Tarot -10- La Roue de fortune , La Table Ronde.

Le Tarot de la Quête du Graal

Les arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs »

10-roue-fortuneCet arcane exprime la fatalité, soit : des circonstances face auxquelles l’on ne peut que s’adapter en agissant en fonction de ce qui arrive. Pas d’autre choix possible face à cet arcane que de laisser faire et s’adapter, ou de lutter contre les événements qui se présentent et d’en souffrir.

fortuna1_Hortus_Deliciarum
Enluminure de l’Hortus Deliciarum (XIIe s). Fortune sur un trône, à gauche de la roue qu’elle actionne. Jupiter siège sur la roue. Il porte ici la même couronne impériale que Fortune et un trésor sur les genoux. Il brandit deux récipients contenant les biens et les maux.

La Roue de la fortune fait partie des thèmes les plus largement utilisés par la littérature et la philosophie médiévale. Elle représente essentiellement la mutabilité de la vie, le caractère éphémère du règne humain sous la loi divine des cieux. Les rois peuvent arriver aux sommets et pourtant tomber en un clin d’œil.

Dans la tradition arthurienne, Gauvain – l’un des premiers chevaliers en quête du Graal – rencontre (la déesse) Fortune dans grand-château ; mi-noire, mi-blanche, Fortuna se tient au sommet de la roue, changeant sans cesse à mesure du mouvement de celle-ci. Sa mutabilité est encore plus manifeste quand elle apparaît en alternance belle et hideuse. Toutefois, quand Gauvain est en sa présence, Fortuna reste belle, montrant au Chercheur de Graal son rayonnement intérieur…

10 La Table RondeLa Table Ronde, représente la stabilité des lois éternelles qui se manifestent à chaque époque et chaque cycle ; pour la perception terrestre, ces lois semblent modifiables et incertaines, mais elles suivent certains modèles cosmiques. Ceux qui sont assis à la Table Ronde sont assujettis à ces lois et s’adaptent continuellement à leur manifestation.

A La Table Ronde, les chevaliers s’assoient, pour raconter leurs exploits et réguler les lois du Pays, par leur vigilance et leur action personnelles.

– La Question du Graal : Assis à La Table, je m’interroge, je relis les événements… Quelle  »Fortune » m’attend ?

Sources : Le Tarot du Graal, et Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews

Les amazones sarrasines des Croisades -3/4-

CROISADE - Jean Dufaux & Philippe Xavier Final
CROISADE – Jean Dufaux & Philippe Xavier Final

Après quoi — nous sommes au chant VI — nous assistons à un nouveau duel, un duel à mort, un combat singulier entre le bouillant Tancrède et le redoutable Argant, un des supporters de Soliman, un des ‘suppôts du Diable’ … A tour de rôle, ils se donnent de grands coups de lance. Puis ils abandonnent leurs chevaux, et les voici tous deux à pied, luttant avec l’épée ; si l’épée de l’un se casse, c’est à la lutte qu’ils vont s’achever. La nuit seule arrête le débat sanglant, et sauve Tancrède, couvert de blessures. Il y a une certaine grandeur, dans ce choc de deux bravoures, d’où une réelle sauvagerie n’est pas exclue. Les deux armées, durant ce temps, ont suspendu leur querelle pour assister à cette épreuve. Et l’on sent que chacun y prend un plaisir sans mélange, mêlé d’une émotion farouche. Mais une spectatrice, du haut des remparts de la Ville, en a suivi également toutes les phases : c’est Herminie, dont on se rappelle qu’elle éprouve pour Tancrède un amour passionné. Elle ne peut résister à le voir blessé si gravement.

CROISADE - Jean Dufaux & Philippe Xavier Final
CROISADE – Jean Dufaux & Philippe Xavier Final

Bravant toute raison, elle va sortir de Jérusalem pour venir soigner dans la plaine celui dont elle craint qu’il n’agonise. Pour ne pas être reconnue, elle dérobe l’armure de sa compagne Clorinde. Mais comme Tancrède, de son côté, soupire pour Clorinde, lorsqu’il va voir venir une femme sous cette armure, il croira que c’est Clorinde elle-même, et non Herminie, qui vient panser ses plaies.

CROISADE - Jean Dufaux & Philippe Xavier

Vous suivez… ? ?

Ce n’est pas tout, car Tancrède, quand Herminie sera partie, voudra la poursuivre. Il va mieux, mais il s’imagine toujours que c’est Clorinde qui est venue à son secours. Or, en la recherchant, il s’égare, et va être fait prisonnier par Armide, près du château de laquelle il est arrivé sans le savoir. Ainsi ces trois femmes, Herminie, Clorinde, Armide, tendent successivement leurs pièges aux Croisés, mais dans une certaine mesure, vont devenir elle-mêmes victimes de leurs ruses, puisque l’amour aussi pénétrera leur coeur.

Raymond de Toulouse affronte Argant en duel détail 2
Raymond de Toulouse affronte Argant en duel détail 2

Cependant, le combat entre Argant et Tancrède devait reprendre. Et Tancrède, toujours prisonnier d’Armide, ne va pas pouvoir être présent au rendez- vous pris la veille. Alors, pour sauver l’honneur, il faut que quelqu’un le remplace. Ce sera Raymond de Toulouse, qui s’offre à ce sacrifice, et presque à cet holocauste : car Raymond est âgé, et ses forces ont déjà décliné.

Aussi, cette fois, les deux armées ne peuvent assister impassibles à cette lutte inégale, et le tournoi dégénère en mêlée générale.

Ce serait un jour fatal pour les Arabes, si Satan qui, du fond des Enfers, suit les événements et veille sur les mécréants, ne suscitait brusquement un orage d’une violence inouïe, qui arrête la bataille et sauve de la défaite les troupes d’Aladin.

