseult aura une bonne excuse: le fameux Philtre qu’elle devait boire non pas avec Tristan mais avec son futur époux le Roi Marc. Hélas pour elle, la pauvre Guenièvre n’aura pas cette chance et elle semble malgré tout pleinement consciente de ce qu’elle fait. Certes il n’y a pas de philtre ou de magie quelconque (bien que Gwenyfar soit une des trois déesses celtiques avec Viviane et Morgane) mais il y a comme on dit la « magie » du regard par ou transparaissent l’amour et l’âme…

Guenièvre n’est plus dans le domaine féerique alors que les personnages qui l’entourent sont associés à des phénomènes « surnaturels » :

– Arthur a sorti l’épée Excalibur du Rocher,

– Lancelot a été élevé par Viviane, la Dame du Lac

– Morgane est magicienne et connaît les Herbes

– Et bien sûr, il y a Merlin à l’origine avec tout son héritage celtique.

Sources : Geneviève Esquenet

Aliénor d’Aquitaine et l’abbaye de Fontevraud -3/3-

Faisant son éloge posthume en 1204, les fontevristes lui ont rendu grâce de l’avoir, à ses frais, fait enclore d’un mur solide lequel remplaça les simples croix plantées de place en place à l’initiative du pape Calixte II venu autrefois visiter Fontevraud les 31 août et 1er septembre 1119 ; mais on peut se demander si la construction de ce mur d’enceinte ne vise pas à préserver, autant que l’isolement des religieuses, la sécurité de la reine.

Abbaye Fontevraud 1

Si le séjour d’Aliénor à Fontevraud n’a ainsi rien d’une retraite paisible et recueillie au terme de son existence agitée jusqu’à la fin, il est néanmoins certain que son attachement à l’Ordre prend désormais une nuance sentimentale qu’ont accentué les deuils cruels qui l’ont frappée en ses dernières années.

Graduel de Fontevraud conservé à la BFM de Limoges
Graduel de Fontevraud conservé à la BFM de Limoges

Ayant déjà perdu auparavant l’une des deux filles de son premier lit et quatre des huit enfants qu’elle avait donnés à Henri II, elle voit disparaître coup sur coup : en mars 1198 sa fille, la comtesse douairière de Champagne Marie, née de Louis VII, morte moniale du prieuré fontevriste de Fontaines-les-Nonnes; le 6 avril 1199 son fils, le roi Richard, et le 11 juillet suivant, décédée à Rouen lors d’une césarienne, sa fille Jeanne, veuve du roi de Sicile Guillaume II remariée depuis 1196 à l’immoral Raymond VI de Toulouse. Elle n’a peut-être pas été sans influencer le choix de Richard d’être inhumé dans l’abbatiale comme l’est, peu après lui, sa sœur Jeanne qui, en son testament, avait fait de très abondantes donations aux fontevristes dont elle avait pris l’habit in articulo mortis ». Fontevraud est ainsi devenu, pour la vieille reine, le lieu où elle veille sur ses morts qu’elle honore, y compris Henri II dont le gisant et celui de Richard, exécutés dès avant 1204, l’ont vraisemblablement été à son initiative. Mais ces défunts ne constituaient heureusement pas le seul entourage familial d’Aliénor dans l’enceinte de l’abbaye où avait pris le voile sa petite-fille, la future abbesse Alix (1210-1218), fille d’Alix de Blois (f 1180) née de son premier mariage avec Louis VII. En même temps, les moniales — parmi lesquelles se trouvent, outre Alix, deux anciennes demoiselles d’honneur de sa fille Jeanne — lui prodiguent une admiration sans réserve et une véritable affection.

Effigies at Fontevraud Abbey of English Kings Richard I, Henry II and Queen Eleanor
Effigies at Fontevraud Abbey of English Kings Richard I, Henry II and Queen Eleanor

Il est à supposer que, succédant à la commise, le 28 avril 1202, des possessions continentales de son dernier fils Jean sans Terre par Philippe Auguste, la nouvelle de la chute de Château Gaillard (6 mars 1204), qui permet au roi de France de s’emparer de la Normandie et d’inaugurer l’effondrement de la puissance angevine, contribue à hâter le trépas de la vieille Aliénor, peut-être aussi — qui le saura jamais? — honteuse de l’ignoble assassinat, le 3 mars 1203, de son jeune petit-fils et récent adversaire Arthur de Bretagne. Alors âgée d’au moins quatre-vingt-deux ans, elle rend l’âme le 31 mars ou le 1er avril 1204 à l’abbaye.

