Tarot -3- L’Impératrice, Guenièvre.

3 – Le Tarot de la Quête du Graal

– Les arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs »

3-imperatriceL’IMPÉRATRICE est : amour maternel, fécondité, bienfaisance et prodigalité. Il s’agit d’une protection divine suprême. Elle apporte la paix familiale tout en conservant précieusement sa beauté, sa féminité sans lesquelles elle ne peut se passer. Elle représente la vie, l’amour, l’attachement maternel et la générosité. Cet arcane symbolise l’intelligence, la créativité cognitive, la culture mais aussi l’énergie de l’action et la joie, le dynamisme.
Sur le plan évolutif, dans le système du Tarot, le nombre 3 représente la naissance de l’esprit et le développement du mental. triple-goddess_79(Alors que le nombre 5 représente le mental développé et une ouverture d’esprit à l’autre, à sa différence. Le nombre 7 représente la satisfaction de l’esprit et le contrôle des pulsions par le mental. Le nombre 9 représente la remise en cause et l’esprit sage, tourné vers l’essentiel).

L’IMPÉRATRICE est surtout une personnalité sensitive-instinctive (par exemple, ses deux mains tiennent, et donc touchent, des objets de pouvoir). Elle ressent les choses, elle s’attache à elles pour des raisons émotives, traditionnelles ou rituelles…. Elle est réceptive et réactive. Sur le plan relationnel, elle se tient sur la défensive, ce qui est figuré par son écu, son sceptre et son bijou lui enserrant la poitrine. C’est l’arcane qui représente le triomphe de la féminité. Ses valeurs sont : l’affabilité, la sympathie, la beauté, la fascination, la séduction dans le bon sens du terme.

Êàðòèíà áàòèê Ìàäîííà Çàùèòíèöà

Queen Guinevere by James Archer (c.1860)
Queen Guinevere by James Archer (c.1860)

L’IMPÉRATRICE à la figure d’une souveraine, inspirée par la figure d’Héra-Isis.
Si L’IMPÉRATRICE est associée à la Lune, elle est aussi très souvent associée à Vénus… D’abord, Vénus est le surnom romain d’Isis, Ishtar, Aphrodite… Ensuite, Vénus est considérée comme la Déesse de l’Amour, de la Beauté et aussi de la Fertilité…

Cette Vénus née de l’écume des eaux! Cette Vénus est bien celle qui comme Freyja, la déesse Celte, s’est incarnée sur Terre, grâces aux vents et à l’eau… 3 éléments réunis (terre, air, eau) afin de réaliser le miracle de l’incarnation de la Déesse.

La Mater Dolorosa ou mère de douleur est un thème universel auquel le christianisme a donné une valeur de référence en en faisant un point marquant de la dévotion mariale dans une spiritualité de la compassion.

Freyja, par James Doyle Penrose (1890) Guinevere par Henry Justice Ford 1910
Freyja, par James Doyle Penrose (1890) Guinevere par Henry Justice Ford 1910

La figure de Guenièvre, correspond à un archétype, celui de la jeune épouse-fleur, la femme de l’Autre-Monde, qui devient l’épouse d’un roi. GuenièvreElle remonte jusqu »à Gwenhwyfar, dont l’intégrité soutient l’honneur de la cour d’Arthur et dont la beauté reflète la visage fertile du pays…
Elle manifeste l’harmonie entre le roi et sa contrée… Si elle ne trouve pas à tous les niveaux un amour réciproque de la part de son époux, elle cherche alors un champion pour faire réagir le roi et lui rappeler ses devoirs envers sa reine et le pays qu’elle représente.
Elle est en réalité défendue par de nombreux chevaliers, dont le champion du Graal, Peredur ( Perceval, Persifal), et Gereint ; chacun venge Guenièvre quand elle est insultée par un chevalier sans nom, qui vient peut-être de l’Autre-Monde…
Gwenhwyfar (Welsh spelling of Guinivere)Une des clés de son rôle originel se trouve dans la Triade qui la décrit comme la triple Gwenhwyfar ..

Dans la Bible, cette figure d’impératrice est reprise par la Reine de Saba, comme épouse du roi Salomon… Dans cette configuration, sa lignée fait le lien avec le Graal, et Sarras, la ville mystique du récipient sacré.
La reine de Saba, ou Guenièvre, représente le désir d’agir et d’entreprendre ; elle est une participante puissante et redoutable à la Quête, accompagnant les chercheurs et les encourageant à faire le nécessaire pour réussir.

– la Question du Graal : Comment atteindrez-vous votre but ?

Sources : Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews
et le site de Walter Boralis: http://secretsdutarot.blogspot.fr/

Idylles du Roi – Elaine

image01

Idylles du Roi

Illustrations de

George Wooliscroft Rhead, & Louis Rhead

Tirées des  »Idylls of the King » de Tennyson – 1898 –

Œuvre majeure du poète victorien Sir Alfred Tennyson, Les Idylles du roi est constitué d’un ensemble de textes romantiques autour de quatre personnages féminins de la légende arthurienne : Énide, Viviane, Élaine, Guenièvre.

Quatre femmes, quatre personnalités et quatre destins…

A travers les histoires légendaires de ces femmes – qui se croisent et se décroisent – personnages de l’univers arthurien, Tennyson évoquent pour nous un monde révolu, mais encore prégnant, où l’amour courtois était le lien qui unissait chevaliers et dames au coeur des cours médiévales.