L’ADIEU DU GUERRIER À LA COURTISANE LÉON HERBO (1850-1907)
L’ADIEU DU GUERRIER À LA COURTISANE LÉON HERBO (1850-1907)

Herminie, de son côté, erre dans les forêts voisines, ayant perdu la trace de celui qu’elle cherchait. Recueillie par des bergers, elle en fait les confidents de ses peines. « Un torrent de larmes inonde ses joues .»

Sans le secours divin, le malheureux Raymond ne pourrait résister longtemps à cet adversaire implacable. Mais l’Éternel charge son ange gardien de sauver ce pieux vieillard. Et l’ange gardien va lui chercher un bouclier qui le rendra invulnérable.

Il va chercher ce bouclier« dans l’arsenal où reposent les armes de la céleste milice »…

Cependant, Satan ne se tient pas pour battu. Il cherche un nouveau subterfuge pour avoir raison de Godefroy, et le trouve en la personne d’un certain Argillon, chargé par lui d’aller semer la discorde chez les ennemis de Mahomet. Cet Argillon accuse Bouillon d’avoir fait tuer Renaud ; lequel, on le sait, a disparu sans laisser de traces, pour éviter les sanctions méritées par lui lorsqu’il eut tué un des Chefs de l’expédition. Bouillon, naturellement, se défend, mais de l’obliger à se défendre, cela déjà entame un peu son autorité sur ses troupes. Le chapitre VIII s’ouvre par l’annonce du retour de « l’Aurore au front de rosé, aux pieds d’or ».

Soliman, de son côté, songe que le temps est venu peut-être de frapper un grand coup. Et, sans attendre l’aide que doit lui apporter bientôt l’armée d’Egypte, il décide de tenter une sortie et de passer à l’attaque du camp adverse. Pour cela, il faut surprendre les bataillons endormis et profiter de la nuit qui cache les mouvements de troupes. Là encore, de hardis faits d’armes vont se succéder sans désemparer. Soliman coupe des têtes, perce des flancs, tranche des vies. Il tue deux frères jumeaux d’un seul coup, sous les yeux de leur père..

Ambroise Dubois - Combat de Tancrède et Clorinde ...
Ambroise Dubois – Combat de Tancrède et Clorinde …

Au chapitre X, nous assistons à deux conseils de guerre, un dans chaque camp, dont la symétrie ne nous échappe pas. D’un côté, c’est Aladin qui réunit ses officiers, et Soliman arrivera pour ranimer leur ardeur défaillante. De l’autre côté, c’est Godefroy qui assemble ses principaux lieutenants, et Tancrède, échappé des griffes d’Armide, viendra annoncer la bonne nouvelle : Renaud n’est pas mort, ainsi qu’on le craignait ! Il est dans le pouvoir d’Armide, nous nous en doutons, mais enfin il vit ; c’est le principal…

Le chapitre suivant sera entièrement consacré aux premiers assauts contre la ville. Y sont longuement décrites les machines de guerre dont disposent les assaillants : des béliers pour enfoncer les portes, et de hautes tours qu’on amene sur des roues contre les murailles, d’où l’on peut ensuite jeter un pont sur les créneaux, afin d’entrer dans la cité sans subir la poix fumante que les assiégés déversent du haut des remparts.

Clorinde vaincue par Tancrède, par Le Tintoret 2
Clorinde vaincue par Tancrède, par Le Tintoret

Avec le chant douzième, nous revenons en pleine fiction.

Car Clorinde a revêtu son armure masculine, et Tancrède, qui ne la reconnaît pas, va lutter avec elle, lutter jusqu’à son dernier souffle, en un tournoi au cours duquel il lui donne la mort.

Ce n’est qu’une fois couchée dans l’herbe qu’il s’aperçoit que c’est elle. Alors, désespéré, puisqu’il l’aime, il réussit à la baptiser avant qu’elle ne rende le dernier soupir. Ainsi conserve-t-il l’espoir de la retrouver plus tard au Ciel…

Au cours du treizième chant ; pour reconstruire une de ces tours, dont nous avons vu l’efficacité dans l’attaque d’une forteresse, il faut couper des arbres, Or voici que la forêt prochaine est enchantée. Ceux qui veulent y pénétrer se heurtent à mille obstacles qui échappent au pouvoir des humains. Les troncs se métamorphosent en monstres, des serpents sortent de chaque brin d’herbe, des cris, des gémissements, des appels de détresse succèdent au tonnerre et partent des buissons. Tantôt c’est un fleuve bouillonnant qui arrête la marche, tantôt c’est le feu qui lui oppose un mur de flammes.

Tous les fantômes de l’Enfer se sont donnés rendez-vous là.

La porteuse de Graal -1/4-

« Perceval confie l’épée au valet qui gardait ses armes, debout avec d’autres, autour du feu clair, et va se rasseoir près du bienveillant seigneur. […] Alors viennent deux autres valets, deux fort beaux hommes, chacun en sa main un lustre d’or niellé ; dans chaque lustre brûlaient dix cierges pour le moins. Puis apparaissait un Graal, que tenait entre ses deux mains une belle et gente demoiselle, noblement parée, qui suivait les valets. Quand elle fut entrée avec le Graal, une si grande clarté s’épandit dans la salle que les cierges pâlirent, comme les étoiles ou la lune quand le soleil se lève. Après cette demoiselle en venait une autre, portant un tailloir d’argent. Le Graal qui allait devant était de l’or le plus pur ; des pierres précieuses y étaient serties, des plus riches et des plus variées qui soient en terre ou en mer ; nulle gemme ne pourrait se comparer à celles du Graal. Tout ainsi que passa la lance devant le lit, passèrent les demoiselles pour disparaître dans une autre chambre. Le valet vit leur cortège et, fidèle à la leçon du sage prud’homme, n’osa demander qui l’on servait de ce Graal. »

Chrétien de Troyes, Perceval le Gallois ou le conte du Graal (1190), Trad. Lucient Foulet, 1947.