Avant de s’éteindre — ultimes preuves de sa prédilection pour Fontevraud tardivement devenue toute spéciale — elle a non seulement demandé à reposer dans l’église de l’abbaye mais pris le voile de l’Ordre en « quasi repoussant », quasi respuens, celui de tout autre si l’on en croit les moniales qui, dans leur obituaire, lui consacrèrent une longue notice rappelant ses principaux bienfaits envers elles.

Richard1 Tomb Fontevraud

Selon sa volonté, elle est inhumée dans l’abbatiale auprès de son second époux Henri Plantegenêt, de son fils Richard Cœur-de-Lion et de sa fille Jeanne. Malgré sa profession religieuse intervenue in extremis, son gisant — exécuté dès avant 1210 au plus tard » — la représente en reine, couronne en tête. On l’y voit les yeux clos mais tenant un livre ouvert et légèrement incliné comme si elle songe après sa lecture, livre qui, nonobstant ce qu’avaient été ses goûts terrestres de « reine des troubadours », n’est probablement pas un recueil de poésies courtoises. S’il s’agit d’un psautier, on se laissera aller à imaginer qu’apaisée, après son existence si mouvementée, la femme surprenante et exceptionnelle que fut Aliénor médite pour l’Éternité le septième verset du psaume LXXI alias LXX : Tamquam prodigium fadas sum mullis qu’on peut traduire par : « J’ai été un sujet d’étonnement pour beaucoup ».

Sources : Jean-Marc Bienvenu Faculté des Lettres et Sciences Humaines Université de Haute-Normandie. Et, Régine Pernoud.

Tarot -13- La Mort – La Lavandière du Gué.

Le Tarot de la Quête du Graal

Les arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs »

13-mortCette carte n’est pas synonyme de mort sur le plan physique mais de la fin d’un cycle, de la mort d’une situation pour aller vers autre chose.

La renaissance : c’est le passage de la transformation, du renouveau, c’est la transition vers une partie forte de ce que nous devons devenir et être.

Bien sûr aussi, La mort est l’Arcane de toutes les peurs! Peur de perdre quelqu’un, ou peur de se perdre…

C’est l’Arcane du deuil à faire, mourir aux habitudes, prendre le risque d’aller oser voir ce qui se cache derrière la souffrance …

13 La La vandière du guéDans le Tarot Arthurien, la Mort apparaît avec La lavandière du Gué : A un gué, le soir, la Lavandière lave une étoffe sanglante. Un corbeau est perché sur une borne, et au loin des chiens hurlent à une lune gibbeuse…

La lavandière est l’une des figures les plus anciennes de la mort dans la tradition celtique. Ceux qui la voient laver son étoffe sanglante sont d’ordinaire des guerriers qui perçoivent dans ce présage leur mort prochaine au combat.

the morrigan symbol Macha by JohnMcCambridge King Somhairle rides out to battle, ...

La Lavandière du gué est l’un des aspects de Morgane, qui hérite des mythes attachés à la Morrighan. Geoffrey de Monmouth la décrit comme ‘Morgen’, une déesse qui reçoit Arthur dans son royaume insulaire d’Avalon, pour le guérir de ses blessures. The Bean Nighe, the Washer at the Fords, is the Scottish version of theDes textes tardifs font de Morgane une mortelle, mais puissante enchanteresse, qui s’applique à mener Arthur à sa ruine ; ce développement montre une fusion de traditions anciennes et produit un personnage qui coïncide ne fait avec la Morrhigane du mythe irlandais.

Cette Lavandière est aussi la Femme de la Connaissance Obscure de la tradition, parce qu’elle est une instructrice qui nous initie à la connaissance de nous-mêmes…. Elle défie et invite tous ceux qui l’approchent à changer…

– La Question du Graal : De quoi : dois-je, et vais-je ‘mourir’ ?