Si les personnages secondaires s’appellent ici Arthur, Lancelot, Merlin ou Mordred, les lieux de l’action demeurent ceux qui ont enchanté des dizaines de générations de lecteurs : Brocéliande, Camaalot ou Avalon.

image02

« Lancelot et Elaine »

« Quels êtres voyons-nous ? Des hommes ou des fantômes ? Par momens leur étreinte est une étreinte humaine ; nous croyons voir un sang chaud, vivant, monter de leur cœur à leurs joues. Puis ils se dérobent, fuient dans le passé jusqu’au-delà des limites de l’histoire. Certains traits semblent préciser une date, caractériser une race. Le sentiment de docilité protectrice dont les deux frères d’Elaine entourent leur sœur conviendrait bien à deux ‘English boys’ revenus pour passer à la maison les vacances de l’université. Quand nous entrons dans le manoir où le père d’Enide donne l’hospitalité à Gérain, nous reconnaissons la bonhomie d’un pauvre squire de campagne ; quand la jeune fille desselle le cheval de l’hôte, fait et sert le dîner de ses mains délicates, quand elle s’inquiète, avec sa mère, du costume qu’elle mettra pour paraître à la cour, nous assistons au côté patriarcal de la vie féodale. Toutes les nuances sont observées. On ne parle pas, on ne s’habille pas, on ne dîne point de même à la cour du roi Arthur et dans le petit château du sire d’Astolat. Une réconfortante odeur de rôti s’échappe des cuisines royales auxquelles préside sir Kay, et achève de nous persuader que nous n’avons pas affaire à des ombres. Nous croyons avoir pris pied dans la réalité. » Extrait d’un texte d’Auguste Filon 1885  »Lord Tennyson »

image03

image04

image05

image06

image07

image08

image09

image10

image11

image12

Tarot -2- La Papesse , la Dame du Lac

 Le Tarot de la Quête du Graal:

– Les arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs » ( suite )

2-papesseTarot -2- La Papesse , la Dame du Lac

Gardienne du Temple de la sagesse, elle tient entre ses mains le livre de la Connaissance et des mystères de l’univers. Elle a pour mission de faire respecter les secrets du sacré et d’empêcher toute intrusion hostile… Elle peut alors nous préparer à soulever le voile de notre  »moi » intérieur.

La Papesse est un élément féminin dont la force est constituée sur l’équilibre et sur la précision.

Elle pourrait représenter aussi,  » la gestation  » des idées avant de passer à l’action (L’IMPÉRATRICE) et vers la concrétisation (L’EMPEREUR)… LA PAPESSE dirige souvent vers des domaines inexplorés, voire des domaines interdits et elle attend toujours le développement…cat_tarot

Elle a le chiffre 2, c’est à dire également le Yin et le yang … C’est La Lune, le double de la lumière solaire sur le plan planétaire, elle est la manifestation symbolique du pouvoir fécondant de cette Matrice universelle qui est la souveraine de cette puissante énergie sexuelle qui serpente en toute chose.

la Dame du Lac speedllLa Papesse a la maîtrise de la Vouivre, l’énergie de la  »Terre-Mère »

Au Dragon-Vouivre ( aux deux aspects, bénéfique et maléfique), nous disent les anciennes légendes, on offre des sacrifices, parfois humains, sous la forme le plus souvent d’une vierge. Vient alors le Chevalier, le Héros, le Saint ou la Sainte qui soumet le Dragon et délivre la Femme prisonnière.

C’est là, morcelée, l’image de l’Unité perdue, la Femme représentant la juste réceptivité, le Dragon l’énergie vitale qui, tous deux, sont nécessaires au Héros pour qu’il puisse accéder à la royauté véritable.La papesse 2

Au cœur d’une île, au beau milieu d’un lac, est assise la Dame du Lac sur un trône de roseaux. Elle tient une épée et un livre, et un panier est posé à côté d’elle. Derrière, une grue.

Dans les légendes arthuriennes, les femmes de l’Autre-Monde guident et instruisent Arthur et sa cour.

Pendant le Moyen-âge, nombreux aspects de  »l’ancienne déesse » passent aux nombreuses damoiselles, dames à qui l’on fait du tort… Si on se reporte aux textes anciens, au lieu de damoiselles qui requièrent l’assistance des chevaliers pour recouvrer leurs droits, ce sont de puissantes dames d’une stature exceptionnelle qui se manifestent pour aider et assister les chevaliers.La dame du Lac

La Dame du lac est issue d’une lignée très complexe de ce genre de dames, dont la principale est Morgane, fille d’Avalon… C’est elle qui soigne les blessures d’Arthur après la bataille de Camlan, et qui veille sur lui, dans le temps de l’Autre-Monde, jusqu’à ce qu’il soit rappelé…

Guérisseuse, la Dame du Lac est aussi, nourricière et initiatrice. Chez les peuples de race Celte, des femmes guerrières forment les les garçons dans l’art du combat. La tradition française médiévale parle de l’éducation de Lancelot par la Dame du Lac.

Ste Marie Madeleine, enluminure, manuscrit KB76F5 - Bibl. Royale
Ste Marie Madeleine, enluminure, manuscrit KB76F5 – Bibl. Royale

Avec le Christianisme, bien sûr, ces  »modèles » sont délaissés… Sauf, qu’ils peuvent revenir par la sagesse populaire : ainsi le culte marial. Marie, est l’une de ces images; et qui peut avantageusement être complétée par la figure de Marie-Madeleine. Elles est une disciple proche de Jésus, l’apôtre des apôtres. Elle représente l’union essentielle entre l’âme humaine et l’Esprit de dieu.

 

 

– la Question du Graal : Quelle est ‘votre’ source de ‘connaissance’ ?

Sources : Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews

Voir aussi: Viviane | la Dame du Lac | La Quête du Graal

L’Extase amoureuse de Lancelot

pont de l'épée
Lancelot passant le pont de l’Épée, enluminure d’un manuscrit, vers 1475

Dans le texte de Chrétien de Troyes ( Le Chevalier de la Charrette, vers 710 à 771) ; Lancelot est victime d’un coup de foudre, d’une « cristallisation » au sens stendhalien de l’amour fou. C’est Guenièvre, qui donne à Lancelot des ailes, allant jusqu’à lui faire subir des épreuves terrifiantes comme le passage du pont de l’épée.