Procession du Graal

« Enfin apparut la reine. Son visage rayonnait d’un tel éclat que tous crurent que le jour se levait. Son vêtement était fait de soie d’Arabie, et sur un tissu vert émeraude, elle portait la quintessence de toutes les perfections du Paradis, une chose qui était à la fois racines et branches. Cet objet s’appelait le Graal et il dépassait tout ce qu’on pouvait souhaiter sur la Terre. La Noble dame qui était seule à pouvoir porter le Graal avait nom Répanse de Schoye. La nature du Graal était telle qu’il fallait que celle qui en prenait soin fut pure et exempte de toute fausseté… Le Graal était la fleur de toute félicité, une corne d’abondance de tous les délices du monde, si bien qu’on pouvait presque le comparer aux splendeurs du Paradis. » (Parzival, Livre V)The chief Grail Maiden was in charge of bearing the Grail.

De même, dans le corpus Lancelot-Graal ( milieu du XIIIe s.) : «  C’est alors qu’arriva la jeune fille. Elle était si belle et si désirable que Lancelot dut s’avouer qu’il n’avait jamais vu de femme de si éclatante beauté, hormis la reine Guenièvre… La jeune-fille s’avançait dans la salle, très doucement, comme si elle glissait sur le sol. Elle portait un vase qui ressemblait à un calice d’un éclat éblouissant. Lancelot eut le sentiment et la certitude que c’était un saint et digne objet : aussi joignit-il les mains et s’inclinât-il à son passage, imité en cela par tous les autres convives »

A chaque fois que ce mystérieux cortège se déroule, c’est toujours une femme qui porte ce mystérieux récipient qu’est le Graal, quelle que soit la forme ou l’aspect de celui-ci.The Grail Maiden

Qui est donc cette  »demoiselle », cette mystérieuse  »porteuse de Graal » dont la beauté et le rayonnement sont à la mesure de l’objet qu’elle tient dans ses mains ? Le nom que lui donne Wolfram semblerait convenir parfaitement, dans une optique chrétienne: Repanse de Schoye (“qui dispense la joie”). Mais dans la version en prose dit de Gautier Map, selon les manuscrits, elle est appelée Elaine, Amide ou Heliazabel, ce dernier nom constituant une référence biblique, sera largement exploité lorsqu’on fera de la porteuse du Graal la mère de Galaad.

« Cette fille qui tient le Graal entre ses mains est un des aspects, une des incarnations, de la Femme Souveraine, maîtresse des destins, cette ‘Pistis Sophia’ de la tradition gnostique toujours présente dans l’inconscient collectif, et qui tente, à sa façon, de reprendre sa place perdue du fait de l’usurpation du dieu mâle et de refaire le monde en y projetant de nouvelles forces vitales. » Jean Markale dans Les Dames du Graal.

– Sources : Les dames du Graal de Jean Markale.

Prince Vaillant à la cour du Roi Arthur. -1/3-

Harold Foster, (1892-1982) 0
Harold Foster, (1892-1982

Le Prince Vaillant n’appartient pas aux légendes médiévales. Ce personnage est le héros d’une bande dessinée créée par le canadien Harold Foster (1892-1982) et parue à partir de 1937 aux États Unis. Les sujets qui y apparaissent sont exacts, mais empruntés à des époques différentes… Cette série, malgré son académisme et son classicisme, devient l’un des grands chefs-d’œuvre de l’histoire de la bande dessinée.

In 1937, Foster began a new stripm, Prince Valiant, in which he was the full ...En français, c’est Prince Vaillant, et parfois Prince Valliant mais on est d’accord : son véritable nom en anglais est Prince Valiant, in the days of the king Arthur ; traduit en espagnol : Prince Valiente ; en allemand : Prinz Eisenherz ; en finnois : Prinssi Peloton, etc, etc. Vu le succès, il y a des versions spéciales jusqu’aux îles Féroé.Hal Foster — Prince Valiant 27

Hal Foster lui a imaginé une lignée familiale extraordinaire. Il est le fils du roi Aguar, roi en exil de Thulé (en gros la Norvège), au Ve siècle. Preux et beau jouvenceau à la coiffure aile de corbeau, il va faire partie des mythiques chevaliers de la Table ronde et partir, comme il se doit, à la conquête du Graal. Sa petite promenade de santé (qui dure toujours trente ans après la mort de son créateur) l’amènera à aller faire un tour du côté du Nouveau monde, à affronter aussi bien les Huns que les Saxons, voire un dinosaure qui passait par là et quelques incongruités sorties du XIXe siècle. Hal Foster — Prince Valiant CoverMarié à la belle et ô combien scandinave Alieta, reine des Iles Brumeuses, ils auront cinq enfants. Arn, l’aîné, qui convolera avec Maeve (ils donneront une petite-fille à Valiant, Ingrid) ; Karen, unie à Vanni ; Valeta, en couple avec Cormic ; puis Galan, le brun et Nathan, le petit dernier, rouquin et râleur.

Sources: Erwann Tancé, dans nrblog.fr/,  et mythologica.fr/,  et Wiki … et …

Les amazones sarrasines du temps des Croisades -2/4-

Le poète, ( »Le Tasse »), voulait séduire la fastueuse Éléonore, et c’est sans-doute elle, qu’il a peinte sous les traits de Sophronie, figure sympathique entre toutes; aussi ne la laisse-t-il pas mourir, dès le second chapitre, sur le bûcher où le tyran l’a fait attacher aux côtés d’Olinde, qui soupirait pour elle. Il fait intervenir, pour les délivrer, une autre femme extraordinaire, la guerrière Clorinde. croisade,-tome-2---le-qua-dj-854492 Elle se présente sous un vêtement d’homme, avec casque et cuirasse, une sorte de  »Jeanne d’Arc des Mahométans ». Elle n’est pas d’ailleurs dépourvue de bons sentiments, puisqu’elle va faire délivrer les deux prisonniers, au moment où le feu allait les consumer. Elle exerce une grande influence sur le Sultan, et ne craint pas de lui faire déclarer : « Innocents, je les absous ; coupables, je leur fais grâce ! » II est vrai que Clorinde nous est présentée de la façon suivante :

 »Dès ses plus jeunes ans, elle a méprisé les amusements et les occupations de son sexe. Sa main superbe a dédaigné de s’abaisser à de vils travaux, et de manier l’aiguille ou le fuseau. Elle a fui la mollesse des villes et recherché ces retraites, asiles d’une vertu qui se conserve au sein même de la liberté. Elle arma son front d’orgueil ; elle se plut à mettre de la rudesse dans ses traits ; mais ses traits, tout rudes qu’ils sont, plaisent toujours. »

Ils plaisent tellement qu’ils séduisent même des capitaines de l’armée chrétienne, ainsi que nous allons le voir plus loin.