Sources : Le Tarot du Graal, et Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews

Tout sur le Roi Arthur

Beaucoup d’articles, sur ce site,  traite du personnage  » Le Roi Arthur », – en voici une sélection:

L’histoire du mythe du Roi Arthur -1/4 –  Jean de Wavrin (v. 1398-v. 1474), Chroniques d’Angleterre Geoffroi de Monmouth écrivant ; Présentation du livre – Jean de Wavrin…

L’histoire du mythe du Roi Arthur – 2/4 – Perceval, ou le Conte du Graal Chrétien De Troyes (1135-1185)  fréquente les cours de Marie de Champagne, Philippe d’Alsace et…

L’histoire du mythe du Roi Arthur – 3/4 –  Le Codex Manesse ,( ou Große Heidelberger Liederhandschrift )  est un recueil de chants médiévaux compilés et illustrés vers 1310. Il contient, sur plus de…

L’histoire du mythe du Roi Arthur – 4/4 – En 1230, un roman anonyme La Mort le roi Artu, rajoute un élément qui deviendra par la suite emblématique de la…

Qu’est devenu le roi Arthur ?  On peut remarquer, que à l’image de Parzival de Wolfram von Eschenbach (1170 en Bavière – 1220), de très nombreux récits…

On a retrouvé la tombe du Roi Arthur. En cette année 1191, l’Histoire rencontre la légende: Giraud de Barri (chapelain du roi Henri II) , De principis instructione, vers 1193…

Du Roi Arthur aux rois Plantagenêt -1/3-  De la légende à l’Histoire Maître Wace, chanoine de Bayeux, avait dédié à la reine Aliénor, le Roman de Brut…

Du Roi Arthur aux rois Plantagenêt -2/3-  Aliénor et Henri II Henri n’a pas vingt ans au début de son mariage, avec Aliénor, en 1152 ; elle a…

Le roi Arthur a t-il existé?  Le roi Arthur ( Vème siècle …) est généralement associé au Moyen-âge du XIIe, celui des chevaliers en armure étincelante…

La Légende du Roi Arthur selon Thomas Malory, manuscrit de 1469 Cette page ouvre le troisième livre. Il commence, « In the begynnyng of Arthure, after he was chosen kynge by adventure and…

Sur la route du Roi Arthur – 1/3 – En Cornouailles, à l’Ouest de la Grande Bretagne, sur la côte nord de cette péninsule, se visite les ruines du…

Sur la route du Roi Arthur – 2/3 – A Wilhelmsburg, se trouve les plus anciennes peintures murales ( ci-dessous ) profanes au nord des Alpes (1225/30) relatant un…

Aliénor d’Aquitaine et l’abbaye de Fontevraud -2/3-

A voir ci-dessous: L’abbaye de Fontevraud sert de décor à l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine
Musique : « Ask The Mountains » de Vangelis (Google Play • iTunes)

frise épée sword fond blanc 600

Alienor d'AquitaineAliénor ne reprend sa place à la cour que pour la Noël de l’an 1184. Entre temps, son fils aîné Henri, le jeune futur roi, est mort ; morte aussi la belle Rosemonde dont la présence a consommé l’éloignement d’Henri et Aliénor. Une sorte de trêve de Noël voit donc Aliénor reparaître auprès de son époux, qui pour la circonstance lui fait don d’une très belle robe d’écarlate…

Aussitôt libérée temporairement par Henri II, du début de 1185 au printemps 1186, elle se met à faire preuve envers l’Ordre d’une générosité telle qu’elle n’en a jamais manifestée auparavant.