Résumé : Lancelot et Guenièvre

Lancelot prenant la Douloureuse Garde (3)
Lancelot prenant la Douloureuse Garde

Le jour de l’Ascension, un chevalier, Méléagant, annonce à Arthur qu’il détient en ses terres (le royaume de Gorre) un grand nombre de ses sujets. Il les libérera si un chevalier d’Arthur le vainc en combat singulier. Le sénéchal Keu relève le défi, mais il est grièvement blessé par Méléagant, qui enlève alors la reine Guenièvre, l’épouse d’Arthur. Gauvain part immédiatement sur leurs traces. Il rencontre en route un mystérieux chevalier qui, pour avoir des nouvelles de la reine, accepte de se déshonorer en montant sur une charrette d’infamie. L’amour fou que le chevalier sans nom voue à Guenièvre éclate peu après : il manque de se laisser tomber d’une haute fenêtre pour ne pas perdre la reine du regard, et tombe en extase devant un peigne lui ayant appartenu. Le chevalier parvient à soulever la dalle d’une tombe, aventure qui le désigne comme le libérateur des sujets d’Arthur, puis réussit peu après à passer en Gorre en traversant le pont de l’Epée, au prix d’un effort surhumain. Ce n’est qu’alors qu’on apprend (de la bouche de Guenièvre) le nom du chevalier : il s’agit de Lancelot du Lac. La reine réserve d’abord un accueil glacial à Lancelot : on apprendra plus tard qu’elle veut ainsi le punir pour avoir hésité, l’espace d’un pas, à monter sur la charrette d’infamie. Après avoir chacun craint la mort de l’autre, Lancelot et Guenièvre finissent par se retrouver, et passent la nuit ensemble. Tous — y compris Gauvain, qui a échoué à passer en Gorre — regagnent alors la cour d’Arthur, sauf Lancelot, retenu prisonnier par Méléagant. Le récit est alors pris en charge par Godefroy de Lagny, qui déclare poursuivre l’œuvre inachevée de Chrétien de Troyes. Aidé par la sœur de Méléagant, Lancelot parvient à temps à la cour d’Arthur pour vaincre Méléagant, auquel il tranche la tête.

John Maler Collier (27 janvier 1850 à Londres – 11 avril 1934) était un écrivain et artiste-peintre britannique préraphaélite
John Maler Collier (27 janvier 1850 à Londres – 11 avril 1934) était un écrivain et artiste-peintre britannique préraphaélite

La défense de Guenièvre, William Morris, Emma Florence Harrison
La défense de Guenièvre, William Morris, Emma Florence Harrison

Dans ce texte, nous retrouvons la fin’amor, amour parfait ou courtois, célébré dans les poésies des troubadours. Les thèmes de l’abdication totale de la volonté de l’amant devant le désir de la femme aimée, de l’extase amoureuse allant jusqu’à l’oubli de soi, du don réciproque — mais toujours révocable — des corps et des cœurs, sont au centre de l’œuvre.

Rigaut de Barbezieux compare l’extase religieuse à l’extase amoureuse :

« Tout comme Perceval en son temps si ahuri de les voir, qu’il en oublie de demander à quoi servent Lance et Graal, moi j’en suis là, Dame sublime devant votre corps précieux, car alors, j’oublie tout quand je vous regarde. je crois prier ; je suis en fait anéanti » (J.-C. Marol, op. cit., p.67-68).

Lancelot, en tant que parfait amant, ne se plaint pas. Il subit avec patience tout caprice de celle qui aime… Pour lui la reine est sublimée. Il prend la place du fidèle qui adore un être suprême. À la seule vue de la reine, il tombe en extase : « Il ne cesse un instant de la suivre des yeux, dans la contemplation et dans l’extase, aussi longtemps qu’il peut. Quand elle eut disparu, il voulut se laisser basculer dans le vide » (Le Chevalier de la charrette, p. 39). La reine Guenièvre 3Guenièvre hante tout son être. À sa pensée, tout le reste du monde s’efface. Le chevalier perd tout contact avec la réalité qui l’entoure. Voilà l’exemple le plus caractéristique d’extase amoureuse dans Le Chevalier de la charrette :

« Le chevalier de la charrette est abîmé dans sa méditation comme un sujet livré sans force et sans défense à la souveraineté d’Amour. Sous l’empire de son penser son moi s’anéantit. Il ne sait s’il existe ou s’il n’existe pas. De son nom il n’a plus souvenance. Est-il armé ? Ne l’est-il pas ? Il n’en sait rien. Il ne sait où il va, il ne sait d’où il vient. De son esprit chaque être est effacé, hormis un seul, pour lequel il oublie tout le reste du monde. À cet unique objet s’attachent ses pensées. C’est pourquoi il n’entend, ne voit, ne comprend rien » (Le Chevalier de la charrette, p. 43).

La Dame de Shalott - Guenièvre et autres poèmes d'Alfred Lord Tennyson, 1912Puisque donc il tombe en extase lorsqu’il voit ou pense à sa dame, il n’est pas difficile à deviner sa réaction lorsqu’il prend entre ses mains un peigne qui lui appartient… En effet, Lancelot trouve près d’une fontaine, lieu traditionnel de la rencontre des fées, un peigne avec les blonds cheveux de Guenièvre, comparables à ceux d’Iseut déposés par une hirondelle sur l’appui de la fenêtre du Roi Marc et, ces cheveux pressés contre son cœur lui font plus d’effet que tous les électuaires, les catholicons et les prières conjuguées….

« Il prend soin d’en retirer les cheveux avec des doigts si doux qu’il n’en rompt pas un seul. On ne verra jamais à rien accorder tant d’honneur. L’adoration commence : à ses yeux, à sa bouche, à son front, à tout son visage, il les porte et cent et mille fois. Il n’est point de joie qu’il n’en fasse : en eux son bonheur, en eux sa richesse ! Il les enferme dans son sein, près du cœur, entre sa chemise et sa chair. […] Tant il a foi en ces cheveux » (Le Chevalier de la charrette).Lancelot Bears Off Guenevere by HJ Ford

Les cheveux blonds de Guenièvre sont comparés à des reliques que le fidèle conserve avec une ferveur religieuse. C’est la même ferveur qu’il montre quand il entre dans sa chambre et « devant elle il s’incline et lui rend une adoration, car il ne croit autant aux reliques des saints » (Le Chevalier de la charrette,). En plus, le matin suivant, « se tournant vers la chambre avant de s’en aller, il fléchit les genoux, comme s’il se trouvait en face d’un autel » (Le Chevalier de la charrette).

On peut penser que Chrétien de Troyes, ne partage pas toutes les idées de Marie de Champagne sur la Fin’Amor… En effet, il ironise sur les débordements de l’amour courtois et le ridicule des situations qui abaisse l’aura du chevalier, tantôt vautré dans l’eau d’un gué (V. 762-763) la tête et le corps à moitié sortis et coincés dans une fenêtre du château de Baudemagu roi de Gorre (V. 568)… Cependant, ces situations ne font que reconnaître le côté humain de Lancelot … Et, l’humour n’empêche pas le réalisme des blessures du héros abîmé par le tranchant du Pont de l’Epée et plus tard les stigmates et blessures, doigts coupés sur les barreaux de fer etc..