34373558_m

Au reste, Clorinde ne sera pas la seule femme-soldat de cette étrange guerre. Nous en connaîtrons plusieurs autres, en particulier Armide, auprès de laquelle Clorinde pâlira, si virile et batailleuse qu’elle puisse paraître.

Clorinde - par E Delacroix Détail
Clorinde – par E Delacroix Détail

Au cours du troisième chant, Tancrède, un chef chrétien, s’éprend de la farouche Clorinde; et, dans le même temps une rescapée d’Antioche, la belle Herminie, qui vit chez Aladin, va ‘soupirer’ pour le même Tancrède. Or le hasard fait bien les choses : un combat singulier va opposer Tancrède à Clorinde. Il n’a pas reconnu, sous l’habit du guerrier, avec un casque baissé sur son visage, la terrible amazone. Et à la lance, à l’épée, ils s’affrontent. Ce n’est qu’au plus fort de l’action que soudain il devine que c’est elle. Alors, au lieu de poursuivre son avantage, il l’épargne, et, pour un peu, il offrirait sa poitrine aux coups de là cruelle. Heureusement que, la bataille devenant générale, les deux adversaires se perdent de vue ! Mais d’autres chocs vont avoir lieu entre les capitaines des deux camps. Et chaque fois, avant de se battre, ils s’adressent des harangues de menaces, de défi ou de mépris.. Et nous allons assister à la mort du brave Dudon et aux premiers exploits de Renaud, le plus beau des Croisés.

Mais les premières escarmouches ayant démontré la hardiesse des Chrétiens, Jérusalem se sent menacée. Et cela ne fait pas l’affaire de Satan, qui tient conseil et assemble « dans son noir palais son horrible sénat », c’est-à-dire tous les damnés, tous les démons… Quels spectres étranges, horribles, épouvantables ! La terreur et la mort habitent dans leurs yeux : quelques-uns, avec des figures humaines, ont des pieds de bêtes farouches ; leurs cheveux sont entrelacés de serpents…

Le Tasse poursuit la description :

 »On voit d’immondes harpies, des centaures, des sphinx, des gorgones, des scylles qui aboient et dévorent, des hydres, des pythons, des chimères qui vomissent des torrents de flammes et de fumée ; des polyphèmes, des géryons, mille monstres nouveaux, mille formes plus bizarres que jamais n’en rêva l’imagination, mêlées et confondues ensemble. Ils se placent les uns à la gauche, les autres à la droite de leur sombre monarque. »

CROISADE - Jean Dufaux & Philippe Xavier 2

Et le résultat de ces cogitations infernales sera d’user d’un subterfuge que l’on estime infaillible : on va envoyer Armide, la plus belle des magiciennes, promener sa séduction irrésistible parmi les ennemis — c’est-à-dire les Chrétiens — et l’on escompte bien qu’elle y fera des ravages.

Ah ! si elle pouvait affoler, par le poison de sa beauté, le grand Godefroy en personne ! Mais là, c’était espérer trop. Elle ne prendra à son hameçon que le jeune frère du grand Chef, le petit Eustache, qui s’écrie en la voyant : « J’ai juré de protéger un sexe faible et sans défense ! » II ne sait pas, le malheureux, que ce représentant du sexe faible est la plus redoutable des enchanteresses : « Pour envelopper de nouveaux amants dans ses filets, elle va employer tous ses secrets et tous ses charmes. »

Et nous devinons que c’est Renaud qui va être sa proie, avant d’être son châtiment.

Armide (Gianna Maria Canale) envoûte Tancrède, à dr Godefroy de Bouillon (Philippe Hersent) devant Jérusalem.
Armide (Gianna Maria Canale) envoûte Tancrède, à dr Godefroy de Bouillon (Philippe Hersent) devant Jérusalem.

Les coqs vivaient en paix; Armide survient, et voilà, entre eux, la guerre allumée ! Une querelle éclate, suscitée par Eustache, entre Gernaud le Wiking et Renaud le séducteur. Mais Renaud, le plus habile aux armes, Renaud, l’invincible, tue son compagnon…. Après cela, il va lui falloir fuir la colère de Godefroy. Croisade-tome-2Il quitte le camp, où chacun le regrette, tandis qu’ Armide entraîne à sa suite Eustache, et dix autres soldats valeureux, et plusieurs qui désertent pour elle. Elle a fait des ravages, en effet, la mystérieuse Orientale, parmi les soldats du Christ, trop prompts à ressentir les effets de sa beauté !

* Illustrations de Dessins de la BD  »CROISADE » – Jean Dufaux & Philippe Xavier.

Tarot -9- L’Ermite.

Le Tarot de la Quête du Graal

Les arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs »

9-hermiteL’Ermite est une lame d’autonomie, d’intériorité et d’individualisation. Cette lame représente ce qui est solide, concret, profond et que le temps permet de faire mûrir. La lenteur symbolise la prudence, la réserve, la discrétion, la patience, le sens du devoir. C’est la recherche méthodique de la vérité

L’Ermite est un personnage récurent de la Quête du Graal…

Il domine le chevalier dans la Quête du Graal en lui délivrant les significations de ses aventures et de sa destinée. ErmiteIl joue un rôle d’initiateur, de conseiller, d’herméneute et de médiateur par rapport aux secrets du divin. Dans le Conte de Graal, il lève partiellement le voile sur l’énigme du Graal tout en révélant une christianisation de l’objet vers une fonction eucharistique ( selon l’ermite, le Graal ne contient qu’une hostie).