Henri II Plantagenet
Henri II Plantagenet

Dès le 25 janvier 1185, alors qu’elle n’a pas même encore quitté l’Angleterre, c’est avec son accord — évidemment doublé de celui du roi — que, depuis Chinon, son fils Richard dote les moniales d’une rente annuelle de mille sous, versée moitié à Noël, moitié à la Saint-Jean (24 juin), sur la prévôté de Poitiers. Peu après, à peine revenue sur le continent et se trouvant à Alençon, elle leur accorda elle-même, « pour le salut de son âme et de celle des siens », une autre rente d’un montant double, à savoir cent livres à la Saint-Martin d’hiver (11 novembre) dont cinquante sur le vinage de Benon et de Marcilly, en Aunis, et autant sur les revenus de la prévôté de Poitiers, plus précisément ceux du minage comme nous l’apprennent des chartes confirmatives d’Henri II et de Richard. D’autre part et surtout, en cette même année 1185 ou au début de 1186 — avant que son mari ne l’exile à nouveau Outre-Manche d’où elle ne revient qu’au début de 1190, après son veuvage —, elle fonde et dote, avec l’assentiment du roi et de ses fils Richard, Geoffroi et Jean, le prieuré fontevriste de Sainte-Catherine de La Rochelle…

Glenn Close and Patrick Stewart in The Lion in Winter (2003)
Glenn Close and Patrick Stewart in ‘ The Lion in Winter ‘ (2003)

Selon toutes apparences, Henri II n’a momentanément libérée, Aliénor, que pour se servir d’elle comme d’un vulgaire instrument de chantage pour faire céder Richard qui, aîné de ses trois seuls fils survivants depuis la mort d’Henri le Jeune, est en révolte et à la veille de se voir retirer le duché d’Aquitaine. Manœuvrée mais non dupe pour autant, Aliénor, réalise l’intérêt pour elle-même et, plus encore, pour son cher fils Richard qu’elle associe à ses dons, de s’attacher le puissant institut qui, soumis à l’emprise — acceptée car profitable — de son mari et récent geôlier, est largement implanté en Aquitaine et dans tout l’« Empire angevin ».

Ainsi, en ces années 1185/86, c’est paradoxalement par le biais de leurs affrontements que l’époux et l’épouse devenus ennemis se sont finalement rejoints en une commune sollicitude envers Fontevraud. Renvoyée Outre-Manche au printemps 1186, Aliénor n’en revient qu’au début de 1190, après son veuvage. Henri II a fait le choix d’être inhumé dans l’abbatiale, inhumation effectuée dès le lendemain de son lamentable décès survenu à Chinon le 6 juillet 1189. Alors qu’en une notice nécrologique dithyrambique la mémoire du roi défunt est exaltée par les fontevristes, sa réaliste veuve, maintenant reine-mère, prend résolument son relais en ne cessant plus d’être, désormais, leur éminente bienfaitrice. À l’heure où la menace capétienne sur l’« Empire angevin » se précise de plus en plus, Aliénor est en effet pleinement convaincue, à présent, de la nécessité de bénéficier des prières et, davantage encore, de la fidélité de Fontevraud dont l’abbaye-mère s’éleve au contact des deux moitiés, citra et ultra-ligériennes, des possessions continentales des Plantegenêt.

Médaille Aliénor
Médaille Aliénor

En 1192 ou 1193, Aliénor confirme la cession aux fontevristes du prieuré anglais d’Ambresbury, par l’une de ses demoiselles d’honneur, Amicia Pautos, de la moitié de la terre de Winterslawe, en Wiltshire, qu’elle lui avait donnée en reconnaissance de ses services. Mais elle leur fait sans doute une autre faveur bien plus notable : ayant, pendant la captivité du roi Richard, sollicité divers monastères, tel Saint-Martial de Limoges, pour rassembler sa lourde rançon de cent mille marcs d’argent, elle semble bien avoir dispensé les religieuses de Fontevraud de toute contribution ; celles-ci ne font en tout cas aucune allusion à un effort financier alors exigé d’elles quand, en 1199, elles évoquent les malheurs de Richard dans son éloge posthume et elles se bornent à y rappeler que, du fond de sa prison, le captif avait imploré leurs prières.