Eleanor of Aquitaine
Alienor d’Aquitaine

Et, peut-être finalement, nous entendons l’auteur… Chrétien de Troyes – chevalier-poète au service de sa Domina – aurait connu secrètement un amour fou pour Aliénor d’Aquitaine ou pour Marie de Champagne, qu’il aurait maquillé par un masque littéraire de pure rhétorique ..

Chrétien de Troyes ne serait autre que Lancelot: un amoureux transi, impétrant et sémillant qu’une femme accomplie a su transformer et subjuguer. Cet amour impossible ne serait-il pas en fait celui de l’auteur distancié par sa fonction de serviteur de la Domina, que traduit l’écart géographique entre Lancelot et Guenièvre après son enlèvement par Méléagant. C’est dans cette séparation provisoire que le creuset de l’amour fou prend sa place, Marie de Champagne, Aliénor sa mère ne se fondent-t-elles pas dans la même emblématique féminine ? Ce texte inachevé aurait-il été terminé par Godefroi de Leigni où Lancelot devenu un homme épousera la sœur du chevalier félon Méléagant. Ainsi se trouvent réunis les royaumes de Gorre et de Logres.

Tarot – 1 – Le Bateleur, Merlin.

Le Tarot de la Quête du Graal:

– Les arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs » ( suite )

1-bateleur– 1 – Le Bateleur, Merlin.

Divers instruments sont à la disposition du bateleur : la coupe ( le féminin, l’amour), la baguette ( affirmation de soi) le denier ( les pieds sur terre), le poignard ( prendre ses responsabilités..). Astucieux, le bateleur capte notre attention, et nous montre que nous avons tous les éléments pour atteindre notre objectif.

Merlin, adepte des transformations, est éternellement jeune. Il est le médiateur entre les réalités de ce monde et celles de l’autre…

Merlin_0001Merlin se tient devant une table de pierre sur laquelle est posée une carte du monde dans lequel nous vivons… Les quatre  »Objets Sacrés » : le Graal, l’Épée, la Lance et l’échiquier de Pierre, sont posés devant lui. Au-dessus de lui, un dragon rouge et un dragon blanc sont entrelacés. A sa droite apparaît la tour croulante de Vortigern ; à sa gauche, domine sa demeure de l’Autre-Monde, avec beaucoup de portes et de fenêtres.

Je vous invite à connaître la légende ancienne, dans laquelle Merlin enfant est amené devant Vortigern, merlin dragons 2l’indigne roi de Bretagne, qui essaie – en vain – d’édifier une tour … En fait, deux dragons l’en empêchaient…

A lire, également, l’emprisonnement volontaire de Merlin, pour l’amour de Viviane ( ou Nimüe)…

Merlin est le héraut intérieur de rêves, dispensant les messages de l’Autre-Monde sous une forme symbolique… Il a la maîtrise sur les quatre éléments, mais il ne manipule pas les événements. Sa  »magie » consiste en sa méditation équilibrée des deux mondes, l’intérieur et l’extérieur.

– La Question du Graal : Quelle  »connaissance » peut améliorer votre vie ?

Sources : Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews

Voir ici :

LA LÉGENDE DE MERLIN L’ENCHANTEUR. – 1/3 –

Merlin l’Enchanteur Il était une fois, en Bretagne, une jeune femme qui mit au monde un bébé si velu qu’on n’en avait jamais vu de semblable. Elle demanda aux personnes qui l’assistaient de le porter immédiatement à l’église pour qu’il reçût le baptême. – Quel nom voulez-vous lui donner ? – Celui de son aïeul 

LA LÉGENDE DE MERLIN L’ENCHANTEUR. – 2/3 –

La pierre merveilleuse Seize années s’écoulèrent. Uter Pendragon mourut, deux ans après Ygerne. Comme il n’avait point d’héritier direct, les barons du royaume trouvèrent une solution très simple : demander à Merlin de leur en désigner un. – Attendez le jour de Noël, répondit Merlin. Donc, la veille de Noël, les barons se réunirent à …

LA LÉGENDE DE MERLIN L’ENCHANTEUR. – 3/3 –

Artus et les chevaliers Après avoir chevauché quelques heures, ils éprouvèrent le désir de se reposer. On était au printemps. La beauté du ciel, le chant des oiseaux, la fraîcheur de la verdure naissante les plongèrent dans une douce rêverie. Ils n’en sortirent que pour s’apercevoir que quatorze jeunes gens, tous beaux et bien vêtus, …

Tarot – 0- Le fou, le Chercheur…

Le Tarot de la Quête du Graal

– Les arcanes majeurs ou  » grands pouvoirs »

0-fou (1)– 0- Le fou, le Chercheur

Nous sommes au début de la Quête… Dans un paysage désolé, le Chercheur commence son voyage. Vêtu de haillons et pieds nus, il part d’un lieu élevé et emprunte la voie de l’arc en ciel, inspiré par le chant des oiseaux de Rhiannon qui volent au-dessus de lui.

Toutes les quêtes commencent par une question… La plus basique, élémentaire et existentielle : Que fais-je là ? Quel sens.. ? Pourquoi les choses sont-elles ainsi… ? Etc … Toutes sont une variante de la fameuse question du Graal :  » A qui le Graal est-il servi. ?  » … Ce questionnement est le propre du Chercheur.Tarot arthurien - Le Chercheur

Le Chercheur du Sacré est poussé par un profond désir de connaître et d’expérimenter ; de trouver la guérison du monde et de chercher sa direction personnelle. Cette voie est à la fois voyage et but.

Potentiellement, chaque Chercheur(se) est le vainqueur du Graal, un rôle qui convient aux femmes comme aux hommes. PercevalLa légende Arthurienne, nous propose le personnage de Perceval, que son désir d’expérience conduit à devenir l’un des chevaliers du Roi Arthur… Cependant, il est au départ le  » fou  » parfait…

Pour obtenir les  » objets sacrés  » le Chercheur doit parcourir le monde physique. Il le fait humblement, sans le poids d’idées arrêtées… Il commence un voyage de transformation de soi.