La tradition chrétienne a ajouté Joseph d’Arimathie à la lignée des Ermites du Graal. Des légendes racontent que la relique du Graal fut amené par Joseph à Glastonbury, où il fonda la première église. On a dit que cette relique était la coupe de la Cène et (ou) le récipient qui contenait le sang et l’eau qui jaillirent du côté du Christ…

9 L'Ermite du GraalIci, l’Ermite du Graal est assis dehors, devant sa hutte, écrivant un livre. Son bâton fleuri pousse à côté, et sur un menhir gravé, une colombe est perchée.

Si la chaudron celtique est réservé aux rois et aux héros, tous les gens vilains inclus, participent à la dispensation du Graal chrétien – sa quête n’exige pas que l’on soit de lignée royale ou sainte. La tradition combinée du Graal est ouverte à tous les gens de bonne volonté et intention, qui sont invités à chercher la coupe qui donne la vie.Ermite 2

Les ermites du Graal de la légende arthurienne accomplissent une tâche nécessaire dans la quête, admonestant le paresseux, expliquant la signification des choses merveilleuses, et fournissant repos et abri, pour se restaurer des rigueurs de la Quête.

– La Question du Graal : Quand, et où, se poser, pour faire le point ?

Sources : Le Tarot du Graal, et Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews

La mort du roi Richard Coeur de Lion, à Châlus en Limousin. -2/2-

Toujours déterminé à exécuter ses projets belliqueux, le roi d’Angleterre met donc, le siège devant le château de Châlus-Chabrol.

Gisant en mémoire de Richard_Coeur_de_Lion à Chalus
Gisant en mémoire de Richard_Coeur_de_Lion à Chalus

Châlus provient du latin castellum ( petit château) et Chabrol, du nom du chevalier qui construisit ce château, très probablement un’ Bernard Chabrol’ qui assista en 1028 à la consécration de l’église d’Arnac.

Le château convoité par Richard est seulement défendu par deux chevaliers dans une tour et abrite trente-huit personnes ( hommes et femmes). Les assiégés proposent à Richard de se rendre à lui, en échange de leurs vies sauves, de bons traitements et de la sauvegarde de leurs armes dont ils promettent de ne pas se servir contre lui.

Richard 1er joué par Sean-Connery
Richard 1er joué par Sean-Connery

Ce genre de proposition est courante lors de sièges de châteaux et met généralement fin aux hostilités. Mais furieux contre ses vassaux et voulant sans doute faire un exemple, Richard refuse, jure de prendre le château d’assaut et de faire pendre ensuite tous ses occupants. Des deux chevaliers de la tour, l’un se nomme Pierre Brun qui est précisément Pierre, seigneur de Montbrun ( château voisin de Châlus), fils de Hugues IX le Brun, Sire de Lusignan. On ne sait rien sur l’autre chevalier sinon qu’il s’agit d’un certain Pierre Basile. Est-il un parent de Pierre de Montbrun, ou le seigneur de la proche localité de Saint-Basile ? Arbalette Richard petitLe fait est que c’est lui qui tire la flèche fatale sur Cœur de Lion. Il ne faut pas manquer de courage ni de détermination pour tirer sur le roi d’Angleterre. Basile l’a t-il fait de son chef ou a t-il obéi aux ordres de Pierre de Montbrun?   Il pouvait envisager à quelles terribles représailles les redoutables mercenaires brabançons allaient se livrer pour venger le roi. Mais Richard, rappelons-le, avait promis de faire pendre tout le monde une fois le château tombé, ce qui ne serait pas long, vu la disposition des forces en présence. Alors, la situation étant désespérée, Basile prend le risque de tuer celui qui est la cause de tant de maux ; il va changer le destin de la France et de l’Europe. Soulignons, qu’à aucun moment les assiégés n’ont fait allusion à un quelconque trésor qui aurait pu servir de monnaie d’échange contre leurs vies ; ceci est un argument de plus contre la thèse du trésor.

Mort de Richard_coeur_de_lion garvure de Felix-Henri-Emmanuel-Philippoteaux
Mort de Richard_coeur_de_lion garvure de Felix-Henri-Emmanuel-Philippoteaux

Comme Richard, insouciant, sans armure, inspecte la forteresse, Basile, depuis sa tour le vise avec son arbalète. Le carreau, grosse flèche de l’arbalète dont le fer a quatre faces, atteint sans coup férir le roi à l’épaule. Certains chroniqueurs dont Bernard Itier du Limousin ont précisé que la blessure a été faite à l’épaule gauche. D’autres, mais moins crédibles parce que plus tardifs ont parlé du bras, du milieu du corps, de l’œil… L’historien Mathieu Paris ( mort en 1259) assure même que le trait a été empoisonné.

Mort de Richard coeur de Lion à Chalus
Mort de Richard coeur de Lion à Chalus

C’est le 26 mars 1199, la blessure que Richard ne prend pas au sérieux au début, s’envenime. Un chirurgien de Mercadier n’arrive pas à enlever le fer à quatre faces, il  »charcute » plus qu’autre chose le roi, la plaie s’infecte et Richard comprend alors la gravité de son état. Mais déterminé à lutter jusqu’au bout contre Adémar, il ordonne tout de même à Mercadier de prendre le château de Châlus puis ceux de Nontron et de Piégut, comme prévu.

Le capitaine des mercenaires lui obéit et tous les assiégés de Châlus sont mis à mort, excepté l’archer qui a touché le roi. Mercadier amène Pierre Basile auprès de Richard qui, mourant, fait grâce de la vie à l’arbalétrier et désire même qu’on lui donne une forte somme d’argent. Mais une fois le roi mort, le cruel Mercadier ne respecte pas ses dernières volontés, et fait écorcher vif puis pendre la malheureux Basile.