Alienor d'Aquitaine
Alienor d’Aquitaine

C’est à partir de la fin mai 1194 et pendant les dix dernières années de sa vie qu’à la suite d’une importante décision personnelle d’Aliénor ses liens avec Fontevraud se resserrent, plus que jamais auparavant. À cette date de 1194 en effet, une fois Richard libéré réintronisé en Angleterre et réconcilié devant elle, à Lisieux, avec son frère-ennemi Jean, elle choisit, sa tâche ayant pu lui apparaître, pour l’heure, accomplie, de se retirer à l’abbaye. Toutefois, elle se garde bien d’en prendre l’habit aussitôt. Elle s’y installe avec une petite cour comportant notamment des clercs et chapelains privés et des domestiques personnels tel ce cuisinier auquel elle fait don d’une terre. Elle est loin, aussi, d’y vivre en recluse et, dans une conjoncture bientôt redevenue préoccupante, elle ne cesse d’agir, âme, comme chacun sait, de l’ultime résistance des Plantegenêt face au Capétien.

A la veille de sa mort, en 1199, Aliénor octroie à Poitiers la première charte des communes
A la veille de sa mort, en 1199, Aliénor octroie à Poitiers la première charte des communes

Elle quitte fréquemment son asile et non pas seulement pour les environs immédiats, Saumur, Bourgueil ou Chinon; en avril 1199, elle accourt en Limousin pour recueillir le dernier soupir de Richard mortellement blessé devant Châlus ; après quoi, jusqu’à l’été, en vue d’assurer le pouvoir de son dernier fils Jean sans Terre, elle chevauche avec les routiers de Mercadier contre les Angevins qui, s’opposant à Jean, ont choisi pour comte son petit-fils Arthur de Bretagne, puis parcourt le Poitou et toute l’Aquitaine avant de gagner, en juillet, Tours — où elle prête hommage à Philippe Auguste — et Rouen ; elle repart peu après pour la Gascogne ; de janvier à avril 1200, elle va, quitte à en revenir épuisée, chercher en Castille sa petite-fille l’infante Blanche qui, promise à Louis de France, futur Louis VIII, sera la mère de saint Louis. A l’été 1202 encore, bien qu’à présent octogénaire, elle prend, depuis Fontevraud, la tête d’une chevauchée contre son petit-fils Arthur, allié du roi de France, et, assiégée dans Mirebeau, n’est délivrée extremis que par son fils Jean qui s’empare du dit Arthur. Au fond, bien plutôt que lieu de retraite, l’abbaye, située dans une position stratégique, est pour elle, presque jusqu’à son dernier souffle, une commode base d’opérations.

Ivanhoé de Walter Scott -2/2-

Rébecca enlevée par le Templier pendant le sac du château de Frondeboeuf (Walter Scott, Ivanhoé) par Delacroix Eugène (1798-1863)

L’Enlèvement de Rébecca par le templier de Bois-Guilbert, épisode du roman de W. Scott Ivanhoé,  peint par Delacroix (Louvre).

Ivanhoé de Walter Scott -  Ill Henri Coninx 1953L’influence de Walter Scott a été grande sur les écrivains du XIX siècle et sur le romantisme français. De nombreux écrivains à  son imitation vont écrire des romans historiques y compris les plus grands Victor Hugo, Stendhal, Balzac, Alexandre Dumas, Prosper Mérimée …

Une Couverture de la Série IvanhoéPour la première fois avec Ivanhoe (1819) un roman historique mettait l’Histoire au premier plan  par rapport à l’histoire personnelle des personnages. En effet, Walter Scott, le premier, utilise l’Histoire non comme un décor ou un arrière-fond exotique. Les personnages sont inscrits dans leur époque et  représente des types sociaux.

Ivanhoé de Walter ScottDans Ivanhoé, l’Histoire devient compréhensible par tout un chacun : l’époque féodale est simplifiée, les mécanismes sont mis à nu, les conflits sont transparents et se cristallisent autour d’un personnage central. On a pu reprocher à Scott des sources peu solides : par exemple, l’hostilité entre Saxons et Normands à la fin du XIIe siècle n’est pas historiquement attestée. ivanhoe 4Mais l’auteur prévient qu’il ne cherche qu’à donner une couleur de l’époque : s’attachant à ce que rien ne nuise à la vraisemblance historique, il se réserve une liberté dans le choix des détails.