La voie de l’arc en ciel, c’est la voie de l’expérience…

– La question du Graal : Que cherchez-vous dans la vie ?

Sources : Le Tarot Arthurien de Caitlin et John Matthews

Les Chevaliers de la Table Ronde (1937) de J. Cocteau

Les Chevaliers de la Table Ronde (1937) de J Cocteaujean-cocteau-les-chevaliers-de-la-table-ronde

La pièce, créée le 14 octobre 1937, reçoit un accueil mitigé. Les critiques ne sont pas franchement mauvaises, elles sont ambiguës. Pour Jean Marais, les critiques sont unanimes : « ( Il ) fait un superbe Galaad dont les muscles roulent sous la peau et qui a du feu et de la violence ». La pièce est jouée jusqu’au 2 janvier 1938, après avoir atteint la centième représentation…

Jean Marais in Les Chevaliers de la Table Ronde of Jean Cocteau. Paris, theatre de l'Oeuvre, October 1937 - 5 cocteau-marais-1937
Jean Marais dans Les Chevaliers de la Table Ronde de Jean Cocteau. Paris, théâtre de l’Oeuvre,  Octobre 1937 – Cocteau et J Marais –  1937

L’imaginaire de Cocteau s’est ressourcé dans l’antiquité gréco-latine ou égyptienne, mais aussi dans le légendaire arthurien. Il n’est que voir la décoration de la Chapelle St Jean de Malte à Fréjus…Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 8

L’imaginaire arthurien se retrouve dans trois œuvres : Les Chevaliers de la Table Ronde, L’Éternel Retour, Renaud et Armide.

L’enfance du jeune Cocteau a été bercée par les contes de Perrault, la Belle et la Bête, le Roi des Aulnes, de Goethe en version originale (Joséphine sa gouvernante, étant allemande)… Les magazines de l’époque étaient illustrés par Gustave Doré, qui influencera énormément son imaginaire, au point de se servir de ses souvenirs plus tard, lors du tournage du film «La Belle et la Bête». A la fin du 19ème siècle, toute l’ambiance du mythe arthurien revient à la mode.

Cocteau tente de retrouver l’esprit du moyen-âge, et de se débarrasser des oripeaux dont l’avait affublé le 19ème siècle.

Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 1* Cette pièce de théâtre, en deux heures, doit rappeler le Moyen-âge, et le fait par les signes suivants ;

  • Le château. Ici en fait, il y en a deux : celui d’Artus, et le Château Noir.
  • La chambre de la Reine. Lieu essentiel, où se jouent la vie, la mort, l’amour.
  • La forêt. Lieu où se déroulent les aventures, les rencontres, et que l’on retrouve également dans l’Eternel Retour (forêt et marécage), dans Renaud et Armide (forêt enchantée)…
  • Le cheval…Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 7
  • Les éléments naturels : le jour, la nuit, le vent, l’eau (pluie, orage), qui sont très proches des signes ésotériques naturels.
  • L’Ennemi. Ici, le Diable, comme dans la tradition arthurienne, ce qui correspond également avec l’ambiance mondiale de l’époque (1937).
  • Le cercle magique, anneau dans lequel s’enferme Merlin et Ginifer (à rapprocher également de l’anneau d’Armide).

* Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 2Les personnages peuvent sembler différer largement de leur modèle original :

  • Merlin. Merlin, actuellement ressenti comme un bon mage, et le conseiller d’Arthur ; ici, est machiavélique. Il est l’incarnation du mal. En fait, Merlin était un personnage trouble dès le départ, mais cet aspect a été gommé au fil du temps : il est né de l’union d’une nonne et d’un démon. Peut-on dire que Cocteau retransmet ainsi sa véritable nature ?
  • Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 3Ginifer. Apprenti de Merlin, qui n’existe pas du tout dans le mythe arthurien, et qui n’existe pas non plus sur scène ! Rappelons que la seule façon de repérer Ginifer (à part l’étrange comportement des gens qu’il « envahit »), est son incapacité à prononcer correctement les X. Or, dans les formules ésotériques, le X représente l’esprit démoniaque…
  • Artus. Son nom change de celui que l’on utilise habituellement (Arthur), mais les deux noms sont possibles pour le roi. Par contre, nous avons là à faire à un roi qui n’est plus noble du tout, un vieillard sous le charme (sortilège) de Merlin, mais également sous le charme trouble de Gauvain-Ginifer.Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 5 Dans la légende arthurienne, si le rôle d’Arthur est prépondérant au début de la légende, par la suite, il centralise les aventures autour de lui, mais ne les vit plus lui-même.
  • Lancelot. Il n’est pas blanc et immaculé, et il le sait : il est rongé par la culpabilité.
  • Galaad. Le seul à être vraiment dans la tradition, dont le sort est de faire voir le Graal aux autres sans pouvoir le voir lui-même, et qui doit prendre la route ensuite.

Les Chevaliers de la Table Ronde, Jean Cocteau dessin 6* D’autres éléments représentent le cœur de la légende :

  • – Le Graal. Cocteau en fait une mystification de Merlin : c’est ce qui permet aux habitants du château de ne pas voir l’affligeante réalité qui les entoure.
  • – L’enchantement. C’est en fait l’opium. Cocteau écrit sa pièce en se réveillant de l’opium. (relire l’extrait de la préface ci-dessus, très éclairant…) Cocteau le dit lui même dans la suite de sa préface :Acte I : le château d’Artus est intoxiqué, drogué […] L’arrivée de Galaad (Parsifal), le très pur, qui désintoxique […] Acte II : Nous savons maintenant qui drogue le château d’Artus […] Acte III : Le château d’Artus est désintoxiqué, débarrassé d’artifice, ou, pour être plus exact, l’auteur nous le montre en pleine crise de désintoxication. La vérité se découvre. Elle est dure à vivre. […] Cette vie réelle, violente, oubliée, fatigue Artus. Aura-t-il la force ? […] le roi : j’aime mieux de vrais morts qu’une fausse vie. Souhaitons lui d’avoir raison et de conserver le Graal revenu à Camaalot et qui n’est autre que le très rare équilibre avec soi-même. […] Au public du théâtre de décider si les forces qui dirigent le premier acte et le dernier rendent la vie plus ou moins agréable. L’essentiel restant de savoir, selon le code de Baudelaire, si la vie doit être agréable. (Lettre à Jules Jamin).
  • – La Table Ronde, ici tournée en dérision : Ginifer se cache dessous, ce qui a fait hurlé les puristes, à la création de la pièce.
  • – La fleur qui parle, à rapprocher d’Orphée, où la poésie s’exprime soit par un cheval (pièce), soit par une voiture (film).
  • – Les écus blancs à croix vermeille, présents aussi dans la décoration de la chapelle de Fréjus, représente la croix des Templiers.
  • cocteau-jean Les-chevaliers-de-la-table-ronde 1
    L’éditeur italien Canesi publie en 1963 une traduction de la pièce illustrée d’un « carnet des décors » par Fabrizio Clerici.