La Tombe de Richard 1er à Fontevraud
La Tombe de Richard 1er à Fontevraud

Peu avant de mourir, Richard a demandé qu’on aille prévenir sa mère qui a près de quatre vingt ans et qui vit retirée à l’abbaye de Fontevraud. Après s’être confessé, il aurait désigné son successeur en la personne de son frère Jean par un testament que lui aurait dicté Aliénor. Pour finir il donne ses ordres pour ses funérailles : « Je sais qu’au moment d’expier mes fautes, je ne pourrai que très difficilement échapper aux peines de l’enfer, sauf, la miséricorde de Dieu, et grâce aux prières des servantes-esclaves du Christ, à Fontevraud, que de mon vivant j’ai beaucoup aimées. A présent, en mourant, je m’abandonne à elles.

Boite renfermant le coeur de Richard
Boite renfermant le coeur de Richard

C’est pourquoi pauvre de tout, je vous ordonne de porter là mon corps et malgré mon indignité, de le déposer au pieds de mon père. » Il voulut donc que son corps soit inhumé à Fontevraud, que son cœur soit remis à la Normandie et que ses entrailles restent sur place à Châlus. Ainsi le rappelle cette épitaphe de Richard cœur de Lion, qui après avoir été victorieux de tant de batailles, mourût le 6 avril 1199, à l’âge de quarante et un ans, 11 jours après sa blessure :

« En Poitou la terre de Châlus garde les entrailles de son Duc

Fontevraud hérite de son corps déposé sous le marbre

La Normandie conserve le cœur invincible du Roi

Ainsi trois pays se partagent ses restes illustres

Aucun ne pourrait suffire à les ensevelir »

Aliénor d'Aquitaine, épouse de Henri II Plantagenet et mère de Richard 1er
Aliénor d’Aquitaine, épouse de Henri II Plantagenet et mère de Richard 1er

Richard 1er ne laisse pas d’héritier, la couronne passe à son frère Jean. Infatigable, sa mère Aliénor pendant l’hiver 1199-1200 franchit les Pyrénées accompagnée de l’archevêque de Bordeaux pour se rendre en Castille où demeure sa petite-fille Blanche de Castille. Elle ramène Blanche (12 ans) dans le royaume de France pour la marier à Louis VIII le Lion, fils de Philippe Auguste. Le mariage a lieu le 23 mai 1200. Blanche mettra au monde le fameux Louis IX – ‘Saint-Louis’ – et Aliénor sera l’aïeule de toutes les familles princières et aristocratiques d’Europe.

Sources : L’épopée Richard Cœur de Lion de Marie-Christine Grave du Bourg (1999) Ed Flanant

Les amazones sarrasines du temps des Croisades -1/4-

La légende s’est emparée du temps des croisades… Le héros en est Godefroi de Bouillon, le chef de la première Croisade ; et l’apogée en est la reconquête de la Ville Sainte, Jérusalem.

L’histoire que je vais vous vous raconter ci-dessous, provient d’un texte du XVIe siècle… De la pure  »Fantasy » du XVIe … !

La Jérusalem délivrée est l’œuvre de Torquato Tasso, connu en français sous l’appellation Le Tasse (en italien, il Tasso) : poète italien, né le 11 mars 1544 à Sorrente (région de Campanie, Italie), mort le 25 avril 1595 à Rome. Il est passé à la postérité pour cette épopée…

 louis_ducis Le Tasse lisant à la princesse Léonore
Le Tasse lisant à la princesse Léonore un épisode de La Jérusalem délivrée, peinture de 1822.

Épris de la princesse Eléonore d’Este, Le Tasse lui lit un épisode de La Jérusalem délivrée. Il se tient debout devant elle, adossé à une colonne, les jambes croisées, légèrement penché, une main sur la poitrine, il met du cœur à la lecture, tandis qu’elle l’écoute et l’observe, tout en cachant son visage derrière un voile léger peut-être pour ne pas montrer son émotion.

La légende retiendra autant Godefroi que le farouche et passionné Renaud, le chevalier Roger, l’impulsif et mélancolique Tancrède, tout comme les chevaleresques Sarrasins avec qui ils rivalisent aux armes et en amour…

Godefroi de Bouillon
Godefroi de Bouillon

Dans cette épopée homérique qui emprunte tant à l’histoire qu’aux chansons de geste et au merveilleux, se mêlent les récits de combats, – l’histoire d’amour du chrétien Tancrède pour la païenne Clorinde, qu’il finira par tuer en duel… En effet, la courageuse Chlorinde ( ou Clorinde) prend l’armure et combat en duel contre son amant, elle reçoit le baptême de ses mains au moment où elle meurt… – L’histoire de la fragile et craintive Herminie pour Tancrède ; et – l’histoire du chevalier Renaud, retenu par la magicienne Armide – la belle sorcière, dépêchée par le sénat des Enfers pour répandre la discorde dans le camp chrétien – qui finira par se convertir par amour de son prisonnier, mais en vain.le chevalier et la sarrasine 2

Lors de cette épopée, les Chrétiens rencontrent dans les rangs des Infidèles bien des beautés féminines pour lesquelles leur coeur s’embrase aussitôt. Dans ces chants débordants d’éloquence et de lyrisme, il est autant question d’amour, que de religion ou de guerre…

Les ‘amazones’ de cette armée arabe, sont des femmes qui revêtent des armures, elles portent casques et boucliers, manient l’épée ou la lance. Leurs exploits ne sont pas moindres que ceux de leurs amants, au contraire : elles vont pourfendre les guerriers les plus fameux, percer leur cuirasse, couper leurs têtes, et souvent les défier en combats singuliers, sans même révéler leur sexe. Elles n’ouvrent pas le heaume, pour qu’on ne découvre pas leurs longs cheveux. Elles refusent de dire leur nom, pour qu’on ne découvre pas leur identité. Il faut qu’elles soient blessées à leur tour pour que leur rivaux s’aperçoivent que ce sein qu’ils ont transpercé n’était pas la poitrine plate d’un soldat, mais révélait, par ses rondeurs inattendues, ce qui leur semble être objet de beauté d’un sexe qu’ils croyaient  »faible »… D’ailleurs, la passion éclate subitement dans les coeurs. Il suffit que les héros aperçoivent un instant une telle femme, pour que celle-ci devienne l’idole de toute leur vie, et ils risquent pour elle de perdre et l’honneur et le goût de leur gloire.