L’accueil critique est excellent… Traduit en de nombreuses langues, le livre lance la vogue de Scott dans toute l’Europe et impose le roman historique comme un phénomène international.

 ivanhoe 2  Scene from The Tale of Ivanhoe. Cedric's son had been sent away because he had fallen in love with Rowena
A l’époque de Richard Ier, les Saxons n’ont pas pardonné aux normands de les avoir vaincu … Mais Cédric le Saxon est très accueillant, et même les chevaliers normands sont invités à sa table, à laquelle la belle figure de sa pupille, la Dame Rowena, a toujours une place d’honneur. Cédric, ici, conduit Rowena dans la salle de banquet « . – Arthur Mee et Holland Thompson, 1912 Cédric chasse son fils parce qu’il est tombé amoureux de Rowena, que Cédric a promis à quelqu’un d’autre. Un jour, un pèlerin vient à la table de Cedric …
 ivanhoe Scene from The Tale of Ivanhoe. The pilgrim was Cedric's own son in disguise  Scene from The Tale of Ivanhoe. The Lady Rowena had to award the wreath of victory to the knight of Ivanhoe
Le pèlerin est le propre fils de Cedric, … Incognito, il va ensuite se battre lors d’un tournoi et le chevalier normand sera renversé par Ivanhoé Lady Rowena est chargée de remettre la couronne de la victoire au chevalier vainqueur, qui n’est autre qu’Ivanhoé : le propre fils de Cédric et son amoureux. Le héros aura bien d’autres aventures avant d’épouser Rowena…

Ivanhoe_film

A noter que le siège du château de Châlus en Limousin, où est mort en 1199 Richard Coeur de Lion, a fourni à Walter Scott le canevas du siège du château de Front-de-Boeuf.

Cette trame romanesque fut de très nombreuses fois portée à l’écran dès 1913.

La plus célèbre est un film de 1952 avec Robert Taylor et Elizabeth Taylor.

Royaume Uni – 1958 – 1960 – La quête épique et romanesque d’un jeune chevalier, fidèle à son roi, pour reconquérir son honneur, son rang, le cœur de sa belle, et libérer son pays de l’oppression exercée sur le peuple par un prince félon.

Julia Margaret Cameron – King Arthur

Julia Margaret Cameron  (11 juin 1815 à Calcutta – 26 janvier 1879 à Ceylan), est issue de la grande bourgeoisie, avec même du sang aristocrate français. Née en Inde, elle a vécu en France, Angleterre et à Ceylan (actuel Sri Lanka). Elle rentre sur Londres en 1848 à la retraite de son mari, de 20 ans son ainé. Sa carrière photographique est courte, environ 12 ans, mais lorsqu’elle s’installe en 1860 sur l’île de Wight, elle dispose déjà de tous les atouts nécessaires à une carrière artistique.

C’est à l’âge de 48 ans que Julia Margaret Cameron se met à la photographie, en 1863.

Julia Margaret Cameron's Sir Galahad and the Nun
Julia Margaret Cameron’s Sir Galahad and the Nun

Julia Margaret Cameron The Parting of Sir Lancelot and Queen Guinevere

Avec des cadrages audacieux et parfois très serrés, la portraitiste anglaise photographie sa famille, ses voisins sur l’île de Wight et des grands noms de l’époque victorienne, comme l’astronome John Herschel ou le biologiste Charles Darwin. Elle se moque du rendu du détail et préfère le flou artistique, particulièrement dû à la faible profondeur de champ et aux longs temps de pose qui oscillent entre trois et sept minutes.

Les images de Cameron, empruntes de mysticisme et de sensualité, sont influencées par l’esthétique du mouvement britannique des préraphaélites (admirateurs de la pureté artistique des primitifs italiens). Elle met ainsi en scène des épisodes historiques et des allégories, avec l’illustration du livre des poèmes de Tennyson, « The Idylls of the King« , en 1875, où elle réalise plus de deux cents images pour les douze illustrations finales.Julia Margaret Cameron- Alfred Tennyson

En 1879, Cameron laisse derrière elle une oeuvre profondément sensible et avant-gardiste, qui influencera le mouvement pictorialiste, dont les amateurs essaieront eux aussi de hisser la photographie au rang des beaux-arts

Sources: http://www.photo.rmn.fr/

Ivanhoé de Walter Scott -1/2-

Ivanhoé est un héros imaginaire du roman de Walter Scott (1771-1832), qui est publié en 1819.
Avec Ivanhoé l’écrivain fait revivre l’Angleterre au temps de Richard Ier coeur de Lion.  Il s’appuie sur une éventuelle haine qui existerait entre les Saxons et les Normands, inextinguible depuis le bataille d’Hastings (1066) qui donna la victoire à Guillaume d’Orange.