Le Tarot, le Graal et la Chevalerie

En dehors de l’art divinatoire ( que j’ignore complètement…!) , le Tarot offre un outil de développement personnel et de connaissance de soi. En effet, chaque lame représente un archétype universel. Et avec 22 lames majeures et 56 mineures, l’immense diversité du monde peut s’y retrouver. Chaque lame est bourrée de symboles. On peut ainsi établir une véritable communication avec son inconscient…

CreatorIllustrator Anne-Marie  Ferguson

Le Tarot arthurien, décrit – des personnages ou des thèmes majeurs – des légendes arthuriennes. Les archétypes puissants qui sous-tendent cette tradition recèlent encore une profonde sagesse qui nous instruit et nous encourage, si nous y avons recours. Ainsi, au-dessus de la création littéraire qui a médiatisé ces personnages, ils sont en nous tous… La nature de leur vie et de leurs aventures est telle qu’ils accomplissent toujours des actions archétypales… Elles sont comme codifiées et alignées sur des modèles du monde naturel et intérieur…Tarot of the Holy Grail

Les histoires au sujet du Roi Arthur et de sa cour proviennent de modèles bien antérieurs au Moyen-âge, de traditions orales et mythiques celtes en particulier, puis chrétiennes ensuite …

On pourrait même y ajouter les contributions de Tennyson, T.H. White, Charles Williams et de nombreux romancier(e)s modernes…

L’universalité du Tarot n’a pas besoin de preuves, non plus que le pouvoir des histoires arthuriennes d’émouvoir, et d’illuminer ceux qui en ont la connaissance…

XVII. Grail (Star) Perceval  Matthews-Caselli TarotLe symbolisme qui gouverne ce jeu est celui des  » objets sacrés  » même : l’Epée, la Lance, le Graal et la Pierre, qui sont emblématiques des éléments Air, Feu, Eau et Terre ; et qui sont les objets de cette Quête… La Quête du Sacré…

Recevoir ces  »insignes de souveraineté », c’est ne plus nous reconnaître  »blessé » comme le Roi du Graal de la légende, mais réalisé, restauré par le pouvoir des éléments…

Le Tarot Arthurien ( c’est à dire : le mythe), remonte plus loin que son épanouissement médiéval et littéraire plus élaboré ; aussi, les images ne représentent pas directement les personnages de la saga littéraire…Design for an unpublished Arthurian tarot deck, showing Parsifal and the Holy Grail

Le Tarot du Graal, associe l’objet légendaire et sacré du christianisme qu’est le Graal, et la chevalerie, avec sa composante  »légendaire » que sont les Templiers…

Nul ne sait comment naissent les légendes… C’est un peu comme si elles avaient toujours été présente dans les recoins les plus profond de la psyché ( l’âme) humaine, et ce qui explique la grande fascination sur tous ceux qui s’y intéressent…

grail tarot - john matthews & giovanni caselli - MagdaleneLe Graal est l’objet d’une Quête, il représente un lien entre le sacré et le profane.. Il est un objet pourvoyeur d’interrogations sur le monde dans lequel nous vivons, donc un outil de quête personnelle en vue d’un développement personnel, voire d’un rétablissement spirituel…

Le poète médiéval Wolfram von Eschenbach, dans son poème Parzival ( v 1220) donne à ceux choisis pour garder le Graal le nom de Templeisen ( Templiers(*) )

Je rappelle, que pour le Graal, on peut le rattacher – au chaudron que le roi Arthur et ses guerriers doivent ramener de l’autre monde et cité dans un poème gallois du IXe s. le Preiddeu Annwn, attribué au barde Taliesin ; puis, ensuite – à l’objet mystérieux cité par le français Chrétien de Troyes au début du XII e s. dans son poème inachevé Perceval ou le Conte du Graal

The Arthurian Tarot 28 The Arthurian Tarot Nimue

Le Graal a subi, au cours des continuations de la légende, toute une série de transformations, – du paganisme celte au cœur de la foi chrétienne – preuve que l’on ne peut codifier l’objet à une image ou une idée …The Arthurian Tarot Perceval

Le lien des Templiers et du Graal, est faite par Bernard de Clairvaux, dans sa règle du Temple où il parle de l’ordre en termes similaires aux descriptions des chevaliers du Graal des romans médiévaux de l’époque…

Peu après que Bernard eut rédigé ce texte, l’Église avait commandité sa propre variante très christianisée de la légende arthurienne, avec l’histoire du Graal depuis l’époque du Christ à la fin du règne du roi Arthur – le Cycle Vugate ou Lancelot-Graal

L’Initiation chevaleresque de Lancelot

L’initiation chevaleresque dans le roman arthurien en prose du 13ème siècle.

Cet article est repris , d’une publication de l’association CENA (Cercle d´Études Nouvelles d´Anthropologie), pour laquelle plusieurs spécialistes ont travaillé sur un glossaire « sensible » arthurien, c’est à dire un ouvrage consacré aux « mots arthuriens » tels qu’ils entrent en résonance avec nous… Travail précieux, en particulier de Georges Bertin.