Tableau de François-André Vincent:  Renaud et Armide
Tableau de François-André Vincent: Renaud et Armide

Ainsi, Tancrède apercevant Hermine et Clorinde, et Renaud découvrant Armide. Ces couples vont devenir fameux, autant par leurs ardeurs sentimentales que par leur bravoure militaire.

Tancrède et Herminie  - par Poussin
Tancrède et Herminie – par Poussin

Cette épopée est pour l’auteur l’occasion d’exprimer une lutte entre volontés célestes et souveraines ; une lutte entre des anges déchus et le Créateur. Godefroy de Bouillon invoque Dieu, et Dieu lui envoie des archanges pour le protéger, tandis que Soliman ou Aladin, les  »mahométans », trouvent des secours auprès du Diable, qui s’occupe en personne de les défendre contre les entreprises des Croisés. Au fond, tout ceci, peut paraître incohérent : car s’il donne à Dieu la Toute-Puissance, comment celui-ci peut-il admettre que le Démon mette en échec ses volontés ?

Ici, les damnés de l’Enfer, n’acceptent pas le sort auquel la justice divine les a condamnés, ils s’échappent de leurs chaudières pour venir aider les mécréants.

Bd Dufaux

Les élus du Paradis, eux, quittent le sein du Seigneur, où ils jouissent du bonheur parfait en célébrant sans fin sa louange, pour descendre à nouveau sur la terre et combattre aux côtés des défenseurs du Christ, ce qui ajoute à chaque duel entre un chrétien et un musulman, un second combat, en surimpression, que se livrent au-dessus d’eux, ou à travers eux, les morts qui se sont donnés pour tâche de porter secours aux vivants. Une fois admises ces prémisses, on accepte sans peine tout ce que, dans ce domaine de l’irréel, va nous affirmer le poète.

A suivre : …

Image de Titre de la bande Dessinée ‘Croisade’ de Dufaux et Xavier

La mort du roi Richard Coeur de Lion à Châlus en Limousin. -1/2

040454b1b11bf78b27d07d8904d3ab197ff1De retour de croisade, Richard Coeur de Lion (1157-1199)  est capturé par le duc d’Autriche qui le cède à l’Empereur Romain-Germanique Henri VI. Celui-ci demande une énorme rançon pour libérer Richard.

Quand  Richard est libéré en 1194 la guerre avec le roi de France est inévitable. Elle se déroule mal pour Philippe II Auguste ( fils du roi Louis VII) qui est vaincu en 1194 à Fréteval près de Vendôme, le roi de France y perd ses archives. Il est vaincu à nouveau près de Gisors en 1198 et bénéficie d’une Trève

Gravure-de-Richard Cœur-de-Lion lors de son retour en Angleterre en 1194
Gravure-de-Richard Cœur-de-Lion lors de son retour en Angleterre en 1194

(Vernon – janvier 1199) grâce à la médiation du Pape Innocent III.

Richard peut ainsi reprendre les armes contre des vassaux à lui qui avaient passé des traités d’alliance avec le roi de France, pendant sa captivité en Allemagne. Parmi ceux-ci il y a en particulier le comte d’Angoulême et le vicomte de Limoges Adémar V qui sera tué en cette même année 1199, soulignons-le, tué par le fils naturel de Richard, Philippe de Cognac…

Richard the Lionheart
Richard the Lionheart

Désireux de se venger, Richard prend la résolution de détruire tous les châteaux du vicomte de Limoges.

Courant avril, ‘Cœur de Lion’ arrive devant le château de Châlus en Limousin, place forte sur la route de Périgueux.

Selon le chroniqueur anglais Roger de Hoveden ( XIIIe s.) Richard voulait s’emparer d’un trésor caché à Châlus… : « Le vicomte de Limoges, ayant trouvé dans sa terre un grand trésor en or et argent, en envoya une bonne part à Richard, roi d’Angleterre son seigneur ; mais le roi la refusa, disant qu’il devait avoir ce trésor tout entier, en vertu de son droit de suzeraineté. Cependant le susdit vicomte ne voulut nullement le lui concéder. Le roi d’Angleterre vint donc avec une grande armée dans ce pays du Limousin pour faire la guerre au vicomte, et il assiégea un de ses châteaux, qu’on appelle Châluz, dans lequel il pensait que le trésor était caché. »

Le Sceau-de-Richard 1er
Le Sceau-de-Richard 1er

Le poète Guillaume le Breton, quant à lui, raconte : « Dans la terre de Châlus, un certain paysan, placé sous les ordres d’un seigneur qui se nommait Achard, retournait la terre avec sa charrue, lorsqu’il trouva dans le champ labouré un trésor caché. »

Nous savons que Richard avait toujours grandement besoin d’argent, cependant cette hypothèse du trésor reste improbable. Bernard Itier, chroniqueur limousin, contemporain de Richard, affirme que le roi d’Angleterre avait bel et bien l’intention de détruire tous les châteaux et place fortes du vicomte de Limoges.Vicomté de Limoges 2 Ceci est confirmé par un autre historien anglais Raoul Goggeshale : « Richard conduisit son armée contre le vicomte de Limoges, qui, dans le temps de la guerre, s’était révolté contre le roi son seigneur, et avait fait un traité d’alliance avec le roi Philippe ». Le Père Bonaventure avait du reste traduit ce traité d’alliance dont voici un extrait : «  Moy, Aymar, vicomte de Limoges, fais connaître à tous qui verront cet écrit, que j’ay fait accords et conventions suivantes avec mon seigneur Philippe, illustre roi de François ; parce que à cause des injures que Richard, roi d’Angleterre, m’a fait, et à mon frère Aymar Comte d’Angoulême, il alla de ma part vers le roy et je fis confédération avec lui de cette façon :