Ivanhoé revient chez lui, déguisé en pèlerin...
Ivanhoé revient chez lui, déguisé en pèlerin…

Wilfred, fils d’un noble saxon Cédric de Rotherwood, est épris de la pupille de son père, Lady Rowena de Hargottstandstede, qui descend du roi Alfred. Mais Cédric, qui est un ferme partisan du retour sur le trône d’Angleterre de la lignée saxonne, pense arriver à ses fins en donnant en mariage Lady Rowena à Athelstane de Coningsburgh, un saxon de sang royal.
Fort irrité par l’amour des deux jeunes gens, il exile son fils. Ivanhoé part alors pour la croisade avec Richard cœur de Lion dont il gagne vite l’estime et l’affection. Le roi lui accorde le manoir d’Ivanhoé en fief, alors que Wilfrid est renié et déshérité par son père, pour s’être mis au service de Richard Cœur de Lion..
Richard est fait prisonnier en Autriche (1192) et l’empereur Henri VI demande une riche rançon pour libérer son illustre prisonnier. Mais le frère de Richard, Jean sans Terre, ne veut pas payer la rançon et cherche à usurper le pouvoir.
L’histoire commence en 1194. Ivanhoe rentré en Angleterre, va tout mettre en oeuvre pour faire revenir Richard et lutter contre les normands qui abusent de leurs pouvoirs. Il demande un soutien financier à Isaac, le juif et fait connaissance de la brune Rebecca, sa fille, qui est aussi guérisseuse et qui tombe amoureuse de lui. Mais Ivanhoe est fiancé à la blonde Rowena, pupille de son père, qui l’aime en retour…

The-Queen-of-the-Tournament    Ivanhoe    by Frank-William-Warwick-Topham
The-Queen-of-the-Tournament Ivanhoe by Frank-William-Warwick-Topham

Parmi quelques brillants épisodes, il faut noter le grand tournoi d’Ashby-de-la-Zouche, Ivanhoé suivi de Richard, qui est revenu de la Croisade en grand secret, écrase tous les chevaliers du prince Jean et, parmi eux le farouche templier Sir Briand de Bois Guilbert et Sir Reginald Front de bœuf (auquel le prince Jean a donné le fief d’Ivanhoé).ivanhoe
Lors de l’assaut du château de Torquilstone où Ivanhoé est blessé, Cédric, Rowena, Athelstane, Isaac de York et sa courageuse fille Rébecca sont emprisonnés par les nobles normands. Mais après une bataille acharnée le château est pris d’assaut par une bande de brigands et de Saxons commandés par le légendaire Robin de Locksley et le roi Richard.
Le château sera du reste incendié par une saxonne, Ulrich, qui est la maîtresse de l’assassin de son père et qui s’est vengée en semant la discorde parmi les Normands. Les prisonniers sont délivrés. Bois-Guilbert qui s’est épris de Rébecca l’emmène avec lui à Templestowe.

IVANHOE - Arrestation de Rebecca
IVANHOE – Arrestation de Rebecca

Comme la jeune fille repousse les avances du templier, ce dernier la fait accuser de sorcellerie. Par chance, elle sera alors délivrée par Ivanhoé, qui affronte en duel Bois-Guilbert. Ivanhoé épouse finalement Lady Rowena.
Faute de mieux, Rébecca quitte l’Angleterre avec son père.

Parmi les personnages secondaires, on remarquera Robin Hood, frère Tuck le moine soldat, le bouffon Wamba et Isaac, père de Rebecca.