Adoubement de Lancelot
Adoubement de Lancelot

Au 13ème siècle, le Roman Lancelot en Prose ou Vulgate du Lancelot en Prose, premier roman en prose et en langue vulgaire de notre littérature décrit très précisément le processus initiatique auquel sera soumis le valet Lancelot dés le moment  où il manifeste auprès de sa mère adoptive la Dame du Lac, le souhait d’être fait chevalier. Curieusement, cette initiation lui sera communiquée au moins dans les savoirs qui seront requis de lui par les dames : Edmund Blair Leighton, The Accolade (L'Adoubement) 1901la Dame du Lac (la fée Viviane) et la reine Guenièvre dont il tiendra finalement son épée de chevalier.

 Instruction.

Cette étape est fixée très précisément dans le Roman pour Lancelot quand il eut atteint l’âge de dix huit ans et ce après une longue période de marge où il vivait reclus dans les palais subaquatiques de la Dame du Lac.  Celle-ci avant de l’amener elle-même à la cour d’Arthur, véritable « courotrophe », lui apprendra l’origine de l’ordre chevaleresque et ses devoirs:

Sachant qu’au commencement «  nul n’était assez hardi pour monter à cheval s’il n’était auparavant chevalier … chevaliers furent établis non par lignage, car les uns et les autres étaient alors égaux... »

Ces nouveaux chevaliers s’engageaient à  » être courtois sans vilenie, débonnaire sans méchanceté, compatissant aux malheureux, large et prêt à secourir les indigents, disponible et prêt à confondre les voleurs et las assassins, juge équitable sans amour et sans haine… »

Ainsi, le chevalier « fut institué pour protéger la Sainte Eglise en toutes choses et a la charge de protéger celle qui tend la joue gauche quand on l’a frappée sur la joue droite.. ».

Préparation à l'adoubement

De ce fait les armes qu’il porte -et que nul ne doit porter qui ne soit chevalier- ne lui ont pas été données sans motif (on trouve ici l’influence cistercienne très évidente dans la rédaction du Roman) :

–           l’écu signifie que comme l’écu se met entre le chevalier et les coups, le chevalier doit se mettre devant la sainte Eglise face à tous les malfaiteurs…

–           le haubert, qui recouvre le chevalier et le protège, attire sa vigilance sur le service qu’il doit à l’Eglise,

–           le heaume indique qu’il doit apparaître à toutes gens comme le beffroi pour épouvanter les larrons,

–           la lance qui frappe de loin, indique que les malfaisants ne peuvent s’approcher de l’Eglise sans éprouver une grande terreur,Kingship & Knighthood

–           l’épée est tranchante des deux côtés : l’un pour frapper les ennemis de Notre Seigneur et l’autre pour faire justice de ceux qui sont destructeurs de la société humaine, quant à la pointe, elle signifie obéissance car toutes gens doivent obéir au chevalier,

–           le cheval signifie le peuple sur lequel doit être assis le chevalier qu’il doit mener à sa volonté par une juste sujétion. Ainsi pouvez vous voir que le chevalier doit être le seigneur du peuple et le sergent de Dieu. »

Jean II adoubant des chevaliers, enluminure des XIVe - XVe siècle, BNF
Jean II adoubant des chevaliers, enluminure des XIVe – XVe siècle, BNF

Suivent alors des préceptes moraux très bien définis et l’on apprend que le chevalier doit avoir deux cœurs : « l’un dur et serré comme le diamant et l’autre malléable comme la cire chaude ». Celui qui est dur doit être opposé aux déloyaux et violents et celui qui est malléable doit gouverner le chevalier comme bonnes gens qui ont la pitié dans le cœur.

Voilà les vertus que doit avoir quiconque ose recevoir la chevalerie.

Ce sur quoi, le valet Lancelot se questionne sur ceux qui dans l’histoire ont eu en partage toutes ces qualités et la Dame du Lac de nommer Jean  l’Hircanien, Judas Macchabée, le roi David, Joseph d’Arimathie, le « gentil chevalier », son fils Galaad, roi de Hosselice qui fut ensuite appelée Galles, le roi Perlés de Listenois et son frère Alain le Gros, tous vrais chevaliers courtois et prud’hommes.

aisa97815Avant de le quitter, entretenant le mystère de ses origines, la Dame du Lac ne lui révèle pas son nom mais qu’il est fils de roi. De la Marche de Petite Bretaigne à la Cour d’Arthur, l’itinéraire de Lancelot accédant à la chevalerie s’effectue ici sur la base d’un double passage de l’eau:

– d’abord, pour sortir du palais de la Dame du Lac, où il a été élevé, ce dont le conte curieusement ne dit rien à ce moment du récit, situation symbolique de la rupture avec l’univers féminin, celui des eaux primordiales, de la mère,

– ensuite pour accéder à Logres où se tient Arthur. Notons que Viviane l’y accompagne, fidèle à sa mission jusqu’au bout.

Il sera fait chevalier à la Saint Jean d’été, date où nous dit le roman le roi Arthur a pris l’habitude de recevoir de nouveaux chevaliers dans « le haut ordre de chevalerie de la Table Ronde ».

Rituel.

Le rituel en est décrit avec minutie (chapitre XXI).perceval-adoubement 2

Gauvain emmène Lancelot dans la salle du dîner et ensuite le conduit à son hôtel.

« Puis quand le soir tomba, il l’amena à l’église où le valet veilla toute la nuit jusqu’au jour et pendant toute la nuit monseigneur Gauvain ne le quitta pas un seul instant. Au matin, il le reconduisit à son hôtel et le fit dormir jusqu’à l heure de la grand messe.

Puis il l’emmena dans le cortège du roi. Car le roi lors des grandes fêtes entendait toujours la messe dans l’église la plus importante et la plus riche de la ville ; et c’était toujours la grand messe qu’il entendait ».

Ces préparatifs étant accomplis, lesquels réfèrent directement on le voit la cérémonie à l’espace du sacré, ici très chrétien, on apporte les armes de tous ceux qui sont faits chevaliers et ils s’arment.

Cérémonie_adoubementVient alors le moment de l’initiation proprement dite, reprise, on le verra, systématiquement dans toutes les initiations chevaleresques : « le roi leur donna la colée « , gifle assénée sur le cou ou l’épaule laquelle symbolise le don de chevalerie, étant « la seule gifle qu’un chevalier doive recevoir sans la rendre ». Dans l’ordre des choses, le roi, à ce moment, doit ceindre l’épée aux chevaliers, un événement imprévu l’en empêchera puisque arrive un messager de la dame de Nohaut, vassale du roi, qui requiert son aide urgente.