La Bible de Saint-Yrieix-La-Perche fin-XIe-début-XIIe-siècle
La Bible de Saint-Yrieix-La-Perche fin-XIe-début-XIIe-siècle

Que je l’ayderai toujours selon mon pouvoir comme mon seigneur, et ne me retireray jamais de luy que par ses ordres, et que s’il me joignoit à quelque autre, il me donnera ses lettres-patentes, qu’on me laissera en paix ; et, si on y manquait, il m’aydera contre cluy-la.

Que si un nouveau seigneur vouloit agir contre mon roy Philippe, je m’y opposeray, rendant de bonne foy secours et aide au susdit roy Philippe. Fait à Saint-Yrieix en 1198. »

Si, on reste sur l’idée du trésor et l’impérieuse nécessité de trouver des fonds… Richard sait qu’à moins de 15 kilomètres, à Saint Yrieix la Perche, se trouvent les plus importantes mines d’or de France, encore exploitées aujourd’hui. Peut-être aussi, que le vicomte de Limoges oublie soigneusement de remettre à son suzerain son dû….

A suivre….

The Quest and Achievement of the Holy Grail By Edwin Austin Abbey

Edwin Austin Abbey ( 1852 – 1911) est un artiste, illustrateur et peintre américain. Il est particulièrement connu pour ses illustrations dans Harper’s Weekly, ses fresques de la Bibliothèque publique de Boston et du Capitole de l’État de Pennsylvanie. Ses nombreuses peintures représentent des œuvres littéraires ou théâtrales, et le Couronnement d’Édouard VII.

Ci-dessous, des illustrations de sa plus fameuse oeuvre, L’achèvement par Galahad de la quête du Saint Graal, qui réside à la Boston Public Library

I. The infant Galahad

An angel carrying the Grail approaches the infant Galahad, who is raised by nuns and learns the ways of the ideal knight in his upbringing. — Adapted from: An outline of this version of the legend by Henry James.

II. Sir Lancelot and Sir Bors outfit Galahad with his spurs

Upon completing a nightly vigil, Sir Galahad is outfitted with spurs by Sir Lancelot and Sir Bors. Galahad wears red throughout the mural series, as the color denotes spiritual purity.

III. The Arthurian Round Table and the fable of the Seat Perilous

 

Led by Joseph of Arimathea, Sir Galahad approaches King Arthur’s Round Table and the Seat Perilous. No man had yet sat with safety in the Seat, as only a blameless occupant can do so without being killed instantly. The knights of the Round Table watch in horror as Sir Galahad assumes the Seat, but the young and pure knight survives. Thereafter, the structure is known as « The Seat of Galahad. »

IIII. The knights of the Round Table set forth on the search for the Holy Grail

Sir Galahad and King Arthur’s knights of the Round Table set forth on their Quest for the Grail.

V. King Amfortas and the castle of the Grail lie under a spell

 

King Amfortas, the Fisher King, lies under a spell along with the other inmates of the Castle of the Grail. The spell has rendered them « spiritually dead; » although the Grail passes by them, they cannot see it. According to legend, only a blameless knight can free them from the spell. Sir Galahad is such a knight, but fails to ask the Question on which everything depends.

VI. Sir Galahad contemplates his quest

On the morning following his visit to the Castle of the Grail, Sir Galahad contemplates his quest, as voices mock him for failing to ask the effectual Question, which would have freed the Castle’s inmates from their spell. Against their will, a trio of damsels under the spell try to use their powers to destroy Galahad. Years of the narrative pass between this panel and the next, bringing many challenges and ordeals to test Sir Galahad.

VII. The seven knights of darkness

The seven Knights of Darkness, the seven Deadly Sins, have imprisoned the Virtues, a company of maidens, to keep them from contact with man. Sir Galahad accepts the mission to overcome these sins and set the Virtues free to redeem the world.

IIX. Sir Galahad receives the key to the Castle of Maidens

A monk blesses Sir Galahad and provides him with the key to the castle

X. Sir Galahad wedded to Blanchefleur

Sir Galahad has wed one of the maidens, Blanchefleur, but must leave her in order to remain a Virgin Knight and continue the Quest, as only a Virgin Knight can achieve the Grail.

XI. The passing of King Amfortas

 

Having grown wise through his trials, Sir Galahad returns to the Castle of the Grail and succeeds in asking the Question. As such, he manages to free King Amfortas from the spell. Now cleansed of sin, the old man is allowed to die. An angel bears the Grail away from the Castle.

XII. Sir Galahad passes from the land

Sir Galahad passes from the now peaceful land upon a white steed.

XIII. Sir Galahad crosses the seas in Solomon's ship

Sir Galahad crosses the seas to Sarras in Solomon’s Ship, guided by the Grail borne by an angel. Sir Bors and Sir Percival accompany him, while three spindles for the Tree of Life rest upon the stern of the ship.

XIIII. The city of Sarras

The island city of Sarras, as viewed from the sea. While the island is a fictional one tied to the Arthurian legend, the story locates it near Egypt.

XV. The golden tree

Sir Galahad, now the King of Sarras, builds a golden tree. When he is presented with the Grail, his spirit and the Grail ascend to heaven. Like other elements throughout the mural cycle, the golden tree and the Grail are depicted in gilded raised relief, a method that Abbey may have learned from his studio partner John Singer Sargent.

IX. The Castle of Maidens

The castle of maidens, who by a prophecy have been expecting the ideal knight to free them, welcome Sir Galahad.