La beauté de la femme, au Moyen-âge – 3 – La sorcière

SorciereSi la jeune femme est une tentatrice, la vieille sale et répugnante incarne la sorcière et le visage de la mort. Avec la ménopause, elle ne peut plus évacuer les humeurs dangereuses que produit le corps, elle les garde en elle et devient aussi nocive que le poison le plus violent.

balai_sorcièreLongtemps, les autorités ecclésiastiques se sont montrées réticentes face à ce qu’elles considèrent comme des superstitions… Un guide de visites épiscopales, rédigé à la demande de l’archevêque de Trêves en 906, dénonce les  »vieilles croyances » en particulier, les chevauchées nocturnes des femmes … L’archevêque l’assure fermement : croire en de telles illusions, c’est se laisser tromper par Satan…

Cependant, sous l’influences des ‘hérésies’ et de l’apparition des ordres mendiants.. la sorcellerie devient une arme politique utilisée par les puissants…Sorcière

La bulle Super illius specula du pape Jean XXII marque un tournant en 1326… Elle est désormais non plus considérée comme une superstition, mais comme une hérésie, une hérésie satanique. Sa répression est confiée à l’inquisition…

 » Le marteau des sorcières  » écrit par des dominicains en 1486 est un véritable cri de haine contre les femmes.

Sources : La vie des femmes au Moyen-âge par Sophie Cassagne.

Iconographie sur Mélusine

frise épée sword fond blanc 600

frise épée sword fond blanc 600
Mélusine
La légende de la fée Mélusine remonte au 14ème siècle. Melusine signifie merveille ou brouillard de la mer.
Une histoire moyenâgeuse met en scène un seigneur qui en se promenant le long d’une rivière fait la rencontre d’une belle jeune femme, en tombe follement amoureux et lui demande de l’épouser sur le champ. La dame accepte à une seule condition, qu’il ne cherche jamais à la voir nue. D’autres légendes disent que l’interdiction portait sur la fait qu’il ne pouvait la voir le samedi. Quoi qu’il en soit, bien que fort triste de cet interdit, le Seigneur consent et les mois, les années passent ainsi, sans qu’il ne déroge à sa promesse.
Mélusine donne huit fils à son époux. Mais le roi se sent frustré de ne pas pouvoir contempler le corps entier de celle qu’il aime. IL pense devenir complètement fou d’autant que certains lui affirment que son épouse a un amant. Un jour, n’y tenant plus, il décide de la regarder en secret, pendant qu’elle prend son bain. Il la découvre alors, magnifique, peignant sa longue chevelure mais aperçoit avec stupeur, qu’en guise de jambes, elle arbore une énorme queue de serpent ! Surprise dans sa baignoire, Mélusine se métamorphose en reptile ailé et s’envole par la fenêtre.
Melusine détail 3
Mélusine fait partie des personnages fabuleux des romans de chevalerie. Elle est l’aïeule légendaire de la maison de Lusignan. Toutes les fois que la mort menace un descendant de cette maison, Mélusine, en deuil, fait son apparition sur la grande tour du château. La Fée Mélusine est représentée sur les armoiries de deux grandes maison du Poitou et et du Dauphiné.

Raymond walks in on his wife, Melusine, in her bath, finding she has the lower body of a serpent. Jean d'Arras, Le livre de Mélusine, 1478
Raymond walks in on his wife, Melusine, in her bath, finding she has the lower body of a serpent. Jean d’Arras, Le livre de Mélusine, 1478

Le Roman de Melusine (fee serpent) de Jean d'Arras (1392-1394), gravure d'apres une enluminure de 1491  --- Le Roman de Melusine by Jean d'Arras (1392-1394), engraving after 1491 illumination
Le Roman de Melusine (fee serpent) de Jean d’Arras (1392-1394), gravure d’apres une enluminure de 1491 — Le Roman de Melusine by Jean d’Arras (1392-1394), engraving after 1491 illumination
melusine 11 Mélusine en son bain, épiée par son époux Raimondin 1060-660

Julius Hubner -Melusine-
Julius Hubner -Melusine-

melusine 2012
Mélusine -2012-

frise épée sword fond blanc 600

La légende de mélusine, racontée…. Elodie Fondacci
Musique: Mendelssohn, conte de la belle mélusine
Réalisation Sylvain richard. ( Radio-Classique)