Lancelot se posera en champion et l’épée lui viendra ultérieurement de la reine Guenièvre.

Son initiation sera alors parachevée, notons le concernant la part que prend la femme comme figure de souveraineté : dans son instruction, d’abord (la dame du lac) dans son achèvement (il est champion de  la reine), et que l’initiation du chevalier ne s’acquiert qu’au prix des exploits accomplis.

Chevalier à genoux, épée autel

Epreuves.

Il devra en effet confirmer son aptitude à la chevalerie en accomplissant trois exploits (chapitre XII):C'est le livre de messire Lancelot du Lac,  1401-1425 - 24

– la délivrance, au nom de la Sainte Croix, d’une jeune fille prisonnière au milieu d’un lac, son modèle inversé féminin.

– la délivrance de la dame de Nohant, prisonnière du roi de Northumberland,

C'est le livre de messire Lancelot du Lac,  1401-1425 - 4– le combat d’un chevalier, Alybon, qui se dit gardien du gué de la Reine, sur l’Humbrie, gué éminemment symbolique puisque c’est là qu’au temps de sa conquête, Arthur a rallié ses meilleurs chevaliers: Gauvain, Keu, Loth, et Yvain et défait les Sept Rois rebelles.

L’attribution du gué à la reine « le gué portait son nom parce que la reine avait été la première à le découvrir » montre encore à quel point la participation de Lancelot à la souveraineté d’Arthur dépend de la souveraine qui prend ici le relais de la fée dans la conduite du jeune chevalier au travers des passages clés de son existence et l’on se souvient que Viviane reviendra manifester sa solidarité à Guenièvre dans un moment crucial.C'est le livre de messire Lancelot du Lac,  1401-1425 - 18

Ce thème du gué est également présent dans le cycle de Cuchulainn qui défend seul la frontière de sa province et impose à la reine Medb un contrat au terme duquel chaque matin un guerrier sera envoyé « au gué qui sert de frontière » (cf. Guyonwarc’h).

Ultime étape de l’initiation chevaleresque: la connaissance.

C'est le livre de messire Lancelot du Lac,  1401-1425 - 14Enfin, Lancelot va conquérir le château de la Douloureuse Garde, (chapitre XXII) qui « occupe une position haute et belle entre l’Humbre et un torrent fait de plus de quarante sources ». Ayant défait les chevaliers qui gardent le château, il découvre son nom sous une dalle. Les Enfances sont terminées, ce passage de l’eau a été le dernier de la période juvénile, celui de l’accès à la maturité et de l’intégration chevaleresque.

D’autres passages viendront alors conforter sa figure héroïque dans l’Imaginaire de l’Occident qui revêtiront plusieurs formes: courtoises et héroïques et seront également jalonnées d’épreuves montrant que l’initiation chevaleresque n’est jamais achevée, qu’elle reste toujours en devenir, qu’elle est bien mise sur la voie pour accompagner le chevalier sur les voies de l’initiation en lui donnant sens à sa quête.

Fraimbault.

 Le Serment du Chevalier

Gallad prête serment
Galaad prête serment

1/ Tu croiras à tous les enseignements de l’Eglise et tu observeras ses commandements.
2/ Tu protègeras l’Eglise.
3/ Tu défendras tous les faibles.
4/ Tu aimeras le pays où tu es né.
5/ Tu ne fuiras jamais devant l’ennemi.
6/ Tu combattras les infidèles avec acharnement.
7/ Tu rempliras tes devoirs féodaux, à condition qu’ils ne soient pas contraires à la loi divine.
8/ Tu ne mentiras jamais et tu seras fidèle à ta parole.
9/ Tu seras libéral et généreux.
10/ Tu seras toujours le champion du droit et du bien contre l’injustice et le mal.

Mélusine, ou la question de la place du féminin. 3/3

« Le mythe de Mélusine joue de la curiosité et de la peur du sexe féminin : melusine-3.gifle comte de Lusignan, transgressant le pacte conclu, épie sa femme un fatal samedi pour découvrir qu’elle a une énorme queue de poisson, qui lui inspire peur, dégoût, colère et rejet. Cette ambivalence de l’image féminine, qui engendre fascination émerveillée et répulsion horrifiée, comporte plusieurs aspects. Mélusine est à la fois une certaine forme de la nature: elle est fée de la nature, elle en incarne la fécondité, elle est mère nourricière, bâtisseuse et défricheuse. Mélusine enfantsCette position a pu être interprétée au départ comme représentation matriarcale, puisqu’elle est celle qui fonde la ignée, qui apporte la gloire, la richesse, la force, une interprétation que l’anthropologie contemporaine nie dans sa réalité, puisqu’elle affirme qu’il n’existe pas de société matriarcale.

Mais le problème n’est pas là : nous nous intéressons à l’imaginaire et à ses représentations ; nous voyons qu’il y a avec Mélusine l’image d’une femme originelle, qu’elle incarne comme femme et comme mère l’origine. »

La femme apparaît comme celle qui va éduquer et maîtriser les passions absolument violentes de l’homme. Elle est bâtisseuse et défricheuse, mais surtout civilisatrice. Cette fonction est, en filigrane, une fonction menacée. La violence de l’homme va reprendre le dessus. Si Mélusine apporte ses pleurs de deuil et revient la nuit pour éduquer ses enfants, c’est qu’elle a été victime de cette violence.Femme battue au Moyen-age

Le destin mélusinien présente, en effet, une allégorie de la femme, incomprise, maltraitée pour la part de mystère qu’elle possède et son pouvoir incommensurable, de mettre au monde l’homme, comme Mélusine Raymondin, et par dessus tout, pour sa capacité à donner la vie.

MELUSINE-Philippe Jamet-Fournier (1987)
 MELUSINE par Philippe Jamet-Fournier (1987)

À cette première impression stéréotypée d’une Mélusine matriarcale… se présente et s’impose encore aujourd’hui l’image d’une société patriarcale… en particulier dans l’Eglise « romaine », l’homme est seigneur et maître et où l’espace réservé à la femme est une place spécifique.

Sources : en particulier – Alain Montandon ,Université Blaise-Pascal, Centre de recherches sur les littératures modernes et contemporaines